créer un blog
Blog politique poli-tic

Description :

CLUB de REFLEXION:"PHILOSOPHIQUE SOCIALE et POLITIQUE"en France.Ses propos sont avant tous,basés sur le respect de la"déclaration des droits de l'homme".Tout citoyen doit réa



Sans Contour ni Détour... Mr de Villepin

Retour de Villepin: "Tout ce qui peut affaiblir Sarkozy..." (Vallini)
| 0 vote | 33 vues | 0 commentaire
Par Agence France Presse | le 28/10/09 à 23h15
Agrandir Réduire Imprimer Envoyer

A peine sorti du prétoire où il s'était plaint de l'"acharnement" du chef de l'Etat, l'ancien Premier ministre a opéré une démonstration de force en réunissant un millier de partisans mardi soir à Paris pour fustiger "la concentration des pouvoirs" et l'"esprit de cour". Dominique de Villepin s'est ainsi posé en "alternative républicaine" face à Nicolas Sarkozy et ce retour politique, qui provoque l'irritation de l'UMP, donne le sourire à l'opposition. André Vallini, député et président du conseil général de l'Isère: "Ne soyons pas langue de bois: tout ce qui peut affaiblir Nicolas Sarkozy venant de la droite est bon à prendre pour les socialistes. Mais pour autant, on ne doit pas s'en contenter", a glissé le socialiste.

Et Alors ...

C’était le 19 mai dernier.

Une femme âgée de 41 ans circulait à moto sur une bretelle d’autoroute entre Rennes et Lorient, quand elle a été collée par un 4×4 à l’intérieur duquel se trouvaient quatre jeunes.

La motarde raconte la scène dans Ouest-France :

« J’ai vraiment eu la trouille de ma vie. Il y avait deux jeunes hommes à l'avant. Ils m'ont collée. Moi, je roulais en appui contre la voiture. Un moment, ils ont ralenti. J'ai accéléré. Ils sont restés derrière moi quelques instants avant de me dépasser à nouveau. Là, j'ai eu droit à diverses insultes ».

La motarde a porté plainte.

Après enquête, la police a retrouvé le 4×4 en question…

Un 4×4 qui appartient à un certain François Fillon, Premier ministre.

Et le conducteur du véhicule n’était autre que l’un des fils du chef du gouvernement.

À la suite de la plainte de la victime, le délégué du procureur a décidé de s’en tenir à un simple rappel à la loi.

Un dispositif, rappelle Ouest-France, qui permet d’éviter d’engager des poursuites pénales, à la condition que le chauffard se présente à sa convocation.

Ce que le fils de François Fillon a fait le 16 septembre dernier.

Le procureur de la république, Hervé Pavy, précise dans Ouest-France :

« On lui a rappelé les règles fondamentales de la sécurité routière. »

Le fils du Premier ministre ayant nié avoir agi intentionnellement.

La motarde n’a pas l’intention de se contenter de ce rappel à la loi.

Europe 1 précise qu’elle a écrit au procureur pour réclamer qu’un juge d’instruction soit saisi ou que l’affaire soit renvoyée devant un tribunal correctionnel.

BIENVENU AU CLUB

Après ses mauvais scores, Villiers se tourne vers Sarkozy

Jamais avare jusqu'à présent en critiques et déclarations choc envers le chef de l'Etat, Philippe de Villiers met aujourd'hui sa fierté de côté. Selon Libération , l'élu vendéen devrait annoncer courant septembre son entrée au comité de liaison pour la majorité présidentielle . Grande couronne de l'UMP réunissant les déçus du socialisme et du Bayrouisme, de la Gauche moderne au Nouveau centre en passant par Eric Besson, ce comité piloté par Jean-Claude Gaudin entend coordonner le Mouvement populaire et ses partis alliés, notamment à l'approche des élections régionales. «Cette proposition m'a été faite par Nicolas Sarkozy lors de notre dernière rencontre. Il m'a proposé de participer à cette structure. Je pense que ma réponse sera positive», lâchait ce week-end l'intéressé dans les colonnes de Libération . Lire la suite l'article

