créer un blog
La Roseraie des Sages
Sagesse divine [6]

Description :

Notre fraternité existe depuis le premier jour de la création et continuera d'exister jusqu'à la fin. c'est la Société des Fils de la Lumière, et ses membres sont ceux qui con



la sagesse divine





 

 

  N'essaie pas d'tudier la plus grande de toutes les sciences si tu n'es pas dtermin auparavant t'engager sur le sentier de la vie vertueuse ; car ceux qui ne sont pas capables d'tre mus par la vrit ne comprendront pas mes mots. Seuls ceux qui entrent dans le royaume de Dieu comprendront les mystres divins, et chacun d'entre nous n'apprendra la sagesse qu'en proportion de sa capacit recevoir dans son cur la divine lumire de la vrit. Ceux dont la vie consiste exclusivement en une activit pure et simple de leur intellect ne comprendront pas les mystres divins de la nature, car les mots qui projettent la lumire ne sont pas entendus de leur me. Seul, celui qui fait abstraction de lui peut connatre la vrit;car il n'est possible de comprendre la vrit que dans la rgion du bien absolu.

Tout ce qui existe est le fruit de l'activit de l'Esprit. La plus sublime de toutes les sciences est celle par laquelle l'homme apprend percevoir le lien qui unit l'intelligence spirituelle aux formes corporelles, l'Esprit la matire. Il n'existe pas des priodes distinctes fixes car entre les extrmes sont dployes toutes les gradations possibles.

Dieu est le feu (la Force) qui met la Lumire la plus pure. Cette lumire est la vie et les degrs qui existent entre la Lumire et les tnbres se dcouvrent au-del de la conception humaine.

Plus nous approchons le centre de la Lumire, plus grande est la force que nous recevons et il en rsulte plus de puissance et d'activit. La mise l'preuve de l'homme est de s'lever vers ce centre spirituel de la Lumire. L'homme primitif tait un fils de cette Lumire. Il tait dans une condition de perfection spirituelle immensment plus leve que dans sa condition prsente, dans laquelle il est descendu au fond de la matire prenant une forme dense et corporelle. Pour regagner son lvation premire il doit retourner sur le sentier mme par o il est descendu.

Chaque chose vivante dans ce monde obtient sa vie et son activit de la puissance de l'esprit ;

les lments rudes sont rgls par d'autres lments plus subtils et ceux-ci leur tour d'autres encore plus subtils jusqu' ce que soit atteinte une force purement spirituelle et divine, c'est ainsi que Dieu inspire tout. Dans l'homme il y a un germe de pouvoir divin, un germe qui, en s'ouvrant, parvient se transformer en un arbre porteur de fruits merveilleux ;

mais ce germe ne peut voluer que sous l'influence stimulante de la chaleur rayonnant de la flamme centrale du grand Soleil spirituel  et mesure que nous approchons de la Lumire, nous ressentons cette chaleur.

Au centre, ou cause suprme et originelle, des forces actives rayonnent continuellement se diffusent au travers des formes que leur activit ternelle a produites, et de ces formes, elles retournent ininterrompue o tout est activit. Lumire et vie. L'homme en quittant la sphre radieuse de lumire s'est rendu incapable de contempler la pense, la volont et l'activit de l'infini dans leur unit, et ne peut, maintenant, qu'apercevoir l'image de Dieu dans une

multiplicit d'images diffrentes. Ainsi voici cet homme qui contemple Dieu travers un nombre presque infini d'aspects ; mais le mme Dieu reste UN. Toutes ces images devraient lui rappeler sa haute condition d'avant qu'il lui faut reconqurir en dployant tous ses efforts. A moins qu'il ne s'efforce de s'lever sur des hauteurs spirituelles plus grandes, il sombrera de plus en plus profondment dans la sensualit et il aura des difficults accrues pour retourner sa condition initiale.

