créer un blog
Minouchkana

Description :



iles

http://www.plusbellelavignebio.com.preview12.oxito.com/cicia-1ere-ile-bio-des-fidji/

Abécédaire Lily-Lou abeilles

Abeilles    

Tu connais déjà certaines abeilles (celles qui font le miel), mais il existe 20 000 variétés d’abeilles, la plupart sont des abeilles solitaires qui ne font pas de miel, mais on les connaît assez peu.

Gourmands que nous sommes, nous nous intéressons surtout aux abeilles qui font le miel ! Elles font partie de la famille  des abeilles « apis » et ne représentent qu’une minorité de toutes les sortes d’abeilles.

Elles vivent en colonie (sorte de très grande famille, qui vit et travaille ensemble).

L’abeille possède deux paires d’ailes, c’est-à-dire 4 ailes et ses yeux comportent chacun 4000 facettes !

Seules les femelles possèdent un dard pour piquer en cas d’agression. Il faut que l’abeille se sente très en danger pour te piquer car elle ne peut piquer qu’une fois, ensuite elle meurt…Les guêpes, elles, peuvent piquer plusieurs fois (elles font plus mal d’ailleurs !)

Les abeilles butinent les fleurs (elles lèchent le nectar sucré), le stockent dans leur jabot  (c’est leur estomac) puis le déposent dans la colonie. Il sera transformé en miel grâce à la digestion des abeilles.

Tout est très organisé et personne ne fait n’importe quoi !

Dans une colonie, il y a :

-                  une seule reine : elle fait des milliers de bébés, elle peut faire des mâles ou des femelles, c’est elle qui le décide selon l’endroit où elle va déposer ses œufs (dans les gros trous appelés « alvéoles » qui se trouvent dans la cire, les œufs pourront devenir mâles, dans les plus petites alvéoles, ce seront des femelles.)

a= cellule de future reine/ b= petites alvéoles, cellules d’ouvrières (femelles)/ c=grosses alvéoles, cellules de mâles.

La reine pond des œufs et ne fait que cela toute sa vie. Elle dégage une odeur forte pour les autres abeilles qui la suivent quoi qu’il se passe ! Il n’y a qu’une seule reine, mais si la colonie est trop importante, trop grande, elle peut décider de nourrir un œuf à la gelée royale pour en faire une autre jeune reine qui partira avec la moitié de la colonie former une nouvelle colonie.Cette jeune reine part avec la moitié de la colonie, car il y a trop de monde dans la première colonie et surtout parce que la reine seule ne peut vivre, elle ne sait pas travailler comme les ouvrières.

Avant de devenir reine, elle était un œuf, comme les autres…Pendant trois jours, les abeilles nourricières donnent de la gelée royale aux œufs, tous. La gelée royale est plus riche que le reste, c’est la nourriture de la reine (qui est plus grosse que les autres abeilles), mais elle partage sa nourriture avec les œufs au tout début de leur croissance, c’est pour leur donner des forces Puis on leur donne un mélange de miel et de pollen. C’est ce changement de nourriture qui fait la différence entre la reine et n’importe quelle autre abeille…Comme quoi : la nourriture est très importante : il faut manger de bonnes choses pour être forte !

Les œufs nourris avec le mélange deviendront des ouvrières qui peuvent faire vivre la colonie en travaillant à différentes tâches tout au long de leur vie, ou des mâles (mais si la nourriture n’est pas assez abondante, la reine ne pond pas d’œufs mâles car ils ne travaillent pas eux non plus. La reine adapte toujours sa ponte aux besoins et à la saison).

L’œuf de reine met 16 jours pour se développer et il est nourri à la gelée royale exclusivement ; celui de l’ouvrière en met  21 et les œufs de mâles 24 jours, ils sont nourris pendant 3 jours à la gelée royale puis avec le mélange miel-pollen.