La faute à des finances en berne et à des résultats peu brillants aux dernières élections. 2,23% au scrutin présidentiel de 2007. 4,8% aux européennes et un seul siège sauvé à Bruxelles : le sien. Le président du Mouvement pour la France doit bel et bien se résoudre à rejoindre la sphère du président de la République, qu'il aimait tant critiquer en public jusque là. Comme en raillant, ci-dessous, en plein meeting, un Nicolas Sarkozy semblable au «lapin tambour Duracell» :

Un membre de la direction du MPF a beau préciser que «Philippe de Villiers participera en son nom propre à ses travaux, pas en tant que président du MPF», un autre estime qu'«il faut bien se rendre compte que l'électorat ne nous suit pas forcément dans notre stratégie d'opposition au gouvernement». Machine arrière, donc. «J'ai réalisé mes meilleurs scores électoraux quand j'étais dans la majorité présidentielle», reconnaît encore Villiers dans Libération , en faisant référence au scrutin européen de 1994.

Ce changement de cap, contraint et soudain, devrait d'une part renforcer l'UMP lors des élections régionales de 2010, et surtout permettre au MPF de sur... lire la suite de l'article sur lefigaro.fr Inscrivez vous à la newsletter du Figaro

Sans commentaire...

Marianne2
on error resume next ShockMode=(IsObject(CreateObject("ShockwaveFlash.ShockwaveFlash.8")))
document.getElementById('field1154264').style.borderColor = '#a32500';
Le secrétaire d'Etat Apparu bénéficiait d'un logement HLM
Sylvain Lapoix - Marianne | Jeudi 25 Juin 2009 à 18:46 | Lu 3525 fois

On reprochait à Benoist Apparu de ne rien connaître au logement... il est en fait super calé : selon un article de l'Union de Reims, le député de la Marne occupait un logement social qu'il a quitté en toute discrétion, pendant que le directeur de cabinet de Christine Boutin démissionnait avec fracas.


Le secrétaire d'Etat Apparu bénéficiait d'un logement HLM
Nostra culpa maxima : nous avions écrit que Benoist Apparu était un pur produit de l'éducation nationale ne disposant d'aucune qualification pour prendre en charge un secrétariat d'Etat au Logement et à l'Urbanisme. Grave erreur : Benoist Apparu connaît fort bien le sujet... pour avoir occupé lui-même un logement social pendant qu'il était député de la Marne ! L'affaire avait fait peu de bruit, occultée par le « cas » Jean-Paul Bolufer, directeur de cabinet de Christine Boutin ayant bénéficié d'un vaste appartement du parc social, qui avait du démissionner de ses fonctions. Le 2 février 2008, Apparu rendait donc les clés de son appartement, en toute discrétion. « J’ai pris les devants, se défendait-il à l'époque au Parisien. Je n’étais pas dans l’illégalité. A l’époque, lorsque j’en ai pris possession, il y a une dizaine d’années, j’avais un petit salaire, correspondant aux conditions de ressources exigées. Depuis, je suis devenu député pour la première fois en juin dernier, et mes revenus ont évolué. J’ai donc décidé de résilier le bail il y a trois semaines ».

Mais Internet a de la mémoire et le site de l'Union de Reims, quotidien régional de la circonscription de Benoist Apparu, a retenu avec amertume que le député s'était scandalisé dans une interview : «des gens qui occupent en France des appartements sociaux depuis longtemps, alors que leurs revenus ne sont plus en rapport avec leur loyer, il y en a des centaines de milliers.» Avec son 45m2 pour 672 euros dans le très bourgeois quartier du Marais, l'homme savait de quoi il parlait !

«Aucune personne» n'a pu nous répondre au ministère.