Pendant nos vies prsentes sur la terre, nous nous trouvons entours de dangers et avec bien peu de forces pour nous dfendre. Nos corps matriels nous tiennent enchans au royaume des sens, et un million de tentations se jettent sur nous chaque jour. Vraiment, sans la raction de l'esprit, le principe animal dans l'homme l'entranerait vite dans la fange de la sensualit ou finalement disparatrait son humanit.

Nanmoins, ce contact avec le sensuel est ncessaire l'homme car il lui fournit la force sans laquelle il serait incapable de s'lever. C'est la puissance de la volont qui permet l'homme de s'lever, et celui en qui la volont a t amene un tel tat de puret qu'elle ne fait qu'un tout avec la volont de Dieu, celui-ci peut, mme durant sa vie sur terre, devenir si empreint de spiritualit qu'il pourra contempler et comprendre dans son unit, le royaume de l'esprit, notre esprit. Un tel homme russit, en tout, car en union avec le Dieu universel, tous les pouvoirs de la Nature deviennent ses propres pouvoirs et en lui, se manifestent l'harmonie et l'unit du tout.

Dirige toutes tes forces nourrir la tendre plante de la vertu qui fleurit dans ton cur. Pour aider son panouissement, purifie ta volont et ne permets pas aux illusions des sens et du temps de te tenter et de te dvoyer ; chaque pas que tu fais sur le chemin qui mne la vie ternelle, tu trouveras un air plus pur et une vie nouvelle et une lumire plus claire, et en mme temps que ton ascension vers les sommets, crotra l'expansion de ton horizon mental.

L'intellect seul ne mne pas la sagesse. L'esprit sait tout, pourtant aucun homme ne connat l'esprit. L'intellect sans Dieu rend l'homme fou, l'homme se met alors adorer et repousser l'influence du Saint Esprit. Ah, comme l'intelligence est peu satisfaisante et comme elle se dvoie sans la spiritualit... Comme elle prit vite. L'Esprit est la cause de tout ; et combien la lumire du plus brillant intellect cesse vite de briller une fois abandonne par les rayons de vie qui viennent du Soleil de l'esprit.

Pour se rendre compte des secrets de la Sagesse, il ne suffit pas de spculer et d'inventer des thories qui concernent la mme chose, ce qu'il faut surtout, c'est comprendre. Seul, celui qui se comporte sagement est vraiment sage, ceci est vrai, mme s'il n'a jamais reu la moindre leon. Pour voir, nous avons besoin d'yeux et nous ne fermons pas nos oreilles si nous voulons nous avons besoin du pouvoir de la perception spirituelle.

C'est l'Esprit et non pas l'intellect qui donne la vie tout, depuis un ange plantaire jusqu'au mollusque dans les profondeurs de l'ocan. Cette influence spirituelle descend toujours du haut vers le bas et ne monte jamais du bas vers le haut ; en d'autres mots, elle rayonne toujours du centre la circonfrence, mais jamais de la circonfrence au centre. Ceci explique pourquoi l'intelligence de l'homme n'tant que l'effet de la Lumire spirituelle qui brille dans la matire, ne peut jamais s'lever au-dessus de sa propre sphre de Lumire qui provient de l'esprit.

L'intellect de l'homme ne peut comprendre les vrits spirituelles qu' condition que sa conscience pntre dans le royaume de la Lumire spirituelle. C'est une vrit que la majorit des scientifiques ne comprendra pas. Il leur est impossible de s'lever une condition suprieure aux sphres intellectuelles qu'ils ont cres et ils considrent que tout ce que l'on trouve en dehors de ce sphres n'est que fantaisies et rves trompeurs. Par consquent leur comprhension est assombrie, et dans leur cur, rsident les passions ; il ne leur est pas permis de contempler la Lumire de la vrit. Celui dont le jugement est dtermin par ce qu'il peroit avec ses sens extrieurs ne peut pas saisir les vrits spirituelles, un homme domin par ses sens s'accroche son propre ego, ce qui est une illusion, et bien sr, il dteste la vrit car la connaissance de la vrit discrdite sa personnalit.