-                  Des milliers d’ouvrières : ce sont les femelles, elles travaillent à plusieurs tâches selon leur âge : les plus jeunes commencent par nettoyer les alvéoles, pour que la reine puisse y déposer ses œufs en toute tranquillité. Elle fait ce travail durant 5 à 6 jours, le temps de grandir un peu et de pouvoir nourrir les œufs, elle devient donc « nourricière ». Elle fait un mélange de miel et de pollen (que d’autres abeilles vont chercher sur les fleurs). Tu te rappelles ?: les œufs qui sont nourris avec ce mélange deviendront des ouvrières, ou des mâles. Elle fait ce travail pendant 15 jours et grandissent encore un peu, puis deviennent « maçonnes » : elles construisent la cire qu’elles travaillent en alvéoles. Il existe deux sortes d’alvéoles, tu te rappelles ? : des grandes, celles que choisira la reine pour y pondre des œufs qui deviendront des …mâles, et des plus petites pour y pondre des œufs qui deviendront des… ouvrières. Elles continuent à grandir, le temps de devenir assez fortes pour être « ventileuses ». C’est-à-dire qu’elles battent des ailes assez vite et assez fort pour faire de l’air dans la colonie, pour qu’il ne fasse ni trop chaud, ni trop humide, c’est important !

Quand elles ont entre 11 et 20 jours, elles gardent l’entrée de la colonie, pour la protéger des intrus (les parasites ou les abeilles qui ne font pas partie de la colonie), elles accueillent aussi les abeilles qui reviennent avec le pollen pour le déposer.

Ensuite, vers l’âge de trois semaines, elles deviennent des « butineuses », un peu comme des voyageuses : elles partent (jusqu’à trois kilomètres) pour trouver des fleurs (du pollen), le ramènent à la colonie pour nourrir les abeilles et les œufs puis utilisent une sorte de danse pour dire aux autres où se trouvent les endroits intéressants ! Elles cherchent aussi de l’eau et se repèrent grâce au soleil.

-                  Les mâles, eux, sont là pour féconder la reine.

Quand elle est toute jeune, la reine sort de la colonie (une seule fois dans sa vie), on dit qu’elle fait son « vol nuptial » car elle va rencontrer les mâles qui, tout en volant, lui donneront des spermatozoïdes, qu’elle gardera précieusement dans une petite poche à l’intérieur de son corps et qui lui permettront de faire des œufs fécondés, les seuls qui pourront devenir des ouvrières.Car si un œuf n’est pas fécondé, il ne peut devenir que mâle.

Si la reine ne rencontrait aucun mâle, elle ne serait pas fécondée et ne pourrait alors faire que des œufs de mâles. La colonie ne peut pas vivre s’il n’y a que des mâles car ils ne savent pas travailler comme les ouvrières, ni la reine : personne ne pourrait développer la colonie…Si la reine était tuée pendant son vol nuptial, les ouvrières pourraient pondre des œufs elles aussi, mais seulement des œufs de mâles encore une fois, on dit que la colonie devient « bourdonneuse » (les mâles sont des faux-bourdons). Les mâles ne vont pas butiner, et ne travaillent pas à la colonie, c’est pour cela que la reine ne choisit de faire des mâles que s’il y a assez de nourriture, pendant la bonne saison.

Pourtant ils sont indispensables à la colonie !

Le miel est plein de vitamines et autres nutriments qui font du bien à ta santé, et puis c’est tellement bon !

Toi aussi, tu peux t’habiller et aller voir les abeilles de Nona !

Un dispensaire au fil de l'imagination

2 POSTES DE MEDECINS ET UN POSTE SUPPORT/

-1 poste en visite tribus:

2 journées complètes de visites

+1 journée de garde

+3 nuits

 

- 1 poste de support:

1 journée de consultations

+ 1 journée de garde

+ 1 nuit

 

- 1 poste au dispensaire:

2 journées complètes de consultations

+ une journée de garde

+3 nuits

 

4 POSTES INFIRMIERS (2 EN INTEGRATION / moins de deux mois d'intégration/, 2 INTEGRES /contrats plus anciens/)

- 2 postes en intégration:

5 1/2 journées + 1 nuit

-2 postes intégrés:

2 1/2 journées + 1 de garde + 1 nuit

3 POSTES D'AIDE-SOIGNANTES

6 1/2 journées + 1 nuit au dispensaire. A ajouter: temps de formations

 

Avec cette configuration minimale, on trouve cependant une présence continue au dispensaire + visites en déplacement.

 

 

<Permanence de personnel soignant sur place au dispensaire.

<Formation employés locaux (allègement de planning métropo = allègement de salaires consécutifs (organisation et justificatifs)  = possibilité d’équilibrage des  rémunérations des postes crées.

