créer un blog
SOUVENIR DE LA BELLE HISTOIRE DE MA VIE

Description :

SOYEZ LES BIENVENU(E)S 322 OOO VISITES <3<3<3



MOTS-CROISéS..." LE PROBLèME FINAL "

ARTICLE N4
(VOIR ARTICLE N1, N2, N3)
 

Lire Le Problme final de Conan Doyle...
Mots-croiss
Compltez la grille.
                          1      2                      3    4                                              5                                6                                  7                8              9                                                                      10                              11                                                                              12                                  13                                            14                    15        16        17          18                                                        19                                                                                  20                21                  22                                                                                    23                24          25                  26                                                                                                                  27            28            29            30                                                              31                  32      33                                                                                            34                                                                          35                          36                                                                                             Dfinitions horizontales :
1. qui n'a que la peau sur les os
3. Chacun des petits os qui constituent le squelette des doigts et des orteils et qui sont au nombre de deux dans le pouce et le gros orteil, de trois dans les quatre autres doigts et orteils
7. qui manque d'intrt
9. ancien militaire
10. sursauter
11. grande svrit
12. ennuyeux
14. commencement, bauche
16. qui ne manifeste aucune motion
19. tristesse profonde
20. qui est gai, enjou, enclin rire, plaisanter, de bonne humeur
21. se promener sans but
22. trs laid
25. joyeux, qui manifeste une gaiet pleine de vivacit :
26. mprisable
27. pourvu de muscles puissants et/ou trs apparents
29. qui manque de distinction, d'lgance, commun, presque vulgaire
31. savoureux, intressant, qui suscite vivement l'attention, l'intrt, la rflexion par son aspect curieux, original.
33. unique, extraordinaire
34. malheureux
35. qui boit peu d'alcool, qui ne fait pas d'excs
36. nerv
Dfinitions verticales :
2. opposition entre deux couleurs
4. essouffl
5. modr
6. profondment dsol
8. la drobe, rapidement et sans tre vu
13. trs ple, comme le sont les malades
15. grande intelligence qui saisit les dtails
16. sans tre reconnu, anonymement
17. courageux, et parfois insolent
18. trs troubl
23. banal, ordinaire
24. coeurant, dgotant
25. profonds dgots
28. fatigu (moralement)
30. personne qui mne une vie austre de privations
32. degr le plus haut, sommet
*********
                          1                                                                                              d c h a r n         phalange                          i n s i g n i f i a n t   9  v t r a n                           10    t r e s s a i l l i r
a u s t r i t                    r b a r b a t i f         e s q u i s s e  
 
i m p a s s i b l e                    
 
 
 m l a n c o l i e                           j o v i a l   21        f l n e r     22    h i d e u x                                 a l l g r e   26    vil    27    m u s c u l e u x         t r i v i a l                                       p i q u a n t                                      singulier                                             34                                             
i n f o r t u n                              35    s o b r e
*****
  1 d c h a r n  
3 p h a l a n g e
7 i n s i g n i f i a n t
9 v t r a n
10 t r e s s a i l l i r
11 a u s t r i t
12 r b a r b a t i f
14 e s q u i s s e
16 i m p a s s i b l e
19 m l a n c o l i e
20 j o v i a l
21 f l n e r
22 h i d e u x
25 a l l g r e
26 v i l
27 m u s c u l e u x
29 t r i v i a l
31 p i q u a n t
33 s i n g u l i e r
34 i n f o r t u n
35 s o b r e
36 i r r i t
haletant
furtivement
navr
contraste
incognito
audacieux
boulevers
rpugnant
aversions
ascte
apoge
**************
CALVI, BASTIA, L'LE ROUSSE...

2 ème PARTIE ET FIN DU PROBLèME FINAL,ARTHUR CONAN

ARTICLE N2

(VOIR ARTICLE N1 & ARTICLE N3)

 

Des mots-croiss pour rviser le vocabulaire du Problme final...

 En le prenant, je vis tomber terre un petit carr de papier sur lequel l’tui reposait. Je le dpliai et trouvai trois feuilles de papier arraches son calepin ; elles m’taient destines. Trait caractristique : l’adresse tait aussi prcise, l’criture, aussi ferme et noble que s’il et trac ces lignes dans son bureau.

 Mon cher Watson, disait-il, c’est grce la condescendance de M. Moriarty que je vous cris. Il veut bien attendre mon bon plaisir pour le rglement final de la question pendante entre nous. Il vient de me donner un aperu du  truc  qui lui a permis d’chapper la police anglaise, et de ne pas perdre un seul de nos mouvements. Ce  truc  ne peut que confirmer la haute opinion que j’avais de son talent. Je suis heureux de penser que je vais dlivrer la socit de sa prsence et, en mme temps, de ses mfaits ; mais je vais probablement payer cette bonne action d’un sacrifice qui affligera mes amis et surtout vous, mon cher Watson. Je vous ai expliqu que ma carrire avait dans tous les cas atteint son apoge, et que ce dnouement ne me causait aucune surprise. J’tais bien convaincu, je vous l’avoue, que la lettre envoye de Meiringen nous tendait un  pige  et je vous ai laiss partir pour votre mission, sachant parfaitement ce qui allait se passer. Dites l’inspecteur Patterson que les papiers dont il a besoin pour condamner la bande se trouvent dans la case M, enferms dans une enveloppe bleue sous le titre ;  Moriarty . Avant de quitter l’Angleterre, j’ai dispos de tous mes biens en faveur de mon frre Mycroft. Prsentez mes hommages Mme Watson et croyez-moi mon cher ami, votre trs sincre… Sherlock Holmes. 

Je raconterai le reste en quelques mots. Les experts ont tabli peu prs srement que la lutte entre les deux hommes s’est termine, comme on pouvait le supposer dans un cas semblable : tous deux avaient d rouler enlacs dans l’abme, aprs avoir soutenu un corps corps acharn. Inutile de songer retrouver leurs cadavres ; l au fond de ce gouffre cumant reposant tout jamais le plus dangereux criminel de son poque ct du plus vaillant dfenseur de la loi. Du jeune Suisse on n’a jamais entendu parler depuis. Il est certain qu’il appartenait l’quipe d’agents la solde de Moriarty. Quant la bande des malfaiteurs, le public ne saurait oublier les preuves nettes et prcises que Holmes avait accumules pour dmasquer leurs menes, et avec quelle dextrit il a su assurer leur perte.

Au cours des dbats judiciaires, il ne fut gure question de leur terrible chef, le professeur Moriarty. Si, aujourd’hui, j’ai t amen parler de ce grand criminel, la faute en est ces champions maladroits qui, pour innocenter la mmoire d’un bandit, ont os attaquer celle d’un homme que je regarderai toujours comme le plus digne et le plus sage de son temps.

 

 

 

―――――――

§ 1 § LE PROBLèME FINAL DE SIR ARTHUR CONAN DOYLE

C’est avec une profonde tristesse que je consacre ces dernires pages au souvenir de mon ami Sherlock Holmes, dont les facults si exceptionnelles ont inspir tous mes rcits.

Je me suis donn pour tche de dvoiler au public les faits vraiment extraordinaires auxquels je me suis trouv ml, depuis l’poque o un hasard particulier nous a runis autour d’Une tude de rouge, jusqu’au moment o mon ami a d intervenir dans l’affaire du Trait naval. Je tiens faire remarquer en passant que cette intervention a vit sans aucun doute des complications internationales trs menaantes. Je sens que mon uvre est imparfaite, incohrente mme ; j’avais la ferme intention de ne pas la poursuivre, et de passer sous silence l’vnement qui a cr dans ma vie un vide si grand, qu’au bout de deux annes il n’est pas encore combl. Mais les lettres publies rcemment, lettres dans lesquelles le colonel James Moriarty dfend la mmoire de son frre, m’ont forc rompre le silence, et je me vois oblig d’exposer au public les faits tels qu’ils se sont passs. Je suis, d’ailleurs, seul connatre la vrit absolue ; il n’y a, du reste, plus rien mnager : l’heure de parler est venue.

Je crois pouvoir affirmer que les faits n’ont t connus que par trois organes : le Journal de Genve du 6 mai 1891, une dpche Reuter reproduite dans les journaux anglais du 7 mai, et enfin les lettres toutes rcentes auxquelles je viens de faire allusion. Les deux premires de ces relations taient trs succinctes ; quant la dernire, elle dnaturait compltement l’vnement. Je vais le prouver, car il appartient, moi seul de rvler l’opinion publique les incidents vridiques et rels survenus entre le professeur Moriarty et M. Sherlock Holmes.

Vous vous souvenez peut-tre qu’aprs mon mariage et mes dbuts comme mdecin civil, l’intimit qui avait jusque-l exist entre Holmes et moi s’tait sensiblement refroidie. Il venait encore me voir, de temps autre, quand il avait besoin d’un compagnon pour ses enqutes, mais ces occasions devenaient de plus en plus rares, et, en 1890, il ne s’en prsenta, ma souvenance, que trois.

Pendant l’hiver de cette mme anne et au dbut du printemps de 1891, j’appris par les journaux que le gouvernement franais avait charg mon ami d’une mission de la plus haute importance ; les deux lettres que Holmes m’adressa de Narbonne et de Nmes me firent supposer que son sjour en France serait de longue dure. Aussi fus-je trs surpris de le voir entrer, le 24 avril au soir, dans mon cabinet de consultation. Je m’aperus immdiatement qu’il tait plus ple et plus maigre que de coutume.

— Oui, dit-il, rpondant mon regard tonn plutt qu’ mes paroles, je ne me suis gure mnag ces temps-ci, j’ai t surcharg de besogne. Verriez-vous un inconvnient ce que je ferme vos volets ?