L'instinct naturel de la moiti infrieure de l'homme le pousse se considrer comme un tre isol, distinct du Dieu universel ; la connaissance de la vrit dtruit cette illusion et c'est pour cela que l'homme de raison dteste la vrit.

L'homme empreint de spiritualit est un fils de la Lumire, la rgnration de l'homme et sa restitution sa condition de perfection premire, dans laquelle il domine tout dans notre systme, dpendent de la destruction ou de la suppression de tout ce qui peut clipser ou voiler la lumire intrieure naturelle. L'homme est, pour ainsi dire, un feu concentre l'intrieur d'une cosse grossire de matire, et c'est sa destine de dissoudre dans ce feu la matire et les parties grossires de son tre et de s'unir de nouveau avec la flamme centrale depuis laquelle durant sa vie sur terre, il est, en quelque manire, semblable l'clair qui jaillit du silex frott l'acier.

Si la conscience et l'activit de l'homme se trouvent toujours concentrs sur des choses extrieures, la Lumire qui rayonne depuis l'tincelle divine jusqu' notre cur, faiblit de plus en plus pour disparatre enfin. Mais si le feu intrieur est entretenu et nourri, il dtruit les lments grossiers, attire d'autres principes plus thriques et rend l'homme encore plus empreint de spiritualit, et lui donne des pouvoir divins. Il ne change pas seulement la condition de l'me mais aussi accrot sa rceptivit aux pures influences divines et anoblit toute la constitution de l'homme jusqu' ce qu'il soit devenu un vritable Seigneur de la Cration.

La Roseraie des Sages est orne de mille fleurs,

Mais de puissants verrous en ferment le portrait.

Beaucoup ignorent qu'il en existe une cl,

Mais ne pas la possder est comme ne pas savoir marcher. ( Michael Maier 1568-1622).

Pratique pour approcher la lumière





 

PRATIQUE POUR APPROCHER LA LUMIRE

Celui qui, en satisfaisant les dsirs sensuels, pense remplir le vide qui existe dans son me, ne russira jamais. De mme, les dsirs fervents que le cur prouve pour atteindre la vrit ne peuvent tre uniquement satisfaits par l'application de l'intellect aux choses extrieurs. L'homme ne peut pntrer dans un tat de paix s'il n'a pas vaincu en lui tout ce qui est incompatible avec son ego divin et avec les aspirations de celui-ci.

Pour obtenir cette victoire, l'homme devrait essayer de s'approcher de la Lumire. Le dsir pour tout ce qui est sensuel et extrieur devrait cesser avec lui ; il doit diriger sa vision spirituelle vers la Lumire et essayer de dissiper les nuages qui l'en sparent.

Le premier pas, le plus important, est de prendre conscience de l'existence du germe divin qui est en nous, pour diriger la puissance de la volont vers ce centre, afin de guider notre vie intrieure et aussi se conformer strictement tous les devoirs en nous, et hors de nous. Il existe une loi occulte qui est frquemment mentionne dans les crits occultes et que peu comprennent cependant qui dit : Chaque vnement en bas a sa contre-partie en haut et rien, absolument rien, mme ce qui semble insignifiant, n'existe sans dpendre de quelque chose qui lui correspond au-dessus . Selon cette loi, tout dsir, pense ou aspiration, bien ou mal, est immdiatement suivi d'une raction correspondante qui vient d'en haut. Plus la volont de l'homme est pure, moins elle est corrompue par des dsirs gostes, plus grande sera la force positive de la raction divine.