 

Formations AS :

///Cours méd. trad. doivent être pensés ou enseignés par une personne qui les PRATIQUE (à fortiori: davantage qu'une personne DIPLOMEe).

//Dilemme tradition/diplome: comparaison savoir/savoir-faire//

<Des visites tribus trad. doivent donc complèter l'emploi du temps (<une AS aura du devenir infirmière pr devenir le pt de départ d'un enseignement "reconnaissable").comme Tupou///

-Formation concours infirmière

-Formation soins infirmiers

-Formation médecine traditionnelle

-Autres.

Objectif= rendre perenne l'équipe/ Professionalisation de personnes de Maré (postes actuels de 2de main, essentiellement tâches ménagères)

 

Hypothèses recrutement /Amplitude de manœuvre :

(1)Descriptif pro:

1-1: Aspects du don/efforts de "confort" de poste:

- effort de variétés d'exercice:"tribus"/dispensaire <avantages/

- effort horaires <avantages/

- efforts d'accueil personnel

 

1-2: Aspect matériel= logements, équipements dispensaires, traitement de la particularité insulaire/

1-3/ Indirectement liés au poste mais ne relevant pas de l'"effort" volontaire=

aspect "touristique" de Maré <intérêts et description (courte pour les appels de recrutement: non intrusive et axée sur le "tourisme" (probabilités 1er reflexe)/ +longue et descriptive sur place (inclusion "approche culturelle de la maladie") //+ geste//

 

(2)Aspects du geste attendu en retour:

2-1: Strictement pro: description de l'activité à 3médecins ET la même à 2médecins <Adaptabilité

2-2: Participation à "l'oeuvre d'ensemble": histoire du dispensaire: propositions de réflexion/proposition de participation à l'un des axes de recherche/ Apport à la "masse théorique" (expérience spécialisée)

 Pr tous les corps d'activités.

 

 

Lors de l'appel d'offre: descriptif (1) + symbole (2)

 

 

(2)Symbole (du centre vers la périphérie./ici: centre=knky)

-Appel d'offre = invitation remise (formulation PIL)

-Retour invitation = (b1): CV (orientation/tps d'exercices/types d'exercice/intérêts (présent).

-Contexte(a) = Don émis

/Poste refusé <

-Stop au présent/

/Continuité du geste <

-Contexte(b) = (b2)Don reçu et accord.

 

 

 

 

 

 

Contexte(a) = "descriptif pro"

 

Contexte(b) = geste attendu en retour/ (b1)=descriptif pro retour du récepteur (CV)/ puis aspects du don (b2) (choix entre  propositions de réflexion (nouvelle ou en cours<liste et archives) ou d'organisation des archives ///(rester cadré  en préservant le fonctionnement adopté du dispensaire:décalage de fonctionnements <préservation d'une période adaptive puis période d'exercice puis conclusions //Estimation-conclusion :  interne au noyau du dispensaire//<organisation de critères?/// ou apport à la masse théorique d'ensemble.

 

1-1"-efforts d'accueil personnel":

-Logements: description de l' île (des cercles gds aux pts jusqu'à "logmt perso")/ Exemple effort: sculptures murales : artisanat local: 3 sculptures ds chq logement < 1contrat local/année //ouvert aux "sculpteurs membres insulairement familiaux". <Pbm de discrimination <Election d'un « représentant artistique coutumier insulairement familial, capable de faire lui-même et seul les sculptures OU ayant droit à transmettre l'invitation à tte personne. »

//Lois sur le terme "transmission" <pas d'argent< / critères d'acceptation-éviction: artistiques/sociaux/administratifs

Hypothèses-conclusions?//Contrat av artiste local: accords production/tarif, modalités d'approvisionnement et engagement  d'implication culturelle: expositions //projet de terre d'accueil des touristes: musée, expo, produits locaux, restauration, prises de conscience, plages. <Restauration: mm fonctionnement que marché tournant, sur un seul lieu.

Une des sculptures est offerte au choix de l'invité de la maison, ainsi que ses modalités et frais de port retour.

Il pourra d'autre part du début à la fin de son exercice acheter la totalité des objets artisanaux présents ds le logemt (certains sans préavis, d'autres av préavis (pt mobilier), par égard envers les nvx arrivants) Tout objet supplémentaire à la statue offerte, sera à la charge financière de l'acheteur (par décharge sur salaire), mais à la charge exécutive du recruteur (organisation et modalités de transport/ms charge financière acheteur)  <contrats Dem'Pacifique/étude de marché.

