créer un blog
Ana m'a tuer,un combat contre l'anorexie

Description :

Voici mon blog plus personnel après ninarexia sur skyblog, 3 années de troubles alimentaires à mon actif et la même rage de vaincre... Bonne visite à tous!



A l'hôpital

Je n'étais plus en état de faire quoi que ce soit. Ma famille, mes amis, mes profs, ma généraliste, tous s'inquiétaient terriblement. Ils voulaient une hospitalisation et moi aussi car je ne supportais plus cet enfer.
Mais ma psy y était opposée. Pourquoi? Aujourd'hui encore je me pose la question.


J'ai continué à maigrir. Mon seul repas était, le soir, 15cl d'une soupe comptant plus d'eau que de légumes. Je ne parvenais pas à m'extirper de la spirale, je m'entêtais à vouloir passer mon bac en juin.
Après les vacances de Pâques, j'ai pratiquement arreté le lycée: je n'en avais plus la force.


La semaine précédent mon bac ma psy n'a pu que constater les 36kg sur la balance. Elle m'a envoyé en toute urgence à l'hôpital, en pédiatrie. Ce fut pour moi l'angoisse totale: l'examen était si proche!
Et pourtant tout s'est très bien passé. Le médecin là-bas était extra et m'a beaucoup aidé notament avec la pose d'une sonde naso-gastrique qui me nourrissait. Cette sonde, on m'en avait souvent parlé comme d'une menace. Aujourd'hui je peux vous dire qu'elle m'a soulagé et sauvé la vie.


Je suis néanmoins descendue à 35kg mais je suis sortie la veille de mon bac car ma psy avait assuré au médecin de l'hôpital qu'elle me trouverait une place spécialisée après mes épreuves.
J'ai passé mon bac ES, je l'ai eu. Mais ma psy n'a jamais cherché de place.


Photo: Le 15 Juin 2008, à l'hôpital, je faisais 35kg.

Le retour de l'anorexie

Je m'étais donc stabilisée mais je n'acceptais pas pour autant mon poids qui était, au final, plus élevé que celui du début de mon "régime" (62kg).

Pendant les vacances de Noël 2007, je mangeai beaucoup (repas de fêtes obligent!) et je me sentais de plus en plus mal.
A la rentrée de janvier 2008, je suis retombée dans l'anorexie. Tout s'est déroulé exactement comme la fois précédente sauf que cette fois-ci l'emprise de la maladie était encore plus forte.


Photo: En Avril 2008, avec ma maman, je pesais 42kg.

La courte stabilisation

J'ai continué ainsi à prendre du poids, même si les vomissements "régulaient" un peu les kilos. L'été fut terrible, surtout à la plage.
J'étais au bord de la crise de nerf permanente, je ne me supportais plus, j'étais irritable, névrosée. Sur le plan physique, mes règles refirent leur apparition ainsi que des carences en potassium, magnésium et autres minéraux dues aux vomissements. Sans parler du déchaussement des dents,des douleurs à l'oesophage et des acides de l'estomac.


En Septembre, je pesais 68kg et, miracle!, les crises diminuèrent jusqu'à cesser complètement. Je mangeais normalement quoiqu'un peu trop mais seulement au cours des repas.
Je conservai ce poids jusqu'en décembre.


Photo: En vacances en Crète (ironie du sort: au restaurant!)

Boulimie mon ennemie

Alors qu'une hospitalisation pour anorexie mentale était prévue si je perdais de nouveau du poids pendant les vacances de Noël, mon "instinct de survie" s'éveilla brutalement.

Cela faisait plusieurs jours que j'étais très mal, je n'allais plus en cours depuis quelques semaines, mes cheveux tombaient par poignées, mes ongles de pieds avaient disparu, je faisais beaucoup de malaises, j'avais constament mal au ventre... je n'en pouvais plus de cette situation.