L'intention de l'homme de progresser spirituellement ne dpend en aucun cas de sa propre force, au contraire, moins il est enclin tablir des lois pour lui-mme, plus il se soumet la loi universelle, et plus rapide sera son progrs. En aucun cas, l'homme ne peut mettre sa volont en jeu diffremment de la volont universelle de Dieu ; si sa volont n'est pas identique la volont divine elle devient purement et simplement une perversion de cette dernire et annule son propre effet. Ce n'est seulement que quand la volont individuelle de l'homme est en harmonie complte avec la volont de Dieu et coopre avec elle, qu'elle peut se convertir en force et en efficacit.

En outre, de tous les temps ont exist des entits clestes ou spirituelles qui ont communiqu avec l'homme dans le but de lui transmettre une connaissance des vrits spirituelles, ou dans le but de lui rafrachir la mmoire quand ces vrits taient sur le point d'tre oublies et ainsi tablir un trait d'union solide entre l'homme intellectuel et l'homme divin. Les hommes qui sont suffisamment purs peuvent, mme durant cette vie, connatre ces messages clestes et entrer en communication avec eux, mais peu le sont suffisamment pour y parvenir.

Quoique vous souhaitiez devenir, c'est la volont et non pas l'intellect qui devra tre purifie et rgnre, et pour cette raison la plus grande partie du savoir est inutile si l'on ne possde pas la volont de le pratiquer, et comme personne ne peut tre sauv contre son gr, le dsir le plus intime du cur devrait tre de connatre la vrit et de la mettre en pratique.

Celui dont la volont est ainsi amliore, russira dans la connaissance et la force de la vraie foi, sans l'aide de quelque signe de l'extrieur ou de quelque raison logique pour se convaincre de la vrit de ce qu'il sait. Seul le prtendu sage rclame ces preuves et c'est parce que son cur est prsomptueux et sa volont mauvaise. Par consquent il ne possde ni la connaissance spirituelle, ni la foi sans laquelle personne ne peut en savoir plus que ce qui lui parvient du dehors ; mais ceux dont l'esprit est pur, sans duplicit, peuvent avec le temps acqurir la conscience de ces vrits auxquelles ils ont cru instinctivement.

Toutes les sciences culminent en un point. Celui qui connat l'Unique, connat tout ; celui qui croit en de nombreuses choses croit aux illusions. Plus tu rejoins ce point de vue en d'autres mots, plus tes relations avec Dieu sont intimes, plus ta perception de la vrit s'clairera. Si tu parviens ce point, tu trouveras qu'il existe dans la nature des choses qui transcendent l'imagination de nos philosophies et au sujet desquelles nos sages n'ont mme pas essay de rver.

En Dieu est toute vie - en dehors de Dieu aucune vie n'existe, et tout ce qui semble vivre hors de Dieu n'est qu'illusion. Si nous dsirons connatre la vrit, nous devons contempler la lumire de Dieu et non pas la lumire fausse et trompeuse de notre spculation intellectuelle. Aucune voie ne mne la parfaite connaissance de la vrit si ce n'est l'union avec la vrit. Peu connaissent ce chemin.

Le monde parodie et ridiculise ceux qui y marchent, mais le monde ne connat pas la vrit car c'est un monde d'illusions, rempli de malheureux et aveugle face la lumire de la vrit.

Apprendre le silence et la tranquillit, rester impassible devant le rire des sots, devant le ddain des ignorants et l'insolence des orgueilleux sont les premiers signes que la Lumire de la sagesse fit briller.

Cependant, quand on s'est totalement rendu compte de la vrit, on est capable de rsister mme la critique intellectuelle la plus svre avec srnit et aux attaques les plus fortes de la logique. Seul l'intellect de ceux qui ressentent la vrit, mais qui ne s'en aperoivent pas encore, peut tre drang par de telles secousses. Ceux qui connaissent et comprennent la vrit restent solides comme un roc.