 

 

1-2-"versant matériel":

-Définitions véhicule service vs véhicule de fonction/

-Effort: 1véhicule de service, passe en mode "de fonction" 2demi-journées (pm/am) dans la semaine. A utiliser collectivement ou individuellement. cf organisation

-Possibilité de louer à prix réduit un des véhicules mis à disposition 2demi-journées semaine.

 ///Nbre de véhicules:

corps d'activité: disp-méd-inf-sf-dent-kiné-ortho=7 < 1véhicule dispensaire + 1véhicule/2corps d'activité. Définition organisation.= 4véhicules.  (3 fixes en  binome +1 »tournant »).Avec location : 5véhicules ?

-Pbm d'approvisionnement: services tp présents sur place et habilités à fournir le carburant par bidon de 10l(sorte  de tickets. cf quotas). Les bidons sont remis aux tp par le responsable puis remis à l'utilisateur par les tp. (<pas de pression sur tp ou copinage)

///veiller à un équilibre juste pr tt le monde///

///Savoir gérer le versant mécanique.///

///la notion de sevrage mazout  s'imposera tôt ou tard///

 

 

 

 

Ebauches salaires:

-salaire présent.

A retirer:

                loyer (à définir)

                Frais achats

                Frais déménagement achats (déduction du %age de la statue-remerciement)               

                Location véhicule

 

Réajustement des salaires:

Salaires anciens: moins: une statue, frais de port, location voiture, utilisation voiture (tickets carburant),  réduction d'horaire. <Estimation puis comparatif d'offre métropole. <réajustement. Présentation avec avantages fiscaux, comparatif défini.

 

Pour contrats antérieurs: possibilité d'inclure des modifications par thèmes (en kit) OU pas.

 

Pour les nveaux contrats: cts points offrent la possibilité du choix O/N, d'autres sont fixes. A définir au fil des  observations.

 

 

 

Vrac idées : salles d’attente rondes, avec téléphone pour appeler les patients ds l’ordre.

-Cases construites pour gardes sur place+ maisons prévues à cet effet : possibilité pr les employés de garde d’être présent avec famille.

Définition garde : présence à une certaine distance du dispensaire (rayon défini à pieds/en voiture), joignable rapidement/Obligation de réaction rapide.

-Présence dispensaire= consultations dispensaire et/ou urgences.

-Visites tribus : « tournée » définie et fixe pour habituation patients.

Autopsie d'une logique médiatique...1

Mardi 30 avril 2013, quelque part dans Nouméa...