Une nuit, j'ai fait un malaise plus important que les autres fois. Mon coeur battait si doucement que j'ai bien cru qu'il allait s'arrêter. Je me suis trainée (c'est vraiment le terme!) jusqu'à la cuisine et j'ai ouvert le frigo. J'ai mangé. Deux clémentines certes, mais j'ai mangé!
Les jours suivant, je fis des efforts considérables pour poursuivre dans cette voix. Je triais toujours beaucoup mes aliments mais je me savais tirée d'affaire. Et pourtant...


Je finis par être exaspérée: ces privations perpétuelles entrainaient une frustation gigantesque que je ne supportais plus de contrer à longueur de journée. J'ai alors totalement lâchée prise pour plonger tout droit dans la boulimie.

Une période très dure a commencé: je mangeais normalement aux repas mais en dehors je me goinfrais en permanence. Je passais tout mon temps libre dans les supermarchés pour acheter le plus de nourriture possible et en particulier les aliments "interdits". Plus ils étaient gras, plus je les dévorais...

Au début j'en tirais un plaisir immense et puis j'ai repris du poids, très vite, trop vite. J'étais dégoutée de mon reflet dans la glace, j'ai commencé à regurgiter mes "crises". La boulimie était devenue mon quotidien et je ne parvenais pas à lutter contre.

Photo: En avril, soit seulement 4 mois après la fin de mon anorexie, j'avais repris 14kg. Je pesais 58kg.

Ma 1ère anorexie

Le 6 Septembre 2006, jour de ma rentrée en première ES, j'ai décidé de prendre les choses en mains: je ne voulais plus de ces orgies de nourriture qui me faisait prendre du poids.

Je rêvais alors de perdre quelques kilos pour me sentir mieux dans ma peau. Je me fixai comme objectif de revenir à 56kg ce qui était tout à fait normal pour ma taille. Je "devais" donc perdre 6kg.
Mais ma petite tête en a décidé tout autrement...


J'ai diminué de façon impressionante mes quantités alimentaires. Je ne mangeais plus le midi au lycée et, très vite, j'ai également supprimé le petit-déjeuner. Et puis j'ai décidé que la viande était nocif à mon régime, vint ensuite l'interdiction de toutes les matières grasses, des féculents, des produits laitiers...et ainsi de suite jusqu'à ce que mon unique repas quotidien, le dîner, ne soit plus constitué que de légumes verts non assaisonés.

Malgré les remarques de ma famille et des mes amies, je ne voyais absolument pas où étais le problème: perdre quelques kilos n'était pas bien méchant!
En octobre j'avais atteind mon objectif, j'étais ravie. Et c'est alors que le calvaire a commencé...


Puisque j'avais réussi à perdre si vite, pourquoi ne pas continuer? Je n'avais pas conscience à cette époque de l'engrenage qui m'aspirait, j'ai poursuivi mon régime draconien.
Cela ne me semblait pas très dur et pour cause! Après un mois si restrictif, mon esctomac avait tant rétréci que je n'avais réellement plus faim. Mais mon moral était au plus bas, j'étais constament fatiguée, je n'avais plus mes règles et j'ai plongé tout droit dans la dépression.


Mes parents m'ont emmené à l'hôpital où j'ai été hospitalisé, à la Toussaint, à 50kg, pour cause "d'état dépressif causant des perturbations alimentaires".
Cette hospitalisation m'a été très bénéfique mais avec le recul, je pense qu'elle a été trop courte.


A ma sortie j'étais pourtant pleine de bonnes résolutions, je remangeais presque normalement. J'ai mis toutes les chances de mon côté en changeant de lycée pour recommencer à zéro. Mais c'est l'anorexie qui est revenue de plus belle.
De nouveau mon alimentation devint dérisoire et, début décembre, je pesais 44kg.


Photo: Moi à Noël 2OO6, 44kg.

Le début de la perte de repères

En Juillet 2006 j'étais en vacances et mon corps sur la plage me faisait horreur.

 

 

 

J'étais triste, et j'ai commencé à combler ce mal aise avec la nourriture. J'ai pris du poids. En Septembre je pesais 62kg.


Photo: Avec mon père en vacances




Blogs de même catégorie






BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux - craigslist search