Pendant le long moment o nous ne cherchons qu' assouvir nos sens, ou que nous ne dsirons que la satisfaction de notre curiosit, ce n'est pas la vrit que nous cherchons. Pour trouver la vrit nous devons entrer dans le royaume de Dieu et alors la vrit descendra dans notre intelligence. Pour atteindre ce point il n'est pas ncessaire de torturer nos corps ou de dtruire nos nerfs, mais il faut que nous croyions en des vrits sres et fondamentales qui sont instinctivement perues par ceux dont l'intelligence n'est pas pervertie.

Ces vrits fondamentales sont : l'existence d'un seul Dieu Universel, et la possibilit de l'immortalit de l'me humaine. L'homme possde une intelligence qui raisonne, donc il a le droit et l'autorit de s'en servir ; on peut aussi dire qu'il a la possibilit de l'utiliser dans un sens qui serait en opposition avec la loi du bien qui est la loi d'amour divin, la loi de l'ordre et de l'harmonie. Il ne devrait pas profaner les dons que Dieu lui a accords par le biais de la nature. Il devrait les considrer, tous, comme divins et se sentir le temple vivant de Dieu et instrument par lequel la puissance divine peut se manifester.

Hors de Dieu un homme est une chose inconcevable car, toute la nature - l'homme compris n'est qu'une petite manifestation de Dieu. Si la lumire pntre en nous, elle n'est pas notre travail. C'est le soleil qui nous donne la lumire, mais si nous nous cachons de lui la lumire disparat. Dieu est notre soleil spirituel. Notre devoir est de nous maintenir illumins de ses rayons, d'en profiter et de crier aux autres qu'ils peuvent entrer dans la Lumire.

Il n'y a pas de mal acqurir intellectuellement cette Lumire si notre volont nous dirige vers elle, mais si la vrit est attire par une lumire trompeuse que nous confondons avec le soleil nous tomberons fatalement dans l'erreur.

Il y a des relations dfinies et exactes entre la cause de toute chose, et la chose que la cause a cre. L'homme, mme dans cette vie, peut atteindre la connaissance de ces relations apprenant les connatre comme lui-mme. Le monde o nous vivons est un monde de phnomnes car ce qui est gnralement appel rel n'apparat que pendant la dure de certaines conditions ou certaines relations entre celui qui peroit et l'objet de sa perception.

Ce que nous percevons ne dpend pas tellement de la qualit des objets de notre perception mais de la condition de notre propre organisme. Si notre organisation tait diffrente, tout nous serait prsent diffremment.

Si nous avions appris nous rendre tout fait compte de cette vrit et distinguer ce qui est rel de ce qui n'est qu'une illusion, nous pourrions alors entrer dans le royaume lev de la science divine, aids de la lumire de l'esprit divin. Les mystres dont cette haute science s'occupe sont :

 Le royaume intrieur de la nature,

 Le lien qui unit le monde intrieur spirituel aux formes corporelles extrieures, 

 Les relations existant entre l'homme et les tres invisibles,

 Les pouvoirs cachs de l'homme avec qui il peut travailler sur les plans intrieurs de la nature,

Dans cette science sont contenus tous les mystres de la nature. Si d'un cur pur tu dsires la vrit, tu la trouveras ; mais si tes intentions sont gostes, mets ces lettres de ct car tu seras incapable de les comprendre ; de cette faon, elles ne t'apporteront pas le moindre bnfice.

Les mystres de la nature sont sacrs, mais celui dont le but est mauvais ne les comprendra pas. Mais que l'homme inique russisse dcouvrir les mystres de la nature et leur Lumire sera change en un feu dvorant dans la rgion la plus profonde de son me et l'homme sera dtruit et cessera d'exister.

Vérité absolue et vérité relative





 

Toute la science est base sur l'impression que les choses sont vraiment telles qu'elles nous apparaissent, mais un peu de rflexion nous fait comprendre l'erreur de cette supposition, car  l'aspect des choses ne dpend pas seulement de ce qu'elles sont rellement nos yeux. Le plus grand obstacle que rencontre l'tudiant sur son sentier de l'volution est d'abandonner cette croyance errone. Il doit considrer les choses non pas d'un point de vue relatif donn par son ego limit mais comme provenant de l'Infini et de l'absolu.