La pice n’tait claire que par la lampe place sur la table o je lisais. Holmes longea le mur jusqu’ la fentre, et, tirant les volets d’un mouvement brusque, les ferma au verrou.

— Vous avez peur, demandai-je,

— Eh bien, oui.

— Peur de quoi ?

— De fusils vent.

— Mon cher Holmes, que voulez-vous dire ?

— Je pense que vous me connaissez assez, mon cher Watson, pour savoir que je ne suis pas un nvros, mais j’estime que ne pas voir le danger, quand il vous menace, est une preuve de btise et non de courage. Donnez-moi donc une allumette.

Il alluma une cigarette et aspira quelques bouffes qui semblrent calmer ses nerfs.

— Excusez-moi d’tre venu tard et ne m’en veuillez pas non plus si, tout l’heure en vous quittant, vous me voyez sauter par-dessus le mur au fond du jardin.

— Mais que signifie tout cela ?

Il tendit la main, et, la clart de la lampe, j’aperus deux phalanges de ses doigts broyes et saignantes.

— Vous reconnatrez que je n’exagre rien, dit-il en souriant ; j’ai eu cependant de la chance dans mon malheur, car l’objet qui m’a atteint aurait pu me blesser la main. Mme Watson est-elle ici ?

— Non, elle est en visite chez des amis.

— Alors, vous tes seul ?

— Oui.

— Eh bien ! Dans ce cas, je n’ai plus aucun scrupule vous demander de venir avec moi sur le continent pour huit jours.

— Et o irons-nous ?

— Oh ! Peu importe.

Tout ceci devenait de plus en plus trange. Holmes n’tait pas homme s’absenter sans un motif grave ; la pleur de son visage, la lassitude qui se peignait sur ses traits m’indiquaient assez que ses nerfs taient au paroxysme de leur tension. Il lut mon tonnement dans mes yeux ; joignant les doigts, il appuya ses coudes sur ses genoux et m’expliqua la situation.

— Vous n’avez sans doute jamais entendu parler du professeur Moriarty ? me dit-il.

— Non, jamais.

— Voil prcisment le ct merveilleux de l’affaire, s’cria-t-il. Cet homme remplit Londres de ses exploits sans que personne ne s’en doute. Aussi tient-il le record du crime : Je vous jure, Watson, que si je pouvais mettre la main sur sa personne et dlivrer la socit de sa triste prsence, j’estimerais avoir atteint l’apoge de ma carrire, et je rentrerais volontiers dans le calme. Entre nous, les dernires affaires auxquelles j’ai t ml et les services que j’ai eu l’occasion de rendre la famille royale de Sude, comme la Rpublique franaise, me valent une trs belle situation ; je puis maintenant satisfaire mes gots paisibles, vivre de mes rentes en me consacrant tout entier mes tudes de chimie. Mais, mon cher Watson, il m’est impossible de rester assis dans mon fauteuil tant qu’un bandit, comme le professeur Moriarty, se promne librement dans les rues de Londres, sans tre inquit.

— Mais qu’a-t-il donc fait ?

— Sa carrire a t des plus extraordinaires. Homme bien n, il a reu une excellente ducation ; il est dou de facults trs spciales pour les mathmatiques. l’ge de vingt et un ans, il publiait sur le binme de Newton un trait qui eut un retentissement universel, et qui lui valut la chaire de mathmatiques dans une de nos universits secondaires ; il semblait donc avoir un bel avenir devant lui. Il portait malheureusement dans le sang et par atavisme les instincts les plus vicieux qui, loin de s’attnuer, ne firent que se dvelopper ; ses dplorables instincts, servis par ses puissantes facults mentales, firent de lui un tre essentiellement dangereux. Dans la ville universitaire mme, de fcheuses rumeurs commencrent circuler sur son compte ; il dut finalement renoncer sa chaire et gagner Londres o il devint prparateur pour l’cole militaire. Voil ce qu’on en connat dans le public ; mais il me reste vous apprendre ce que je suis seul avoir dcouvert. Comme vous le savez, Watson, personne n’a pntr mieux que moi dans l’lite du monde criminel de Londres ; or, je me suis depuis longtemps convaincu qu’il existe derrire le malfaiteur une puissance occulte, une sorte de force merveilleusement combine qui, toujours, contrecarre la loi et couvre le coupable de son bouclier. Maintes fois dans les cas les plus varis : faux, vols, meurtres, j’ai senti la prsence de cette force, j’ai suivi son action dans bien des crimes demeurs inconnus et pour lesquels je n’avais pas t personnellement consult. Pendant des annes j’ai cherch percer le mystre, et je suis enfin arriv trouver une piste que j’ai suivie travers mille dtours ; cette piste vient de me faire aboutir l’ex-professeur Moriarty, le clbre mathmaticien.

Il est, mon cher Watson, le Napolon du crime ; pour moi, il personnifie l’instigateur de la moiti des forfaits commis dans cette capitale, et de presque tous ceux qui restent impunis. C’est un gnie, un philosophe, un grand penseur ; il a un cerveau merveilleusement organis. Il reste immobile comme l’araigne au centre de sa toile, mais cette toile a mille ramifications, et il peroit les vibrations de chacun des fils. Il fait peu de chose par lui-mme, il ne trace que les plans d’opration pour ses agents aussi nombreux qu’admirablement dresss. Y a-t-il un crime commettre, un papier subtiliser, une maison piller, un homme faire disparatre, le professeur en est inform ; il combine l’attaque et le crime s’accomplit aussitt. Il peut se faire que l’excuteur du coup soit pris : dans ce cas, il est pourvu largement sa caution et sa dfense, mais le pouvoir central dont relevait cet agent ne se voit jamais atteint, ni mme souponn. C’est cette organisation, mon cher Watson, que j’ai dpiste : pour la dcouvrir et la ruiner, j’ai d dployer toute mon nergie.

Le professeur s’tait entour d’une garde habilement choisie et contre laquelle tous les efforts chouaient. Je n’arrivais jamais fournir des preuves suffisantes pour faire condamner mon homme en justice. Vous connaissez mes facults, mon cher ami ; eh bien ! Au bout de trois mois, je dus reconnatre que j’avais dans la personne de mon antagoniste sinon un matre, du moins un gal.

L’horreur que m’inspiraient ses crimes disparaissait devant l’admiration, que provoquait en moi son habilet. Seulement il fit un faux pas (bien lger, il est vrai), mais ce faux pas constituait une faute grave, au moment mme o je le serrais de prs. L’occasion tait belle, je la saisis, et commenai aussitt tendre mon filet autour de lui. Les mailles de ce filet vont bientt se fermer. Dans trois jours, c’est--dire lundi prochain, le fruit sera bon cueillir, et le professeur avec toute sa bande sera entre les mains de la police. ce moment, nous assisterons au plus grand procs criminel du sicle, et nous aurons la cl de plus de quarante affaires restes mystrieuses. Mais vous comprenez que si nous nous pressons trop, ils nous glisseront entre les mains, mme la dernire minute.

Mon rve tait d’arriver mon but sans donner l’veil au professeur Moriarty. Malheureusement il est trop malin pour que quelque chose lui chappe. Il a suivi chaque mouvement que je faisais pour l’enserrer dans mes mailles ; maintes fois il a cherch m’chapper, je l’ai toujours ressaisi. Cette lutte audacieuse, si je vous en narrais les dtails, mon cher Watson, prendrait place parmi les popes les plus brillantes des annales des dtectives. J’ai d faire feu de toutes pices, dployer tout mon talent, mais aussi je n’avais jamais rencontr un semblable adversaire. Ds qu’il me portait un coup violent, je le parais aussitt. Ce matin j’avais pris mes dernires dispositions : il ne me fallait plus que trois jours pour mener l’affaire bonne fin. J’y rflchissais dans ma chambre, lorsque tout coup la porte s’ouvrit et livra passage… au professeur Moriarty lui-mme.

J’ai les nerfs solides, vous le savez, et pourtant j’prouvai un frisson en voyant devant moi l’homme dont la pense me hantait depuis si longtemps. Je le connaissais parfaitement : grand, mince, avec un front bomb trs prominent et des yeux profondment enfoncs ; il a un visage blafard et compltement ras qui lui donne l’apparence d’un ascte, tout en lui conservant la physionomie d’un professeur. Ses paules sont votes par l’tude, et sa tte penche en avant oscille de droite et de gauche la manire des reptiles. Ses yeux rids se fixrent sur moi avec curiosit.

 — Votre dveloppement frontal est moins fort que je ne le croyais, me dit-il, Vous avez la mauvaise habitude de porter des armes charges dans la poche de votre robe de chambre. 

Ds son entre j’avais compris que ma situation devenait critique. Il me fallait tout prix arriver lui imposer silence. Sans perdre un instant, j’avais fait passer mon revolver de mon tiroir dans ma poche, le dissimulant de mon mieux sous mes vtements. Me voyant dcouvert, je plaai l’arme en vidence sur la table. Il continua sourire et cligna de l’il, mais avec une expression telle que je me flicitai d’avoir cette arme porte de ma main.

 — Vous ne me connaissez videmment pas, dit-il.

 — Je vous connais, au contraire, parfaitement, rpondis-je. Veuillez prendre une chaise, j’ai cinq minutes vous donner si vous avez me parler.

 — Vous avez dj eu l’intuition de ce que j’ai vous dire.

 — Il est alors probable que vous devinez ma rponse.

 — tes-vous prt ?

 — Absolument.

Il porta la main sa poche pendant que je saisissais mon pistolet sur la table. Mais il ouvrit simplement un agenda sur lequel taient griffonnes quelques dates.

— Vous vous tes trouv sur mon chemin le 4 janvier, dit-il. Le 23, vous m’avez gn ; vers le milieu de fvrier, vous m’avez caus un tort srieux ; la fin de mars, vous avez compltement boulevers mes plans. Et maintenant, la fin d’avril, votre continuelle perscution attente ma libert. La situation est intenable.