Je suis arrivéé, quelques jours plus tôt à Néa, reposée, en pleine forme et curieuse de cette formation à laquelle j'ai pu m'inscrire.
Une semaine plus tard, je suis nourrie de toutes ces infos, mais fatiguée par Nouméa...Tout y est bruyant, les jeunes qui sortent de soirée, ivres,
s'amusent, pour terminer leur soirée à hurler dans les rues...C'est une chose qui ne m'a absolument jamais traversé l'esprit...j'ai pourtant déjà eu un certain nombre d'excès!
J'y vois une large possibilité d'acte manqué...
Quand on s'expatrie en Kanaky, on lit des forums, on se renseigne et on tombe toujours sur cette conclusion: le peuple kanak
est un peuple serein, accueillant, d'aucuns diront "naïf" dans son acception bienveillante...
Pourtant l'histoire rattrape l'homme et le passé crée une tension qui reste sous-jacente...Je crois que l'alcool ne change pas une nature, mais l'exacerbe plutôt, dans ses aspects positifs autant que dans ses aspects négatifs.
Hurler quand la nuit se termine, alors que tu te trouves au bord de l'océan, ne me semble pas anodin, je ne peux pas m'empêchjer de le penser...
Bref, mis à part les délires de la jeunesse kanaky, en perte de repères, Nouméa est une ville, la seule de Kanaky et la ville reste fatigante, point.
Une petite tempête m'empêchant de rentrer à la date initiale, je prolonge mon séjour de qqs jours, à contre-coeur car je ne souhaite que revoir mon île...
Je n'ai d'autre occupation que visiter la ville, mais le centre-ville est petit, et assez peu culturel: la richesse du pays se trouve dans le coeur des gens, dans leurs coutumes,
dans leur manière de vivre, de transmettre...Je souhaite de tout mon coeur qu'ils ne perdent pas ces chemins...
Je descends donc en ville le matin, prendre un petit déj', en général dans le quartier chinois qui est important à Néa.
Il faut savoir que Nouméa est une ville métissée: on y trouve des mélasiens, des asiatiques, des européens, des wallisiens ( qui sont beaux comme des dieux)
...30 avril 2013 donc, je prends un grand bol de café au lait pour 220 fcp et une brioche pour autant.
Je m'assieds au fond du café, il y a peu de terrasses à Nouméa, ou alors il faut aller dans le quartier "gana" (blanc),
celui des surfeurs et des gds hôtels: l'anse vata, mais là, j eme trouve da,ns le quartier chinois, plein centre ville.
A droite arrive une famille, un homme, une femme, trois enfants...tout comme j'ai toujours été curieuse de regarder les chariots des familles en métropole dans les gdes surfaces (et n'y ai jamais vu de crise),
je regarde leur commande...cafés pour les adultes et nems pour les enfants avec Tulem (sorte d'oasis, bien plus sucré, interdit n'importe où ailleurs, mais
faisant presque partie de la culture calédonienne)...A ma gauche, une autre famille: le papa, la maman, deux filles:
comme bcp de clients de l'établissement, ils commandent des nems, il est 7h30, les adultes prennent un café au lait, une brioche et un nem...une bouchée de brioche trempée, une bouchée de nem....une gorgée de tulem ou de café...
Meme le coca-caca est plus sucré en kanaky...ce ne sont pas mes papilles qui le disent, mais les études sanitaires privées.
Je décide d'en rester à ma brioche et mon bol de café...
Une fois terminé je pars à la recherche de souvenirs pour la famille (vous me manquez), je trouve, je ne trouve pas, je trouve, je ne trouve pas...
Je me retrouve dans une rue où j'entends un bruit inhabituel, sourd et important, je me dis qu'il s'agit d'une plaque qui a du tomber d'un toit...
J'entre dans un magasin asiatique, c'est le dizième que je visite au moins! Je ne sais pas ce que je cherche...j'entends à nouveau ce bruit et finis par me demander ce dont il s'agit...
Je suis la seule cliente je crois...je repère un peigne à poux en bambou: j'ai envie de me faire une dred, j'hésite...
j'entends à nouveau ce bruit sourd, et je décide de faire comme les gérants: regarder ce dont il s'agit, alors je m'oriente vers l'entrée pour voir.
J'y vois alors un mélanésien qui se cache derrière une voiture, comme s'il allait faire une blague à qq1, ou comme dans un film.
3secondes plus tard je vois aussi un mélanésien...armé d'un fusil..!Sûre, le 1er homme ne joue pas et ne va pas surgir en criant "bouuuuh"!..
J'entends souvent des coups de fusil sur Maré, on y chasse la roussette, trop pour la laisser se reproduire tranquillement, mais là, c'est plutôt différent..
Je ne peux dire de quelle arme il s'agissait, mais d'une longue arme, un fusil ou assimilé...
Cet homme vise l'autre homme qui semble le suivre et le fuir en même temps, puisqu'il se cache comme un enfant.
Je comprendrai plus tard que la nature humaine est égoïste, car, à l'intérieur du magasin, nous avons tous le même reflexe: demi-tour toute mon capitaine!!
On se planque!! Il nous a fallu quelques secondes pour nous dire qu'un homme se cachait et semblait fuir en mauvaise posture...alors nous revenons vers l'entrée, chacun y allant de son idée"de génie":
il faut appeler la police, lmes pompiers, l'ambulance, appeler, que faire d'autre?
Le gérant du magasin se dirige vers son téléphone, pendant ce temps je vois la scène, passive: l'homme qui se cachait tourne autour de la voiture pour échapper à l'agresseur,
l'agresseur tourne autour de la voiture gardant son fusil en joug et cherche celui qui le poursuivait.
L'homme visé se sentant surement coincé, jette un objet léger...je pense qu'il s'agissait davantage d'un acte désespéré pour se"donner de la force"  car l'objet, que je ne saurais définir n'était pas assez lourd pour espérer le désarmer!ni meme le déséquilibrer.