«Benoist Apparu disposait effectivement d'un logement social à côté du village Saint-Paul, autour du 19, rue Saint-Paul, dans le IVè arrondissement de Paris, confirme-t-on à la mairie de Paris. Benoist Apparu avait bénéficié de ce logement du fait de son poste de président des Jeunes RPR de Paris.» Les moyens du jeune homme étaient peut-être à l'époque modestes... mais il devait en être autrement quand il est devenu, en 2002, chef de cabinet de Xavier Darcos ministère délégué à l'Enseignement scolaire et à la Coopération !

Heureusement le RIVP (deuxième régie de logement social après l'OPAC) auprès duquel il s'était procuré ce logement, semble n'avoir pas été trop regardant. «Le RIVP était à la merci des chiraquiens à l'époque», soupçonne-t-on dans les couloirs de l'Hôtel de Ville. Décidément, M. Apparu connaissait bien les subtilités des bailleurs sociaux !

Mise à jour à 19h15

Combien de passeports distribués

 
 
Scandale au sommet de l’Etat:Yayi Boni naturalise Hortefeux le raciste
Convertir en PDF Version imprimable Email Écrit par Le Matinal du 26/02/2009   

Le mardi 24 Février 2009, sur la chaîne Canal+, au cours de l’émission « Le Grand Journal », stupéfaction et colère chez les téléspectateurs africains en général et chez les Béninois en particulier : le très contesté Brice Hortefeux, français pur sang de la France, surnommé « ministre de la Pureté de la Race et du verrouillage des Frontières » annonce qu’il est Béninois et ceci, en exhibant un passeport diplomatique béninois. C’est comme si, Hitler, s’il était encore vivant, exhibait un passeport juif en affirmant qu’il est devenu israélien…..

Brice Hortefeux est donc devenu Béninois. Ceci, après quelques heures de présence au Bénin ! Tant pis s’il a expulsé de la France des Négros qui ont passé toute leur vie dans l’Hexagone ! Brice Hortefeux est un Blanc. C’est un passe-droit. Et il en est fier. Si fier qu’il en fait étalage au cours de l’une des émissions les plus suivies sur Canal plus. A la question de savoir ce qu’il fera après son éjection du gouvernement, Brice Hortefeux répond : « …ce qui est sûr, je ne resterai pas les bras croisés… Par exemple, j’ai un passeport béninois [il exhibe le passeport], je suis donc un citoyen béninois. Quand j’étais au Bénin, c’est le président Béninois qui m’a donné le passeport. Parce que c’est un président courageux qui a été content du travail abattu dans le domaine de l’immigration et de la coopération avec le Bénin ». Bien sûr ce président s’appelle Yayi Boni. Et il faut vraiment être courageux pour donner la nationalité béninoise à un homme qui traite les Africains de déchets !

Hortefeux…le ministre de la peur… Avant de revenir sur ce supposé « courage » voyons en quoi a consisté le « travail dans le domaine de l’immigration » qui a rendu notre très cher président Yayi Boni si content qu’il n’a pas hésité à décréter Brice Hortefeux « Béninois ». En Avril 2006, Nicolas Sarkozy déclarait : « la France doit pouvoir faire le choix des immigrés qu’elle accueille en fonction de ses besoins et de ses possibilités ». Une expression qui cache un non-dit : la France doit se débarrasser de tous ceux dont elle n’a pas besoin et qui sont actuellement sur son territoire. Pour cette sale besogne, qu’y-a-t-il de mieux que de faire appelle à un vieil ami de 30 ans ? Brice Hortefeux. A cette époque, il était déjà surnommé le « porte-flingue » de Sarkozy. Avec la victoire de ce dernier à la présidentielle française de 2007, un ministère est créé : celui de « l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire ». La France, berceau des droits de l’Homme, crée un ministère chargé de la chasse à l’Homme. C’est la première fois dans l’histoire de la France qu’un ministère porte cette dénomination. Interloqué, un confrère écrit : « ce ministère risque d’ouvrir une page de notre histoire, celle d’un nationalisme d’Etat et d’une xénophobie de gouvernement ». Rupture vous avez dit ?