 — Avez-vous une proposition me faire ? Demandai-je.

 — Oui, je vous prie de vous arrter, monsieur Holmes, rpondit-il en hochant la tte. Vous ferez bien de vous en tenir l.

 — Pas avant lundi, en tout cas, rpliquai-je.

 — C’est bon, c’est bon, reprit-il. Un homme de votre intelligence doit comprendre ! Qu’il n’y a qu’une seule manire d’en finir : c’est de vous retirer. Vous avez pouss les choses un tel point qu’il ne vous reste plus que cette ressource-l. Je vous avoue que l’habilet dont vous avez fait preuve a t pour moi un vrai rgal intellectuel et il me serait rellement pnible d’en arriver une mesure extrme. Vous souriez, monsieur, je vous assure pourtant que je ne plaisante pas.

 — Je suis par profession habitu au danger, rpondis-je.

 — Il n’est pas question de danger, dit-il, mais d’une mort certaine. Non content, de vous attaquer un seul individu, vous vous en prenez une puissante organisation dont, malgr votre habilet, vous tes loin de souponner l’tendue. Il faut vous retirer, monsieur Holmes, ou il vous arrivera malheur.

 — Le charme de votre conversation, dis-je en me levant, me fait ngliger une importante affaire qui m’attend ailleurs.

Il se leva aussi et me regarda en silence, puis, hochant la tte tristement :

 — Enfin, enfin, dit-il, c’est fcheux. J’ai pourtant conscience de vous donner un avertissement suffisant : je connais par le menu votre plan d’attaque ; il vous est impossible de l’excuter avant lundi. Vous me provoquez en duel, monsieur Holmes, et vous esprer me voir sur le banc des accuss ; dtrompez-vous, vous ne m’y verrez jamais. Vous pensez avoir le dessus ? Vous vous faites illusion. Si vous tes assez habile pour me perdre, croyez bien que je vous rserve le mme sort.

 — Vous m’avez fait plus d’un compliment, monsieur Moriarty, dis-je. mon tour, je vous affirme que si j’tais certain de vous perdre, je n’hsiterais pas me sacrifier et cela dans l’intrt gnral.

 — Je puis vous promettre que c’est vous qui succomberez et non pas moi , rpondit-il d’un ton bourru.

Puis il me tourna le dos et se retira en clignant des yeux.

Tel fut, mon cher ami, mon singulier entretien avec le professeur Moriarty. J’avoue que j’en demeurai plus dsagrablement impressionn que si j’avais eu affaire un vulgaire butor, car cette manire de parler, douce et ferme, me rvlait une volont toute preuve. Vous me demanderez, n’est-ce pas, pourquoi je ne lance pas la police contre lui ? La raison en est bien simple : j’ai la conviction que le coup sera port par un de ses agents et cette conviction se base sur des preuves.

— Vous avez donc dj t attaqu ?

— Mon cher Watson, le professeur Moriarty n’est pas homme laisser l’herbe crotre sous ses pieds. Je suis sorti vers midi pour traiter une affaire dans Oxford Street. Au moment o je tournais le coin de Bentinck Street, pour entrer dans Welbeck Street, un camion attel de deux chevaux lancs au grand trot dboucha subitement et me vint droit dessus en un clin d’il. D’un bond, je sautai sur le refuge ; une seconde de plus j’tais perdu. Le camion enfila la rue Marylebone et disparut aussitt. Je suivis le trottoir ; mais au moment o je descendais Vere Street une brique dtache d’une toiture vint s’craser mes pieds. Je prvins la police et fis faire une perquisition dans la maison ; on trouva sur le toit des ardoises et des briques empiles pour quelque rparation, et on me persuada que le vent avait d en emporter une. Je savais parfaitement ce qui en tait mais je n’avais aucune preuve fournir. Je pris alors un fiacre et me fis mener chez mon frre Pall Mall. J’ai pass la journe chez lui, puis je l’ai quitt pour venir ici, et, en route, j’ai t attaqu par un vaurien arm d’un casse-tte. Je l’ai roul par terre, puis la police l’a coffr, mais je vous rponds qu’on ne trouvera aucune corrlation entre l’individu contre les dents duquel je me suis corch les doigts, et le professeur de mathmatiques qui crit des x sur un tableau noir dix milles d’ici. Vous comprenez maintenant pourquoi mon premier mouvement, en entrant ici, a t de fermer vos volets, et pourquoi aussi je vous ai demand la permission de repartir par une autre porte que celle d’entre.

J’avais souvent admir le courage de mon ami, mais jamais autant qu’’ cet instant o, assis l devant moi, il rcapitulait, avec un calme tonnant, la srie des incidents qui avaient failli lui coter la vie.

— Vous allez passer la nuit ici, dis-je.

— Non, mon cher, je suis un hte trop dangereux. J’ai tress mon plan, tout ira bien. L’affaire est si avance que l’arrestation peut avoir lieu sans ma prsence. Mon intervention ne sera utile que pour la condamnation. Il est donc prfrable que je m’en aille en attendant que la police agisse : je serais mme trs heureux si vous pouviez m’accompagner sur le continent.

— J’ai peu de malades en ce moment, rpondis-je, et j’ai pour voisin un confrre complaisant. Je serai donc enchant de vous accompagner.

— Et vous partiriez demain matin ?

— Oui, s’il le faut.

— C’est urgent. Voici mes instructions, veuillez les suivre la lettre, mon cher Watson, car vous allez jouer avec moi une partie dcisive contre le plus habile coquin et le plus puissant syndicat de criminels de l’Europe entire. coutez donc attentivement. Vous expdierez ce soir mme, par un messager sr, tous vos bagages la gare de Victoria, et vous aurez soin de n’y apposer aucune adresse. Demain matin vous ferez chercher un hansom en recommandant votre homme de ne choisir ni le premier ni le second qui s’offriront lui. Vous sauterez dans la voiture et vous vous ferez conduire Lowther Arcade, au bout du Strand, en ayant soin de donner par crit l’adresse au cocher et en lui recommandant de ne pas la jeter. Prparez l’avance le prix de votre course, et, ds que la voiture s’arrtera, traversez rapidement les Arcades, et arrangez-vous de faon vous trouver l’autre extrmit 9 heures 1/4. Vous trouverez l, contre le trottoir, un coup conduit par un individu vtu d’un gros pardessus col lisr de rouge. Vous monterez dedans, et vous gagnerez Victoria, juste , temps pour prdire l’express continental.

— O vous retrouverai-je ?

— la gare, j’ai fait rserver la deuxime voiture de premire classe en partant de la tte du train.

— Alors, rendez-vous dans le wagon ?

— Oui.

En vain, je suppliai Holmes de passer la nuit chez moi. Il refusa, craignant sans doute d’attirer des dsagrments sur son hte. Il complta en quelques mots ses instructions, puis il se leva et descendit avec moi dans le jardin dont il escalada le mur. Il se trouva ainsi dans Mortimer Street, et siffla un hansom qui l’emmena aussitt.

Le lendemain matin, je me conformai aux instructions de Holmes. Je me procurai une voiture, choisie de manire djouer tout complot, et, immdiatement aprs djeuner, je me fis conduire Lowther Arcade que je traversai aussi vite que possible. l’endroit dsign, je trouvai un coup conduit par un gros cocher envelopp dans une plerine de couleur sombre ; je sautai dans la voiture qui partit au grand trot dans la direction de Victoria Station et disparu aprs m’avoir dpos, sans que le conducteur ait mme tourn la tte de mon ct.

Jusque-l tout allait bien. Mes bagages m’attendaient, et je dcouvris d’autant plus facilement le wagon dsign par Holmes, qu’il tait le seul porter la plaque  lou . Il n’y avait plus que sept minutes avant le dpart du train, et l’absence de Holmes commenait m’inquiter srieusement. Je cherchai vainement distinguer parmi les groupes de voyageurs et d’amis de ces derniers, la tournure svelte de Holmes. Il n’tait pas l. Je perdis quelques minutes servir d’interprte un vnrable prtre italien qui, dans son mauvais anglais, ne pouvait pas arriver faire comprendre un employ qu’il voulait enregistrer ses bagages directement pour Paris ; enfin, jetant un dernier regard autour de moi, je regagnai mon wagon. Quelle ne tut pas ma surprise de constater que, malgr la plaque  lou , l’employ y avait introduit le vieil Italien. Inutile de chercher lui expliquer qu’il tait l en intrus : mon italien tait aussi piteux que son anglais. Je me rsignai donc mon sort en haussant les paules, et je continuai chercher des yeux mon ami, avec la plus grande inquitude, redoutant un accident survenu peut-tre dans la nuit. Les portires taient dj fermes et le coup de sifflet tait donn, lorsque j’entendis ces mots derrire moi :

— Mon cher Watson, voua n’avez mme pas daign me dire bonjour.

Je me retournai stupfait. Le vieux prtre me regardait en face : ses rides avaient disparu, son nez ne rejoignait plus son menton, la lvre infrieure n’tait plus pendante, les yeux teints avaient repris leur animation, la taille courbe s’tait redresse. Cette apparition ne dura qu’une seconde. L’instant d’aprs, nouvelle transformation : Holmes venait de s’clipser aussi rapidement qu’il m’tait apparu.

— Grand Dieu ! m’criai-je, que vous m’avez fait peur !

— Il ne faut ngliger aucune prcaution, murmura-t-il tout bas. J’ai des raisons de croire qu’ils sont sur nos talons. Tenez, voici Moriarty en personne.

Le train s’tait mis en marche pendant que Holmes parlait ; regardant par la portire, je vis un homme de haute taille qui s’efforait de fendre la foule et qui agitait la main pour faire signe d’arrter le train. Mais il tait trop tard, le train marchait dj et quelques secondes aprs nous tions en dehors de la gare.