Avant d'avancer dans nos enseignements sur la mthode pratique pour approcher la Lumire il nous faut graver dans notre esprit combien est illusoire l'aspect de tous les phnomnes extrieurs.

Tout ce que l'homme physique sait du monde extrieur a t appris par des impressions qui parviennent la conscience en passant par les sens. Parce qu'il reoit des impressions rptes, identiques, qu'il les compare les unes aux autres et qu'avec ce qu'il croit savoir, il fait des spculations sur ce qu'il ne connat pas, l'homme a la possibilit de se faire une opinion sur tout ce qui est au-dessus de ses perceptions physiques. Peut-on dire que cette opinion soit vraie ou fausse ? Elle ne peut tre vraie qu'en ce qui concerne l'homme et que par rapport aux autres tres constitus comme lui.

Pour ce qui est des autres tres, organiss diffremment de lui, ses arguments et ses spculations ne trouveront pas la moindre application ? il peut exister dans l'univers des millions d'tres avec des organisations diffrentes, suprieures ou infrieures aux ntres, qui tout apparat diffremment et qui voient tout avec un clairage diffrent.

De tels tres, bien que vivant dans le mme monde que nous peuvent ne rien savoir de tout ce monde qui est le seul que nous puissions concevoir. Et, de faon intellectuelle, il nous est impossible de savoir quoique ce soit de leur monde, bien que ces deux mon des s le leur et le ntre, soient identiques.

pour voir leur monde, il faut carter de nous toutes les erreurs et toutes les ides prconues hrditaires ou acquises. Nous devons nous lever un niveau plus haut que celui de la personnalit qui est attache au monde des sens par un millier de chanes. Avec l'aide du mental nous devons occuper une place d'o nous pourrions contempler le monde dans ses aspects les plus levs.

Nous devons nous fermer pour ainsi dire mort, tout ce qui rend l'tre spirituel inconsistant afin d'acqurir la conscience d'une vie suprieure et pour voir le monde sur un mme plan et d'un mme point de vue que DIEU.

Toute notre science moderne n'est, pour ces raisons, qu'une science relative, ce qui revient dire que notre systme scientifique moderne n'enseigne que les relations entre les choses extrieures et variables et la manifestation de l'homme en ce monde, laquelle est transitoire, illusoire, rien de plus qu'une simple apparition extrieure engendre par une activit intrieure dont aucune science matrielle ne sait rien. Toute pense scientifique apparemment leve et importante n'est qu'une connaissance superficielle d'un seul aspect parmi une infinit d'autres par lesquels DIEU se manifeste.

Ceux qui sont dans l'ignorance croient que leur faon particulire de considrer le monde des phnomnes est le seul qui soit vrai ? ils s'obstinent dsesprment dans leurs illusions qu'ils croient tre la vrit et appellent rveurs ceux qui ont pris conscience de ce ct illusoire. Mais tant qu'ils se cramponnent leurs illusions ils ne s'lveront pas, ils croiront toujours en une science illusoire et seront incapables de raliser ce qu'est la vraie caractristique de la nature. Ils demanderont en vain DIEU de leur montrer cette connaissance alors qu'ils ferment leurs yeux et se privent de la lumire ternelle.

Il n'est, en aucune manire, notre intention de demander la science moderne d'essayer de pntrer dans le plan de l'Absolu, car dans ce cas elle cesserait d'tre relative aux choses extrieures et perdrait son utilit vis vis de ces choses.