Brice Hortefeux est bombardé à la tête de ce ministère. Du « porte-flingue »de Sarko qu’il était, il devient carrément un flingueur. Il fallait faire la preuve d’une amitié veille de trente ans. Et Hortefeux aura réussi dans cette mission. Une mission faite de traques infernales, d’arrestations tous azimuts. Les résultats de ses actions sont écoeurants pour tout adepte des droits de l’homme. Des enfants africains sont arrêtés à la sortie des écoles et enfermés dans des centres de rétention. On donne d’ailleurs l’exemple de cette femme de quatre-vingt- neuf ans et d’un bébé de trois semaines qui ont goutté aux plaisirs morbides de ces centres qui ressemblent à s’y méprendre aux camps de concentrations nazies. Les métros sont devenus des lieux de chasses aux nègres. Des familles sont séparées sans aucune chance de se revoir. Certains pour échapper à la police, n’hésitent pas à se jeter par la fenêtre. Les perspectives de reprendre leur vie dans leur pays d’origine n’étant pas des plus reluisantes. Au mieux la faim ou la prison, au pire la mort. Dans la seule année de 2008, on compte ainsi, selon des associations de défense des droits de l’homme, deux défenestrés, un noyé, une immolation et un suicide. C’est l’œuvre de Hortefeux à qui Yayi Boni vient de donner la nationalité béninoise.

Et ce n’est pas tout. Après son passage au ministère de « la Pureté de la Race et du verrouillage des Frontières », Brice Hortefeux peut être content de lui-même. Son œuvre est parfaite. Plus de 45.000 étrangers ont été reconduits hors de la France dans des conditions scandaleuses. En 2007, le nombre d’enfants placés dans des camps de concentration français dépassait 250 dont, s’il vous plaît, 80% d’enfants de moins de dix ans. Les objectifs de rapatriement des immigrés étaient de 26.000 en 2008. Brice Hortefeux a affolé les compteurs et a atteint 29.799 étrangers sans papiers reconduits comme des bêtes de somme. Soit 6.600 de plus. Les sans-papiers ne sont pas des « citoyens honnêtes, propres » disait-il. Il faut débarrasser la France de la vermine. Un vrai record. Qui mérite sans doute une nationalité d’un pays africain ! Et il est fier de son œuvre, Brice Hortefeux. « Je suis fier de faire respecter et d’appliquer la loi ». Mais cette prédisposition raciste et xénophobe tient du passé douteux de Hortefeux. N’a-t-il pas appartenu au Gud (Groupe union défense), un mouvement d’étudiants d’extrême droite, violents et racistes ?

Le trophée de crime….

Voici résumées les raisons pour lesquelles le président Yayi Boni a cru devoir accorder à Brice Hortefeux la nationalité béninoise. Pour service rendu à l’Afrique et au monde entier. Parlant du président Yayi Boni, Brice Hortefeux disait : Il (le président Yayi Boni) « est content du travail dans le domaine de l’immigration ». Donc, le président Yayi Boni est content des 29.799 sans-papiers renvoyés de la France en 2008. Il est content des 250 enfants (dont 80% de moins de dix ans) entassés dans des camps de concentration. Il est content de la situation de cette grand’mère et du bébé de trois semaines enfermés dans un centre de rétention. Il est content donc de ces deux personnes qui se sont défénestrées pour échapper aux flics. Il est ravi de ce noyé qui cherchait un mieux vivre. Il est content de cet immigré qui s’est jeté dans les flammes pour ne pas retourner chez lui. Il applaudit donc le suicide de cet autre expatrié qui a fait des années en France et qu’on voulait reconduire chez lui sans un rond. Non. Le président Yayi Boni ne peut pas être content des 45.000 expulsés de la France sous Hortefeux, dont notamment des Africains. Sinon, ce passeport béninois qu’il lui a gracieusement offert n’est ni plus ni moins qu’un trophée des nombreuses violations des droits de l’homme dont Brice Hortefeux est l’auteur. Un trophée de crimes. « Je ne sais pas si Brice Hortefeux laissera une grande trace dans l’histoire. Mais si un jour un manuel d’histoire consacre quelques lignes à son action, ça ne sera pas à la rubrique des droits de l’homme ». Brice Hortefeux est la négation même des droits de l’homme. Et pour couronner ce crime, le Bénin lui offre la nationalité. Avec un passeport diplomatique en plus !