— Vous voyez que, malgr toutes nos prcautions, nous l’avons chapp belle, me dit Holmes en riant.

Puis, se levant, il se dbarrassa de la robe noire et du chapeau qui formaient son dguisement et les enferma dans un sac de voyage.

— Avez-vous lu les journaux du matin, Watson ?

— Non.

— Alors, vous n’avez pas vu ce qui s’est pass dans Baker Street.

— Dans Baker Street ?

— Oui, ils ont mis le feu notre appartement, la nuit dernire. Il n’y a pas eu grand mal, du reste.

— Grand Dieu ! Holmes ; c’est affreux.

— Ils ont d perdre ma piste aprs l’arrestation de l’homme au casse-tte, sans cela ils ne seraient pas alls me chercher chez moi. D’autre part, ils ont d vous surveiller puisque Moriarty vient de venir Victoria. N’avez-vous commis aucune imprudence en chemin ?

— Je me suis exactement conform a ce que vous m’aviez prescrit.

— Avez-vous trouv votre coup ?

— Oui, il m’attendait.

— Avez-vous reconnu votre cocher ?

— Non.

— C’tait mon frre Mycroft ; il vaut mieux, dans ces cas-l, ne pas mettre d’tranger dans la confidence. Mais il s’agit maintenant d’adopter une ligne de conduite vis--vis de Moriarty.

— Comme ce train est express et qu’il correspond avec le bateau, il me semble que nous l’avons rellement dpist.

— Mon cher Watson, vous ne semblez pas avoir mesur la porte de mes paroles, lorsque je vous affirmais que cet homme est intellectuellement mon gal. Vous pensez bien que si j’tais lanc sa poursuite, je ne me laisserais pas arrter par un si faible obstacle. Lui en fera autant.

— Que va-t-il inventer alors ?

— Ce que j’inventerais sa place. Pourquoi donc ?

— Il commandera un train spcial.

— Mais il est trop tard.

— Nullement. Notre train, s’arrte Cantorbery, puis, il y a toujours au moins un quart d’heure d’intervalle entre l’arrive du train et le dpart du bateau. C’est l qu’il, nous rejoindra.

— On dirait, vraiment, que nous, sommas des criminels poursuivis. Faisons-le arrter son arrive.

— Ce serait anantir le travail de trois mois entiers. Nous prendrions, j’en, conviens, le gros poisson, la pice de rsistance, mais le fretin s’chapperait du filet. Lundi, nous les tiendrons tous. Il ne faut donc pas songer pour l’instant une arrestation.

— Que dcider alors ?

— Nous quitterons le train Cantorbery.

— Et puis ?

— Eh bien ! L, nous changerons de direction. Et nous filerons sur Newhaven, pour dbarquer Dieppe. Moriarty agira encore somme, j’agirais sa place, il ira Paris, reconnatra nos bagages et attendra deux jours la consigne. Pendant ce temps, nous nous offrirons deux sacs de nuit en toile canevas, et nous nous procurerons les vtements ncessaires dans les manufactures des pays que nous traverserons ; ainsi, nous cheminerons tranquillement vers la Suisse via Luxembourg et Ble.

Je suis trop bon voyageur pour me laisser troubler par la perte de mes bagages ; j’avoue pourtant que j’tais vex l’ide de baisser pavillon et de fuir devant un pareil chenapan. videmment Holmes voyait plus clair que moi dans la situation. Donc Cantorbery nous descendmes : il n’y avait pas de train pour Newhaven avant une heure.

Je regardais tristement disparatre le fourgon qui emportait ma garde-robe, lorsque Holmes, me tirant par la manche, me montra la voie ferre.

— Tenez dj, dit-il, voyez-vous l-bas ?

Au loin, au milieu des bois de Kentish, on apercevait une lgre colonne de fume. Une minute plus tard, nous vmes apparatre, sur la courbe qui aboutit la gare, une locomotive et un wagon. Nous n’emes que le temps de nous dissimuler derrire une pile de bagages, pendant que la locomotive passait toute vitesse en grinant, mugissant et projetant une forte bouffe d’air chaud.

— Le voil qui passe, dit Holmes, au moment o le wagon franchissait l’aiguille. Vous la voyez, notre homme vient de manquer de perspicacit. Il n’a pas su prvoir ce que nous ferions ; autrement, il et agi en consquence.

— Qu’aurait-il fait s’il nous avait rejoints ?

— Tout son possible pour m’assassiner, mais nous tions deux de jeu. Maintenant que me conseillez-vous ? Faut-il djeuner ici, quoiqu’il soit bien tt, ou nous exposerons-nous subir les tortures de la faim jusqu’ Newhaven ?

Nous continumes notre voyage sur Bruxelles, o nous passmes deux jours avant de nous diriger sur Strasbourg. Ds le lundi matin, Holmes avait tlgraphi la police de Londres, et, le soir mme, nous trouvmes une rponse qui nous attendait l’htel. Holmes la dchira fivreusement, et la lana dans la chemine avec un juron.

— J’aurais d m’en douter, gmit-il. Il leur a chapp.

— Moriarty ?

— Ils ont mis la main sur toute la bande, lui seul except. Il leur a gliss entre las mains. Naturellement, aprs mon dpart, il ne s’est trouv personne pour lui tenir tte ; je croyais bien pourtant avoir mis tous les atouts de leur ct. Croyez-moi, Watson, retournez en Angleterre.

— Pourquoi ?

— Parce que je deviens un compagnon de voyage dangereux. Cet homme joue son dernier atout ; il est perdu s’il rentre Londres. Si j’ai bien vu clair dans son jeu, il va exercer sa vengeance sur moi, il me l’a promis dans le court entretien que nous avons eu ensemble et je ne doute pas qu’il tienne parole. Pour arriver ses fins, il fera feu de tout bois et dploiera toute son nergie. Je vous conseille donc de retourner vos affaires.

Une telle proposition n’tait pas acceptable pour un vieux soldat et un fidle ami comme moi.. Nous discutmes la question pendant une demi-heure dans le buffet de Strasbourg, et le soir nous continuions notre voyage sur Genve.

Une semaine durant, nous remontmes la ravissante valle du Rhne, puis, bifurquant Lenk, nous passmes le col de la Gemmi tout couvert de neige pour descendre sur Meiringen, via Interlaken. Ce fut une excursion charmante : au-dessous de nous, la riante verdure du printemps ; au-dessus de nos ttes, la virginale blancheur de l’hiver ; mais rien ne pouvait dissiper le nuage qui pesait sur Holmes. Je lisais dans ses yeux une proccupation constante. En traversant les paisibles villages des Alpes, comme dans les sentiers les plus solitaires de la montagne, je le voyais scruter le visage des passants ; il semblait convaincu que, nulle part, nous ne pourrions chapper au danger qui nous menaait.

Je me rappelle qu’un jour, en traversant la Gemmi, nous ctoyons le mlancolique lac de Dauben. Tout coup un rocher se dtacha du flanc de la montagne notre droite et roula derrire nous jusque dans l’eau. En un clin d’il, Holmes fut au sommet, et, debout sur le point le plus lev, il fouilla l’horizon dans toutes les directions. Notre guide eut beau nous affirmer qu’au printemps il roulait frquemment des rochers cet endroit, Holmes ne rpondit pas, mais se contenta de sourire de l’air d’un homme qui voit se raliser ce qu’il avait prvu. Et pourtant malgr cette inquitude, il n’tait pas abattu. Au contraire, je ne lui avais jamais vu tant d’entrain. Il me rptait sans cesse qu’il renoncerait volontiers sa carrire, s’il avait la certitude de dlivrer la socit du professeur Moriarty.

— Je crois, Watson, pouvoir dire sans me vanter que ma vie n’a pas t inutile. Si je faisais aujourd’hui la rvision de mon bilan, je n’aurais rien me reprocher, car j’ai avantageusement purifi l’air de Londres. Sur plus de mille affaires, j’ai conscience de ne m’tre pas gar une seule fois. Dernirement, j’ai t tent de sonder les problmes fournis par la nature, de prfrence ceux plus compliqus qui rsultait de nos conventions sociales. Vos mmoires, Watson, s’arrteront le jour o je couronnerai ma carrire par la capture ou l’anantissement du plus dangereux et habile sclrat de l’Europe entire.

J’abrge la fin de ce rcit tout en prcisant les faits ; quelque pnible que me soit ce sujet je tiens pourtant n’omettre aucun dtail.

Le 3 mai, nous arrivmes au petit village de Meiringen o nous descendmes l’htel des Anglais tenu par le vieux Pierre Steiler, homme intelligent, qui avait servi pendant trois ans en qualit de matre d’htel l’htel Grosvenor Londres ; aussi parlait-il l’anglais merveille. Sur son conseil, nous partmes le 4 dans l’aprs-midi pour une excursion dans la montagne jusqu’au hameau de Rosenlani, o nous devions passer la nuit. Il nous recommanda toutefois de faire un dtour pour voir au passage les chutes de Reichenbach qui sont peu prs mi-cte.

C’est en effet un spectacle grandiose. Le torrent, gonfl par la fonte des neiges, se prcipite dans un gouffre d’o l’cume jaillit en tourbillons si pais qu’on les prendrait facilement pour la fume d’un incendie. La chemine dans laquelle se prcipite le torrent est une immense brche forme dans des rochers noirtres et brillants. Cette brche se resserre tout coup en une cavit sans fond, d’o l’cume jaillit avec rage sur les parois effrites. On est pris de vertige en regardant longtemps de suite cette masse d’eau d’un vert meraude, et le nuage d’embrun qui s’en chappe avec un perptuel mugissement.