Il finit par lui sauter dessus pour tenter de le désarmer...que feriez-vous si vous vous sentiez coincé autour d'une voiture, sans issue de secours, avec un homme armé vous cherchant et vous visant?
L'homme armé a tiré, je suis incapable bizarrement de dire combien de fois, mais une vitre de voiture stationnée a été touchée, ainsi que l'homme visé...
A ce moment là, j'ai vu l'acte le plus courageux ou le plus fou de ma vie: une femme, mélanésienne portant son bébé dans ses bras, ayant vu la scène, s'est mise à crier sur l'agresseur, de surprise (cet acte ne s'estb jamais rencontré ici, jamais)
elle a traversé la rue pour se rendre près de l'homme à terre, tout dans son attitude criait "mais qui es-tu, qu'as-tu fait?!"
Nous avons été deux ou trois personnes a alors nous rendre vers l'homme à terre.
Nous avons vu qu'il était conscient, touché à la cuisse, je ne sais par quel miracle!
Il gardait les idées froides et demandait que l'on appelle les secours...j'ai vu l'homme, face à moi sortir son téléphone, comprenant que la situation était "sous contrôle" minimal, puis j'ai vu l'homme armé tourner au bout de la rue en courant...
Alors j'ai couru moi aussi, de loin. J'ai traversé une rue, un parking, une rue...comme le petit poucet et il semait sur son passage les regards ahuris des passants le voyant courir, une arme à la main. j'étais en plein film, mais ça tu le comprends plus tard, quand tu y repenses...
Face à nous: l'océan: le port...deux hommes comprennent ma course et m'indiquent qu'il se trouve là, sur un parking...tout au long de ma course je tente d'appeler les pompiers, le samu, la pôlice, demandant aux passants "à quel numéro joint-on la police?!"...
J'ai déjà eu le numéro de la fourrière dans mon répertoire lorsque j'habitais à Nice, mais la police, je ne connais pas...
Je finis par les avoir, leur indique ma position et les vois arriver au bout de quelques minutes...
Je reste éloignée, j eles vois chercher, s'activer et comprends qu"ils l'ont trouvé.
S'ensuivent des questions d'agents, et une bonne heure au commissariat. Je leur demande si l'homme s'est expliqué, on me répond qu'il a indiqué qu'il souhaitait retourner en prison, qu'il était connu chez eux, mais pas du tout pr ce genre de faits. Que les coups de feu que j'avais entendus auparavant, avaient été tirés à la chambre des commerces, il aurait tiré sur les agents d'accueil ou dans la vitrine, une personne est blessée, sans doute par le verre et un autre homme, un jeune méla était sur la trajectoire d'une balle, qui aurait traversé son short! Nous terminons, je sors du commissariat, retour "à la normale"...et c'est à ce moment là que je comprends le caractère rocambolesque, que je me retrouve un peu désorientée
et un peu tremblante...dans un autre magasin, du centre ville...
J'entre dans ce magasin qui s'appelle "poupon du lagon"...j'y trouve un femme, tres belle, les cheveux noirs, tres courts qui me demande si elle peut m'aider...
Je comprends que je ne sui pas tres à l'aise parce que je secoue mes mains qui tremblent, depuis quelques secondes.
Jelui réponds que je ne fais que regarder, elle me laisse faire.Elle me dit qu'elle crée chaque modèle, qu'elle peut me guider selon mon budget, je comprends que je me retrouve là par "désarroi"...
Lorsque je décide de "reprendre le dessus", j'ouvre un oeil différent et me dis que je n'ai rien à faire là, mais que ses créations sont bien faites, bien pensées.
Elle me montre une tunique qu'elle peint elle-même, et sur laquelle on inscrit ce que l'on souhaite...
Je la trouve belle..."un prénom et "nouvelle-calédonie, c'est possible?"...oui, laissez-moi une heure...la discussion s'engage...
"Laissez-moi votre numéro, je vous appelle qd c'est prêt"...ce n,'est pas la peine...ou plutôt, si, je ne me fais pas confiance, je suis un peu distraite par une fusillade, j'encaisse..."
Elle cherche à comprendre, vient de lire les faits sur le Net, m'explique la situation: certaines de ces collègues se sont déjà armées de tazer...au cas où...
Elle, elle vit depuis presque toujours en kanaky, elle chante dans un groupe, de rock: "black mamba", elle les voit ces groupes de jeunes qui se trouvent entre tradition et culture occidentale...
Elle pense que ses propres enfants sont influencés "par canal plus, les jeux vidéos"...que le peuple kanak est ce peuple "naïf" dans le sens bienfaisant, qu'il perd sesracines,
que les jeunes portent les cagoules et s'ennuient...qu'elle n'en a pas peur et leur dit de s'orienter vers la musique, vers le sport...qu'elle a davantage peur de cette voisine qui s'arme d'un tazer...
Elle m'explique qu'elle est divorcée, qu'elle chante et gagne sa vie de ces concerts et de ses créations, de son magasin, qu'elle parle aux jeunes, à ses enfants...*Pendan,t ce temps, je me surprends à secouer les mains...
Elle prend mon numéro, me demande ce que j efais ici, puis la conversation dévie.
M'explique qu'elle a des polypes, je la rassure, lui demande qui la suit, nous parlons orthophonie/orl, la vie est bizarrement faite...
Je sors du magasin.
Je décide d'aller visiter le centre culturel, je prends le bus...Je voulais aller à la faculté me renseigner sur es formalités d'ouverture d'une branche para-médicale: ortho/kiné, juste pour me représenter la chose, mais il est trp tard...Il faut savoir que la Calédonie recrute des métropo' pour ce genre de postes car il n'existe aune
école enseignant ce genre de discipline...il existe une 1ere année de médecine, occidentale...puis plus rien....
 Où commence l'indépendance...
La formation à laquelle j'avais participé portait l'intitulé :"approche de la maladie dans la culture kanak", prodiguée par un homme amoureux du territopire, marié à  une kanak et vivant sur le territoire depuis plus de trente ans...
 