Ce n’est donc pas une surprise en soi si Brice Hortefeux lui-même qualifie ce geste du président Yayi de courageux. Négativement courageux, et Hortefeux lui-même le sait. Il sait qu’il est un indésirable en Afrique. Ce geste est même inimaginable de la part d’un président africain, surtout d’un président du Bénin. Berceau de l’esclavage dans le passé, le Bénin devient la honte de l’Afrique. Le Bénin ne s’illustre que négativement quand il faut marquer l’histoire.

Que penseront les autres pays Africains du Bénin ? Le Mali, le Burkina, le Sénégal, la Guinée et tous les autres dont les ressortissants ont été traités comme des animaux par Hortefeux ? Comment se comportera désormais le président Yayi Boni à un sommet de l’Union africaine ? Et pourquoi le passeport Béninois est-il devenu un présent que l’on offre à tout diseur de bonnes aventures ? La réciprocité d’un tel acte est- elle possible dans un pays comme la France ? Le président Sarkozy peut-il déclarer Yayi Boni citoyen français du jour au lendemain avec un passeport diplomatique français à l’appui ? Comment peut-on respecter le nègre, quand un président nègre se permet de tels actes ?

Il y a quelques mois, c’était Dame Savané. Aujourd’hui, c’est un raciste qui en profite. Combien de passeports ont-ils été ainsi distribués ? Vivement une commission d’enquête parlementaire s’impose.

Charles Toko

Chaud devant ! Mr De villepin ancien 1er ministre

Villepin estime que Sarkozy est coupé de la réalité

L'activité de Nicolas Sarkozy et la multiplication des réformes coupent le président français de la réalité et nuisent à l'efficacité de la politique gouvernementale, estime Dominique de Villepin. Lire la suite l'article

"L'hyperactivité n'est pas suffisante. Il faut donc un président capable de hiérarchiser les problèmes et de se consacrer à l'essentiel", a déclaré l'ancien Premier ministre sur LCI.

"Faire des images, c'est une chose, mais je crois qu'on a besoin de temps en temps de se recaler à la réalité. Donc je souhaite que le président reprenne contact avec la réalité nationale, avec les questions des Français", a-t-il ajouté.

Dans un entretien que publie Le Parisien/Aujourd'hui en France vendredi, l'ancien chef du gouvernement déplore la "dispersion" et "les réformes tous azimuts" menées aux dépens de l'efficacité.

Entré en guerre ouverte avec le chef de l'Etat, qu'il accuse d'avoir faussé le dossier de l'affaire Clearstream dans laquelle il est mis en examen, Dominique de Villepin accuse en outre Nicolas Sarkozy de "diviser pour mieux régner".

"Ce que je crains, c'est la confusion et la division qui épuisent nos forces", dit-il dans le quotidien.

Il s'y montre sévère avec le plan de relance de l'économie, qu'il juge inadapté à la situation de la France, et juge que la population a plus que jamais besoin d'être rassurée sur ses libertés.

A ce titre, dit-il, la nomination du président de France Télévisions par le chef de l'Etat, la suppression annoncée du juge d'instruction ou la réduction du pouvoir d'amendement des députés sont autant d'"erreurs" qui attisent les tensions.

Grégory Blachier, édité par Henri-Pierre André




Blogs de même catégorie





BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux - craigslist search