Nous tions l, au bord du prcipice, fascins par la splendeur de cette masse d’eau venant se briser au-dessous de nous contre les rochers granitiques, et par ce murmure constant et presque humain qui s’levait du fond de l’abme.

Pour mieux mnager la vue, on avait trac un sentier en demi-cercle autour de la chute. Mais comme ce sentier ne se prolonge point au del, le touriste est forc de revenir sur ses pas. Nous avions dj rebrouss chemin, lorsque nous vmes venir au-devant de nous un jeune gamin suisse avec une lettre la main. La lettre portait le nom de notre htel et m’tait adresse par le propritaire. Il parat que quelques minutes aprs notre dpart, tait arrive une dame anglaise malade de la poitrine au dernier degr. Elle venait de passer l’hiver Davos-Piatz, et s’tait mise en route pour rejoindre des amis Lucerne, lorsqu’elle avait t prise subitement d’une hmorragie ; on pensait qu’elle n’y survivrait pas. Comme dernire consolation, elle dsirait beaucoup voir un mdecin anglais et c’est pour cela qu’on me priait de rentrer l’htel, etc.

Le brave Steiler m’assurait en post-scriptum qu’il me garderait personnellement une profonde reconnaissance, si j’acquiesais ce dsir ; car cette dame refusait de voir un mdecin suisse et il sentait sa propre responsabilit engage.

Cet appel tait de ceux auxquels on ne rsiste pas. Je ne pouvais refuser de secourir une compatriote qui se mourait en pays tranger. Toutefois j’avais quelques scrupules d’abandonner ainsi Holmes. Finalement nous dcidmes que le jeune messager suisse demeurerait avec lui pour lui servir de guide et de compagnon pendant que je retournerais Meiringen. Holmes me dit avoir l’intention de rester encore un peu au bord du torrent, puis qu’il gagnerait lentement le sommet de la montagne et Rosenlani, o je pourrais le rejoindre le soir mme. Je partis donc et, en me retournant, je vis mon ami, hlas ! Pour la dernire fois en ce monde, les bras croiss, adoss un rocher, en extase devant le tourbillon.

Au bas de la descente, je regardai encore en arrire ; de l je ne pouvais apercevoir la cascade, mais seulement le sentier qui contourne le flanc de la montagne et conduit la chute. Dans ce sentier marchait, pas presss, un homme dont la silhouette sombre se dtachait sur la verdure environnante. Son aspect me frappa ainsi mie la rapidit de son allure, mais dans ma hte d’arriver mon but, je ne m’arrtai pas plus longtemps cette rflexion. Je mis un peu plus d’une heure atteindre Melringen, Le vieux Steiler tait sur le porche de son htel.

— Eh bien ! Dis-je en pressant le pas, j’espre que son tat ne s’est pas aggrav ?

Une expression de surprise se peignit sur sa figure, et, au froncement de ses sourcils, mon cur se figea dans ma poitrine.

— Vous ne m’avez pas crit ceci, dis-je en tirant la lettre de ma poche ? N’y a-t-il pas une dame anglaise malade chez vous ?

— Certainement pas, s’cria-t-il. Pourtant, je vois l le cachet de l’htel. Ah ! Ce mot a d tre crit par ce grand Anglais qui est arriv aprs votre dpart. Il avait dit…

Je n’attendis pas les explications du matre d’htel. Transi de frayeur, je remontai en courant la rue du village pour reprendre en sens inverse le chemin que je venais de parcourir. Il m’avait fallu une heure pour descendre et, malgr tous mes efforts, je mis deux heures pour remonter la cascade de Reichenbach. L’alpenstock de Holmes tait encore l, appuy contre le mme rocher o j’avais laiss mon ami, mais de lui, aucune trace ; ce fut en vain que je l’appelai. Seuls les rochers d’alentour rpercutrent mes cris en un long cho.

La vue de cet alpenstock m’avait glac d’effroi : Holmes n’tait donc pas all Rosenlani. Il tait rest dans ce sentier, large de trois pieds, bord d’un ct par un roc pic, de l’autre par le prcipice ; c’est l que son ennemi l’avait surpris ! Le jeune Suisse avait disparu aussi. Il tait sans doute aux gages de Moriarty et avait laiss les deux hommes en prsence. Aprs cela, que s’tait-il pass ? Qui pourrait nous le dire ?

Je restai quelques instants pour rassembler mes ides, car j’tais littralement atterr. Je tentai, pour reconstituer cet horrible drame, d’appliquer la mthode que Holmes lui-mme m’avait si souvent enseigne.

Ce n’tait hlas ! Que trop simple, L’alpenstock marquait l’endroit ou nous nous tions arrts pour causer, nous n’tions pas alls jusqu’au bout du sentier, dont le sol gristre, perptuellement mouill par les embruns, garde les empreintes les plus lgres ft-ce celles d’un oiseau. Or, on voyait l distinctement deux lignes de pas ; partant de l’endroit o je me trouvais et se dirigeant vers l’extrmit du sentier. Il n’y en avait pas en sens inverse. quelques mtres de l’extrmit, le sol tait pitin et boueux ; les ronces et les fougres qui bordaient le prcipice taient foules et souilles de terre humide. Je me couchai plat ventre pour plonger du regard dans l’abme ; l’cume du torrent m’claboussait de toutes parts. La nuit tait venue ; j’apercevais peine et l des reflets humides sur les parois des rochers noirtres, et au fond du prcipice le ruissellement du torrent. J’appelai. Pour toute rponse, le mugissement quasi humain de la cascade vint frapper mon oreille. Il tait pourtant dit que je recueillerais un dernier souvenir de mon pauvre ami : le roc mme o j’avais trouv  l’alpenstock avanait un peu sur le sentier, et, tout en haut, mon il fut attir par un p

SUITE DES OEUVRES DE MON AMIE " AMéLIE NOTHOMB "

...MALHEUREUSEMENT !

 JE N'AI PU LIRE SES OEUVRES QU' LA BIBLIOTHEQUE...

JE N'EN POSSEDE QU'UNE, MAIS DEDICACEE <3

" Mtaphysique des tubes "
car je l'ai connue, en l'an 2OOO

Amlie Nothomb est ne le 13 aot 1967 Kobe.

BIOGRAPHIE

Amlie Nothomb est un crivain belge de langue franaise. Elle est n le 13 aot 1967 Kobe, au Japon, o son pre, le baron Patrick Nothomb, fut ambassadeur de Belgique. Belgique, qu'elle ne connatra qu' 17 ans, pour y terminer ses tudes de philologie romane l'Universit libre de Bruxelles.

Depuis 1992, Amlie Nothomb publie aux ditions Albin Michel un roman par an.

Stupeur et tremblements, roman de son exprience professionnelle au Japon, sera rcompens en 1999 par Le Grand Prix du roman de l'Acadmie franaise.

1993 Prix de la vocation
2008 Grand prix Giono
1999 Grand Prix d'Acadmie Franaise
 

Du mme auteur chez Albin Michel

 Antchrista (2003)
Mercure (1998)
Attentat (1997)
Pplum (1996)
Distinctions :
Commandeur de l'Ordre de la Couronne (2008)
********

Titre

Catgorie

Commentaire

Pour ...VOUS...

Un avis de...DANIELE

 

Cosmtique de l'ennemi
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Si vous ne connaissez pas Amlie Nothomb et ses tortures mentales, vous ne serez pas du par ce dialogue de 120 pages qui vous empchera srement de dormir ou vous conduira l'hpital psychiatrique...

 

D'abord tous les inconditionnels d'Amlie, puis tous ceux qui aiment les romans psychologiques fort rebondissement et propice l'introspection.

DANIELE

 

Hygine de l'assassin
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Une trs belle criture et une belle dmonstration de la nature humaine.

 

Aux personnes qui aiment l'criture.

DANIELE

 

Les catilinaires
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Je propose un titre mais je crois que de toute manire, toute l'uvre d'Amlie Nothomb est fantastique !

 

A toutes les personnes aimant les romans.

DANIELE

 

Mtaphysique des tubes
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Amlie raconte sa prime enfance au Japon qu’elle admire. D’un tube digestif sans conscience vritable, elle passe par tous les stades de la conscience. La petite fille dcouvre les horreurs de la vie, mme la mort par une srie de situations cocasses et d’aventures hilarantes, comme l’apprentissage du no par son europen de pre, diplomate belge de surcrot. A dcouvrir comme un roman autobiographique et savourer comme une bande dessine. Un vrai rgal !

 

A tous ceux qui ont aim "Le petit chose" et "Un bon petit diable" !

DANIELE

 

Mtaphysique des tubes
Amlie Nothomb

 

Romans - Littrature

L'auteur dcrit dans ce roman les premires annes de sa vie (jusqu' trois ans), qu'elle a passes au Japon.
Ce roman est vraiment surprenant car A. Nothomb dcrit ses motions et ses impressions ressenties lors de ses trois premires annes, avec un raisonnement d'adulte. Nombreuses situations sont plus que cocasses et on apprcie vraiment son style.
Si le roman vous parait trop court, je vous conseille ensuite le Sabotage Amoureux. Je vous laisse dcouvrir le sujet....

 

Aux gens qui aiment l'humour sarcastique

DANIELE

 

Peplum
Amlie Nothomb

 

Romans - Littrature

Un livre un peu oubli d'un(e) auteur(e) un peu trop clbre (clbre ?) actuellement. Une dmonstration de son prodigieux talent dans cette histoire folle mais logique construite sur seulement deux personnages et un dialogue et qui nous entraine dans un Pompi... revisiter !

 

Aux nombreux lecteurs actuels d'Amlie qui ont peut-tre laiss passer ce joyau ! Et tous bien sr...