...Bref, le centre culturel était fermé ce jour là...j'y ai rencontré un chauffeur de bus qui m'a reconnue après 2mois( j'ai passé une semaine sur Nouméa en arrivant de métropole et alors que j'avais pris un bus dans le mauvais sens, il m'avait renseignée sur des recettes de papayes!, c'est dingue!) m'a ramenée en ville pour que je récupère la robe, personnalisée "Lily-Lou, petite fleur de Nouvelle-Calédonie" avant de rentrer...me coucher devant un film!


Quelques jours plus tard, deretour sur Maré,j'ai été surprise d'apprendre par des personnes suivant la fusillade au journal télévisé que l'homme en question avait été jugé pour acte racial....
L'année prochaine aura lieu un référendum pour l'indépendance.

..et la vente des armes s'est ouverte il y a qqs mois...on n'est pas en Amérique, ce ne sont pas des armes de guerre, mais des armes de chasse (qui peuvent permettre de tirer à 4kms pour certaines tt de mm)...en ville. En ville on chasse le dahut c'est bien connu!

 

Et en ce qui concerne le terme de "naïfs" employé par black mamba, je n'utiliserai pas le même perso...je dirais plutôt "sincères". Mais place une personne sincère face à une autre interessée ou intentionnée et ca fera non pas un escargot tt chaud, mais une impression de naïveté. Chacun assume ses choix perso...

           

Autospie d'une logique médiatique 2 Ouvéa

   

http://books.google.com/books?id=XngN2yFVBewC&pg=PA137&lpg=PA137&dq=1988+Gossanah-T%C3%A9outa&source=bl&ots=G345z92l2j&sig=KS5bBRg_XI0-xqBvKxAWEbaBN5o&hl=fr&sa=X&ei=P-eCUZj8MNGTiQersIGoDQ&ved=0CDYQ6AEwAQ#v=onepage&q=1988%20Gossanah-T%C3%A9outa&f=false

 

VS

 

https://www.google.com/#hl=fr&sclient=psy-ab&q=ouvea+1988&oq=ouvea+1988&gs_l=hp.12..0j0i5i10i30j0i5i30l2.35774.36812.4.38547.5.5.0.0.0.1.487.2091.2-1j1j3.5.0...0.0...1c.1.12.psy-ab.4QZFd9HClcw&pbx=1&bav=on.2,or.r_cp.r_qf.&bvm=bv.46226182,d.dGI&fp=45b871c235c83d6e&biw=1280&bih=929





BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux - craigslist search