DANIELE

 

Stupeurs et tremblements
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Ce livre relate avec humour l'exprience d'une jeune fille en stage dans une importante socit du Japon et comment elle doit composer avec les usages, oh combien dconcertants, qui lui sont imposs. On s'amuse beaucoup tant le ton est allgre et primesautier.

 

pour adultes : livre facile lire, d'une seule traite

DANIELE

 

 

Cosmtique de l'ennemi
Amlie Nothomb

 

Romans - Littrature

Celui-ci m'a redonn le got de lire. C'est un livre plein de rebondissements, il se lit facilement, drange et ne demande qu' tre dvor...

 

16 ans et plus...

 

DANIELE

MON AMIE " AMéLIE NOTHOMB ", CONNUE EN BELGIQUE...

J'AI CONNU

MON AMIE " AMLIE NOTHOMB ", EN BELGIQUE...

Qui est... Amlie Nothomb ?

Prolifique et mystrieuse, Amlie Nothomb n'a plus besoin de faire la promotion de ses livres pour battre des records de ventes. Dcouvrez le parcours de cette jeune femme secrte, qui allie son monde trange perversit psychologique et humour noir.

Fille de l'ambassadeur et crivain belge Patrick Nothomb, Amlie Nothomb est ne au Japon, dans la ville de Kob, le 13 aot 1967. Profondment imprgne par la culture nippone, celle-ci peut en effet se vanter d'tre parfaitement bilingue ds l'ge de cinq ans. La jeune fille passe son enfance suivre son pre, de la Chine la Birmanie en passant par New York ; une destine d'expatrie et un sentiment de solitude qui l'incitent, petit petit, se replier sur elle-mme.

Le dbarquement en Belgique l'ge de 17 ans, dans la patrie familiale, amplifie encore son mal-tre. Se sentant rejete dans sa nouvelle universit o elle poursuit des tudes grco-latines, elle dcouvre une culture et un mode de vie occidentaux qui lui avaient alors totalement chapps ; le choc est brutal.

C'est partir de cette priode qu'Amlie Nothomb commence crire, sans prtendre toutefois encore pouvoir vivre de sa plume. Elle continue en effet chercher sa voie professionnelle, ce qui l'amne retourner quelques temps au Japon. Auteur dj de plus d'une vingtaine de manuscrits personnels, Amlie Nothomb dcide de se lancer et publie 25 ans son premier roman, Hygine de l'assassin (1992), qui marque galement son premier succs.

Vritable phnomne littraire, la jeune femme enchane les publications raison d'un livre par an, qui connaissent tous une impressionnante carrire commerciale. Le public apprcie le style romanesque et dcal de la jeune femme, toujours accompagn d'un humour subtil, mais qui le place directement face ses pulsions intrieures. Parfois autobiographiques (Mtaphysique des tubes) ou purement fictionnels (Les Catilinaires), ses romans sont nourris d'expriences personnelles mais qui pourraient tre partages par tous.

Pour ne rien gcher, l'excentricit de l'crivain en font une invite privilgie des mdias, la jeune femme n'hsitant pas arborer des chapeaux extravagants ou un maquillage vif. Elle accompagne parfois ses prestations de quelques phrases percutantes, comme lors de l'mission Apostrophes o elle avait rvl Bernard Pivot qu'elle se dlectait de fruits pourris.

Stupeur et tremblements (1999) marque un tournant dans la carrire de la jeune femme. Dj en raison de son triomphe (plus de 500 000 exemplaires vendus, son plus gros succs actuel, couronn par le Grand prix du roman de l'Acadmie Franaise), mais aussi vis--vis de la perception de son mtier d'crivain. Plus sage, plus discrte, Amlie Nothomb se dfend ds lors d'une certaine extravagance passe et fuit les mdias hors-priode de promotion. Celle-ci prfre dsormais se concentrer sur son travail (au moins quatre heures par jour, et ce ds quatre heures du matin) et partir sur les routes la rencontre de ses lecteurs.

Ses livres sont parfois transposs au cinma, comme Hygine de l'assassin en 1998 et Stupeur et tremblements en 2003, et pour lequel Sylvie Testud reoit le Csar de la Meilleure actrice. Il faudra patienter quelques mois encore pour connatre le successeur d'Antechrista, mais on peut d'ores et dj vous dire que le manuscrit est prt. En effet, Amlie Nothomb crit environ trois livres par an, mais dcide chaque fois de n'en publier qu'un seul. Et de disparatre nouveau ensuite...

<3<3<3<3<3<3<3<3

Catgorie
Commentaire
Pour ...VOUS

Voyage d'hiver
Amlie NOTHOMB Voyage d'hiver

Romans - Littrature Amlie Nothomb revient une meilleure littrature que ces dernires annes (Le fait du Prince tait trs bien aussi) o elle reprenait sans cesse un thme qui lui tait cher mais trop bcl et trop rptitif, sans originalit. Son livre est amusant, riche en vocabulaire comme elle sait bien le faire. Je regrette seulement qu’il soit un peu court. Quitte sortir un livre par an, qu’elle le peaufine un peu plus, qu’elle enrichisse son histoire. L’an prochain peut-tre ? A quelqu'un qui veut se changer les ides sans avoir trop lire. 

Cosmtique de l'ennemi
Amlie Nothomb Cosmtique de l'ennemi

Romans - Littrature Ce livre est vraiment captivant du dbut la fin. Le dnouement de ce livre est tout fait imprvisible. Le style de l'auteur est diffrent de tout ce que j'ai pu lire jusqu' maintenant et pourtant, je lis normment. Aux lecteurs qui cherchent un style d'criture diffrent. 

Mercure
Amlie Nothomb Mercure

Romans - Littrature Amlie Nothomb excelle une fois de plus dans le domaine de l'amour destructeur. Elle seule sait manier le sujet avec une telle virtuosit. Ce livre est un vritable chef-d'oeuvre qui nous tient en haleine jusqu' la fin ! A tous ceux en qute de sentiments amoureux l'tat pur, en dehors de toute moralit. 

Cosmtique de l'ennemi
Amlie Nothomb Cosmtique de l'ennemi

Romans - Littrature Ce petit roman diabolique contient quelques dialogues remarquables, pleins de venin et ce type Textor se dveloppe comme une telle peste que mme les sentiments les plus profonds de Jrme sont provoqus. Une composition trs prcise qui tient d'un point de vue psychologique. Pas exactement un roman lire avant de se coucher.... Pour ceux qui aiment la psychanalyse 

 Stupeur et tremblements
Amlie Nothomb Stupeur et tremblements

Romans - Littrature Amlie, fidle son impudeur des sentiments dans toute la finesse et la violence qu'ils peuvent revtir au Japon. Il se lit trs vite et trs facilement. A tout le monde, notamment aux personnes qui voudront s'initier la lecture.

 Ni d'Eve, ni d'Adam
Amlie Nothomb Ni d'Eve, ni d'Adam Romans - Littrature C'est un dlice parcourir, du Nothomb pur et simple dans toute son originalit et sa complexit : style, syntaxe, mtaphore et sa description de la vie nipponne. Elle a un "je ne sais quoi" de bizarre et d'attractif la fois. Lire une histoire d'amour, c'est surprenant tant la complexit de ses sentiments trouble cette histoire. A relire rien que pour le plaisir.

tous (15 ans et +).

 Stupeur et Tremblements
Amlie Nothomb Stupeur et Tremblements Romans - Littrature Comment se mettre dans la peau d'une europenne dbarquant dans une socit o l'attitude et la russite sont synonymes d'honneur et de respect ?. Amlie Nothomb le fait avec brio dans ce livre qui nous fait dcouvrir une culture lointaine dans des situations, peut-tre un peu caricaturales.

A partir de 13 ans... 

Stupeur et tremblements
Amlie Nothomb Stupeur et tremblements Romans - Littrature J'ai bien aim ce livre avec des personnages pseudo-ralistes strotyps et une intrigue destine tenir l'intrt du lecteur en veil. 

 Ni d'Eve ni d'Adam
Amlie Nothomb Ni d'Eve ni d'Adam Romans - Littrature Jubilatoire !

Titre

Catgorie
Commentaire
Pour ...VOUS
Ni d'Eve ni d'Adam
Amlie Nothomb Ni d'Eve ni d'Adam
Romans - Littrature C'est du bon Nothomb, quoiqu'en diront ses ternels dtracteurs (parce qu'il est de bon got, dans certains milieux, de ne pas aimer cette auteur) !
C'est plein d'humour, dcal parfois. Elle excelle dcidment dans ces registres plus autobiographiques ! On referme ce livre avec l'envie d'apprendre le japonais, et, surtout, on retombe amoureux du franais si l'on avait oubli combien cette langue est riche. C'est bon de retomber amoureux !
Aux inconditionnels, ceux qui ont envie de passer un agrable moment, et aussi ceux qui jugent parfois sans avoir lu ou mme sans savoir lire. DANIELE
Journal d'Hirondelle
Amlie Nothomb Journal d'Hirondelle
Romans - Littrature Drle, pinant, atypique, jonglant avec notre belle langue ralisant des syntaxes improbables et jamais lues, les histoires d'Amlie ne sont que le prtexte se dlecter de sa virtuosit linguistique. A ceux qui commentent "comment de telles ides (noires) viennent une femme" il faut plutt lire : les femmes savent crire ce qu'elles n'engendreront jamais : le crime en srie, les mafias, les tortures, en somme tous ce que nos amis les hommes ont joliment cisel depuis plusieurs millnaires. Lecture pour trentenaires sexagnaires
DANIELE
 
 Biographie de la faim
Amlie Nothomb Biographie de la faim
Romans - Littrature Bref rcit des annes d’enfance de l’auteur, d’un bout l’autre du monde : du Japon la Chine, puis aux tats-Unis et au Bangladesh. L-bas, ses rapports complexes avec la nourriture, mais aussi les liens fusionnels avec sa sur et aussi avec sa “nounou”. Probablement le moins cynique des romans d’Amlie Nothomb, qui nous aide comprendre sa personnalit. Mais le livre est trs court et on reste un peu... sur sa faim. Tous. Bonne introduction l'uvre d'Amlie Nothomb.
DANIELE
Le journal d'Hirondelle
Amlie Nothomb Le journal d'Hirondelle
Romans - Littrature Roman trs dcevant et certainement "alimentaire" pour son auteur. Je ne le recommande personne.
Dany
Journal d'Hirondelle
Amlie Nothomb Journal d'Hirondelle
Romans - Littrature Le plus faible des Amlie Nothomb. Dcousu et vainement moralisateur. La brillance, la verve, le dtachement ne sont plus prsents. Peu emballant.
Quelques belles saillies, mais on ne construit pas un livre sur de beaux aphorismes. Pour fans d'Amlie Nothomb uniquement.
 DANIELE
Robert des noms propres
Amlie Nothomb Robert des noms propres
Romans - Littrature Plectrude sitt ne sera orpheline (assassinat, suicide, rien que a) va ravir dans un premier temps sa famille d'adoption. Porte aux nues, elle vivra un peu un conte de fe durant l'enfance ... puis viendra l'entre dans l'exigeante cole des petits rats de l'opra. Anorexique, toujours en qute du sublime, elle se perd. Tout ce qui semblait jouer en sa faveur prend un mauvais tournant. Sa mre adoptive, qui avait fait un transfert sur Plectrude, dvoile ses origines ... Moins de 2 heures pour lire un livre, c'est possible ! Son criture est comprhensible ds le collge. DANIELE
Acide sulfurique
Amlie Nothomb Acide sulfurique
Romans - Littrature Jusqu'o peut basculer le voyeurisme la TV avec des concepts droutants ? Ici, un camp de concentration avec des kapos. Le lecteur sent la gne. Amlie Nothomb rappelle aux adeptes spectateurs de TV ralit leur rle. Sans spectateurs pas de chane diffuseuse de tels programmes avides du pire pour faire de l'audimat, pas de concepts avilissants l'tre humain. Alors vous de choisir regardez ou zappez ! Merci Amlie pour ce livre. Lecture accessible tous. Aux spectateurs de TV ralit, pions dans l'chiquier du business gnr par certaines programmations.
 DANIELE

Hygine de l'assassin
Amlie Nothomb Hygine de l'assassin
Romans - Littrature Un crivain en fin de vie se voit interview par des journalistes qu'il "crase" l'un aprs l'autre, chacun de leur passage chez lui, chacun tentant de se dfendre comme il peut. Jusqu' ce que (...).
Amlie Nothomb a un style bien elle qu'on aime ou qu'on dteste.Roman noir, pour adulte, voir adolescent. Style cru.

DANIELE

Acide sulfurique
Amlie Nothomb Acide sulfurique Romans - Littrature Un livre qu'il faut vraiment lire. Se lit trs facilement aussi bien pour les 12-18 ans que pour les 20-100 ans, il est pour tout le monde. Toute tranche d'ge. DANIELE

Titre

Catgorie

Commentaire

Pour ..VOUS.

Un avis de...DANIELE

Acide sulfurique
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

En dcrivant l'horreur du voyeurisme (une mission tl baptise Concentration, o des gens meurent s’ils ne sont pas sauvs par le public, dcroche des records d'audience), la plume d'Amlie Nothomb abandonne sa naturelle lgret. Pourtant, son style si acerbe est bien l, toujours aussi drle, mordant, mais pour la premire fois dans ses livres le rire devient gnant. Livre choc, assurment, qui ne laissera personne insensible.

A ceux qui se vantent de pouvoir rire de tout.

DANIELE

Acide sulfurique
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

La tl-ralit par Amlie Nothomb : le roman trash d’une fiction pas si virtuelle que cela. Choquante et voulue comme telle par l’auteur, la reconstitution des camps nazis par des producteurs sans vergogne est destine veiller les consciences endormies par l’apathie des masses et la bonne conscience factice d’une lite verbeuse. Au bout de cette critique lucide, l’espoir que du ventre d’o a surgi la bte immonde, le bien existe si on exalte la vertu plutt que d’exploiter les bas instincts.

A ceux qui aiment le verbe juste et la critique acerbe.

DANIELE

 

Cosmtique de l'ennemi
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Un dialogue singulier dans un aroport, priori entre 2 personnes que tout spare. Mais au fur et mesure des pages, le harclement moral cr par l'un, finit par permettre l'autre de mieux se connaitre et de dcouvrir la profondeur de son inconscient. Un climat parfois la limite du malsain, mais on ne peut refermer le livre avant la fin.

Aux adultes, fans d'Amlie Nothomb, au cur bien accroch

DANIELE

Pplum
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Un livre entirement bas sur une hypothse trs surprenante. Un dialogue intressant entre deux personnes qui n'auraient jamais d se rencontrer.

A partir de l'adolescence.

DANIELE

Antchrista
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Un super livre sur le dsespoir d'une fille timide.

Super livre touchant que j'ai beaucoup aim ; partir de 14 ans.

DANIELE

Antechrista
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Christa a dcid de dtruire psychologiquement, petit feux, son amie de fac. Mais qui y a-t-il derrire ce personnage cynique qui attire toutes les amitis, et dont le seul but semble de rduire l'autre nant ?

Pour adultes ; pour les fans d'Amlie Nothomb

DANIELE

Robert des noms propres
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Une fois de plus, Amlie Nothomb nous offre des lignes puriles et des maladresses syntaxiques.

Aux lecteurs non littraires.

DANIELE

Biographie de la faim
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Un voile est lev sur la vie de Mlle Nothomb avec ce roman autobiographique qui fait suite "Mtaphysique des tubes". On y retrouve une Amlie dchire, brinquebale par la vie, anorexique, mais avec sa plume acide et tendre la fois, on ne verse jamais dans le sentimentalisme.

Aux fans d'Amlie, bien sr, mais aussi aux autres afin de dcouvrir un auteur dcri mais talentueux.

DANIELE

Antechrista
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Il s'agit du premier roman d'Amlie Nothomb que je lis. J'ai dcouvert une manire d'crire un peu particulire et ses fins loin de clore le sujet nous amne une rflexion sur nous-mmes.

i

A tout le monde. Chacun peut se retrouver dans ses personnages.

DANIELE

Titre

Catgorie

Commentaire

Pour ...

Un avis de...

Biographie de la faim
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Petit bijou du voyage de sa vie travers soit, Amlie nous offre quelques cls pour comprendre qui elle a t et qui elle est aujourd'hui, parfois avec tendresse, parfois avec humour, mais toujours avec bonheur.

 

A tous ceux qui ne la connaissent pas, lisez celui-ci en premier... A tous ceux qui la lisent sans vraiment la comprendre.

DANIELE

Mtaphysique des tubes
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Ce roman ressemble de la science-fiction ! L'auteur est toujours aussi drle mais aussi plus attendrissante. Parfait pour faire d'un voyage de 9 heures en voiture un vrai bonheur !
Bons abdos tous !

 

Pour ceux qui ont le sens du second degr et l'autodrision.

DANIELE

Biographie de la faim
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Amlie Nothomb nous propose encore un voyage passionnant et inattendu dans les entrailles de son tre mythique... "La faim, c'est moi." est le seul commentaire au dos de la couverture. Entre le Japon natal divinis, la Chine dvaste, l'Amrique dchane, le Bengladesh affam, la Birmanie, le Laos, la Belgique et enfin le retour au Japon, Amlie fait le tour de son apptit, l'histoire de sa faim, alimentaire mais aussi faim des autres, du monde, de la vie ou de la mort.

 

A tout le monde, partir de 7 ou 8 ans.

DANIELE

Hygine de l'assassin
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

C'est un roman trs personnel. Ame sensible s'abstenir !! Cependant, il est trs fin et confirme l'rudition de son crivain. Il ne vous laissera pas indiffrent car longtemps aprs il laisse rflchir !

 

Des lecteurs qui ne sont pas hostiles une nouvelle criture !

DANIELE

Mercure
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Une jeune femme et un vieil homme vivent seuls sur une petite le prs de la cte. Pourquoi ne sortent-ils jamais ? Une jeune infirmire est recrute par le vieux pour s'occuper de la demoiselle. Elle devra savoir pourquoi le vieil homme squestre la fille... On retrouve ici le grand art d'Amlie Nothomb et sa subtilit. A dcouvrir !

 

Je le recommande tout le monde, des ados aux adultes. Enfants prcoces, vitez ce livre quand mme ! Devrait surtout plaire aux jeunes !

DANIELE

Antchrista
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Amlie Nothomb est une magicienne. Ouvrir son roman, c’est finir par le dvorer. Blanche est une adolescente solitaire. Elle ose un jour aborder Christa, la belle et populaire tudiante. Ds lors, sa vie bascule : Christa s’installe chez elle et fascine ses parents. Seule Blanche connat son vritable visage : une jeune fille perverse, qu’elle surnomme en secret Antchrista. Que faire ? Har Antchrista ou aimer Christa ? A nouveau, Amlie fait mouche. Elle nous dcoche une flche dans le cur.

 

Adultes et adolescents.

DANIELE

Stupeurs et tremblements
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Interprte auprs d'une compagnie nipponne, Amlie se heurte au mur de la hirarchie, au mpris de ses timides initiatives et l'interdiction de comprendre le japonais ! Silence et soumission sont le prix payer pour son indignit occidentale. Dgringoler plus bas dans la hirararchie ? Impossible. L'absurde devient un fait de socit. Inimaginable mais plein d'humour.

 

A qui veut dcouvrir une mentalit bien particulire.

DANIELE

Antchrista
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Et voici le dernier livre d'Amlie Nothomb. Comme d'habitude elle nous plonge dans son univers si particulier.
Ici c'est l'histoire de deux jeunes filles de 16 ans : une solitaire (Blanche) et l'autre tout le contraire (Christa).
Mais Christa est aussi une manipulatrice et Blanche que l'on croit une victime ne se laissera finalement pas faire.

 

Trs bon roman que je recommande tous.

DANIELE

Mercure
Amlie Nothomb

Romans - Littrature

Passionnant, trange et une fin inattendue.
Si vous ne connaissez pas encore cet auteur hors du commun, commencez par "Mercure" et vous deviendrez vite accro de son style d'criture simple et incisif.

 

Adultes et jeunes adultes.

DANIELE

J'AI LU TOUS LES LIVRES DE PAULO COELHO, J'ADORE..

░♥░■░♥░■░♥
PAULO COELHO...

J'adore...

░♥░■░♥░■░♥
PAULO COELHO...C’est un homme de lettres surtout connu pour ses chiffres : 400 millions de lecteurs, rpartis dans 150 pays et 59 langues... Et puis des dizaines de conqutes – dans sa priode hippie –, quatre femmes, mais, depuis trente ans, une passion unique : Christina. Pas tonnant qu’entre triomphe professionnel et bonheur conjugal l’auteur brsilien, qui signe avec. La solitude du vainqueur (d. Flammarion) son quatorzime livre, se soit fait le prophte d’une lgende personnelle , ce destin favorable qui nous attend tous, condition d’entendre et de suivre nos envies profondes. Pour rencontrer le sien, lui-mme a err, intern 17 ans par une famille qui ne le comprenait pas, emprisonn par la dictature brsilienne, baba cool en qute spirituelle et parolier de musique rock. Avant de trouver, en mme temps, l’criture, Dieu et Christina. Sa trinit.Paris Match. Auriez-vous pu situer le sujet de .“La solitude du vainqueur” dans un autre dcor que celui du Festival de Cannes ? Paulo Coelho. Absolument. J’aurais tout aussi bien pu choisir le monde de la formule 1, mais j’ai toujours eu un faible pour Cannes. J’y vais chaque anne depuis huit ans, juste pour le plaisir. Cannes, c’est la manipulation des rves, c’est un microcosme des paradoxes, un extraordinaire terrain d’observation. Il y a des codes comme partout. D’ailleurs, 70 % de mes personnages sont inspirs de gens qui existent. Je m’tais toujours dit qu’un jour j’crirais sur la mode. J’ai pens tout de suite Cannes ; je n’ai jamais compris pourquoi des gens taient capables de payer une fortune pour un morceau de chiffon. On ne se souvient plus de qui a gagn la Palme l’an dernier, en revanche on se souvient trs bien des ftes. La seule chose qui me rend triste, c’est qu’anne aprs anne le festival devient une vitrine du luxe au dtriment du cinma.

Faut-il en conclure que le festival est amen disparatre ?
Je ne pense pas, mais le prochain, sur fond de crise, va tre trs intressant.

N’est-ce pas justement l’excs de clbrit, de glamour et d’argent que vous dcrivez qui nous a conduit la crise ?
Nous avons perdu le contact avec nous-mmes. Quelles sont les vraies valeurs aujourd’hui ? C’est la bonne question. J’ai crit ce livre avant la crise, en quinze jours, dans un tat second, comme “L’alchimiste”. Je ne prends jamais de notes. Pour l’exactitude des dtails, je vais sur Internet. Je ne dcris jamais les dcors ou les per­sonnages. Je laisse des espaces vides pour que le lecteur puisse les remplir avec son imagination. Quand j’cris le mot “fin”, je suis vid.

Qui est votre premier lecteur ?
Je ne confie personne le sujet sur lequel je suis en train d’crire. Surtout pas ma femme !
Pourquoi ?
Ma femme est un danger public ! [Il clate de rire.] J’ai arrt de lui faire lire ce que j’crivais depuis le jour o je lui ai donn le manuscrit de “L’alchimiste” : elle m’a dit qu’elle le dtestait et qu’il n’avait aucune chance de marcher ! Dornavant, comme je suis superstitieux, je ne lui donne mes manuscrits lire que lorsqu’ils sont dj chez l’diteur. Aujourd’hui, quand elle me voit pench sur ma table en train de travailler, elle est persuade que je fais des recherches sur Internet ou que je lis les journaux.

On vous dcrit souvent comme un crivain mystique qui fait de la philosophie bon march. Qu’est-ce que vous rpondez ?
a m’amuse. J’ai essay toutes les drogues, toutes les formes de sexe, j’ai fait de la prison, j’ai crit sur la prostitution, sur la folie... Mes parents m’ont mme fait interner dans un hpital psychiatrique quand j’tais jeune, parce qu’ils pensaient que j’tais rebelle. Curieusement, je n’en garde pas un mauvais souvenir alors qu’eux, avec le recul, ont vcu dans une terrible culpabilit. On vient de me consacrer une norme biographie. Son auteur, avant de commencer, m’a demand la clef de mes archives. Je la lui ai donne. Je me fiche totalement de ce qu’on crit ou dit de moi. Ce qui m’a choqu, en revanche, c’est de lire un livre sur moi o pratiquement tout est juste mais dans lequel je ne me reconnais pas.

Votre femme, parat-il, a pleur quand elle l’a lu...
Elle m’a dit : “Tu as tellement souffert !” Je n’ai pas souffert, j’tais dans la lutte. On vous frappe, vous rpondez ; vous tombez, vous vous relevez. Je ne crois pas la souffrance. Les gens ont oubli que les grands moments de la vie de Jsus se passaient dans la joie autour d’une table, ils ne se souviennent que de la croix. Jsus a souffert trois jours. Sur une vie, ce n’est rien !

Vous vous prenez pour Jsus ?
[Il rit.] Vous n’allez pas crire a, j’espre !

Vous qui tes un fervent catholique, que pensez-vous du Pape ?
Je suis trs du. Quand Bush a dcid d’aller en Irak, je lui ai crit une lettre ouverte qui, m’a-t-on dit, a t un des articles les plus lus dans le monde. Ce serait peut-tre une bonne ide, en tant que catholique, de faire la mme chose avec le Pape. J’y pense.
Comment tes-vous si sr de l’existence de Dieu ?
Comment les athes sont si srs que Dieu n’existe pas ? C’est le mme acte de foi. Moi, j’ai choisi de croire.

Vous recevez plus de mille mails par jour. Savez-vous pourquoi vous tes tellement lu ?
J’ai arrt de chercher la rponse. Le but de n’importe quel crivain est d’tre lu. Mon ignorance me donne beaucoup plus de libert. La question que je me pose, c’est plutt : qu’est-ce que je fais sur cette Terre ? J’honore le fait que je suis vivant et que j’ai du succs. La premire chose qu’on me demande dans un dner c’est : “D’o vient votre inspiration ?” Je dis toujours : “Je vais vous rpondre, mais dites-moi d’abord combien vous gagnez.” Gnralement, la conversation s’arrte l. Les gens qui ont du succs sont toujours trs attaqus. Il y a chez les intellos un ct fasciste qui me fascine. C’est quand mme trange de reprocher son got au peuple ! La meilleure des critiques est le bouche--oreille. Je dis toujours ceux qui me critiquent : si vous tes capable d’crire mieux que moi, allez-y ! On a le droit de dtester mes livres, mais on ne peut pas m’accuser d’tre malhonnte.

Vous tes riche. Pourquoi continuez-vous crire ?
J’aurais pu m’arrter, c’est vrai, il y a longtemps. Avec “L’alchimiste”, j’ai gagn de l’argent pour deux gnrations. Ce qui me donne le plus de plaisir au monde, c’est de faire du tir l’arc et de marcher. [Il me montre avec fiert un podomtre attach sa ceinture.] Je suis pour vivre avec le moins de choses possible. Mes maisons sont vides. Ma montre est sans valeur et m’a t offerte, mon pantalon cote 50 euros. Je connais mme le prix d’une baguette de pain. Je n’ai ­jamais perdu la notion de l’argent.

Est-ce que votre femme est la hauteur de votre imagination ?
Christina est la seule personne au monde pour qui je pourrais tuer et tre tu. Je n’ai pas d’arme, mais si quelqu’un a le malheur de toucher un de ses cheveux, je ne rponds pas de moi !

Lorsque vous l’avez rencontre, avez-vous su immdiatement qu’elle tait la femme de votre vie ?
Non. Je n’avais que des aspirations sexuelles. On a couch ­ensemble ds le premier soir. Une semaine aprs, je la demandais en mariage. C’tait il y a trente ans... Pour sceller notre amour, on s’est fait tous les deux tatouer un papillon sur l’avant-bras. La seule fois o j’ai port une alliance, c’tait un peu par obligation, lorsque nous sommes alls en Iran. Comme j’avais peur que a nous porte malheur, de retour en avion, j’ai voulu jeter l’alliance dans les toilettes. Christina s’est jete sur moi en hurlant : “Arrte, arrte, Paulo ! C’est de l’or !”

A 61 ans, de quoi tes-vous totalement sr ?
De mon amour pour Christina. Je suis sr qu’elle sera ma dernire femme. Je suis sr que mon rve tait de devenir crivain et que je devais crire des livres pour tre la hauteur de ce rve. Je suis sr que la France a le meilleur vin du monde, je suis sr que Bernadette a vu vraiment la Vierge Lourdes. Et je suis sr qu’un jour je vais mourir, alors qu’avant j’en doutais !
Point final

 




Blogs de même catégorie





BLOGGEZ ©2018 - Chenil des lavandes carnoux - Search All of Craigslist - Craigslist cars - Jobs near me