On admet que les couleurs ne sont pas relles et qu'un certain nombre d'ondes ou de mouvements vibratoires de la lumire les provoque , mais cela n'est en rien une gne dans la fabrication et l'utilisation des couleurs. Nous pourrions prsenter des arguments similaires en ce qui concerne toutes les sciences matrialistes ? nous n'avons pas l'intention de dcourager la recherche purement scientifique mais celle d'instruire les personnes en qui la connaissance extrieure et superficielle est insuffisante, et aussi de modrer la prsomption de ceux qui pensent possder la sagesse et qui, enchans leurs illusions, perdent de vue l'extrieur et la ralit,

Ce n'est pas le corps extrieur qui voit, entend, sent, raisonne et pense. C'est l'homme intrieur - invisible - qui se dcharge de ses fonctions au moyen des organes physiques. Il n'y a pour nous aucune raison de croire que cet homme intrieur cesse d'exister quand le corps meurt, au contraire. Si cet homme intrieur devait perdre, la mort de son corps physique, le pouvoir de recevoir des impressions sensitives du monde extrieur, et si, par suite de la perte du cerveau il perdait le pouvoir de penser, cela changerait totalement ses relations avec ce monde et son existence future serait tout fait diffrente de la ntre. Son monde ne serait pas notre monde, bien que dans le sens absolu du terme ces deux mondes n'en fassent qu'un. Donc, c'est que des milliers de mondes diffrents peuvent exister, avec des tres de constitutions diffrentes. En d'autre termes, il n'y a qu'une nature qui peut se manifester par un nombre infini d'aspects.

Selon chaque stade, le monde nous est prsente sous un angle diffrent. A chaque mort nous entrons dans un nouveau monde. Ce n'est pas le monde qui a chang mais nos relations avec lui

Qui connat le monde selon la vrit absolue? Que savons-nous vraiment ? Il se peut qu'en ralit n'existent ni le Soleil, ni la Lune, ni la Terre, ni le Feu, ni l'air ni l'eau ne peuvent avoir une relle existence. Toutes ces choses n'existent que par rapport nous et que si nous sommes en un certain tat de conscience durant lequel nous croyons qu'elles existent.

Dans le domaine des phnomnes la vrit absolue n'existe pas, pas mme en mathmatiques, car toutes les rgles sont relatives et bases sur des suppositions, qu'il s'agisse de grandeur ou d'extension. Suppositions qui n'ont que l'allure de phnomne.

Changeons le concept fondamental sur lequel les mathmatiques son bases, et le systme entier souffre d'un changement total. Il en va de mme de nos concepts sur la matire, le mouvement, l'espace. Ce sont des mots purs et simples, des expression sans plus, pour dsigner des ides que nous nous sommes faites sur des choses absolument inconcevables. En d'autres termes, ces concepts indiquent tels tats de notre conscience.

Si nous regardons un arbre, une image se forme dans notre esprit, nous entrons dans un tat de conscience qui nous met en relation avec un phnomne de l'extrieur dont nous ne savons rien de la vraie nature mais auquel nous donnons le nom d'arbre. Pour un autre tre, organis diffremment, ce ne serait pas un arbre mais quelque chose d'autre, trs diffrente, peut-tre transparente et sans matire solide. En fait, pour mille personnes de constitutions diffrentes, cet arbre apparatrait sous mille aspects diffrents. Nous pouvons voir le soleil comme globe de feu, mais pour des tres dont les facults de perception sont suprieures aux ntres, ce que nous appelons soleil serait vu d'une manire totalement indescriptible pour nous. prive des facults indispensables qui l'exprimeraient, la description deviendrait inconcevable pour nous.

L'homme extrieur garde une relation avec le monde extrieur et ne peut que connatre cette relation. Certains peuvent objecter que nous devrions nous contenter de cette connaissance sans aller plus loin, ce qui quivaut nous dpouiller d'un progrs venir et nous condamner rester plongs dans l'erreur et l'ignorance, car notre seul moyen d'atteindre la connaissance est une science qui dpend entirement de l'illusion et qui n'est donc qu'une science illusoire. L'aspect intrieur des choses est aussi la consquence d'une activit intrieure et tant que l'on ne connat pas cette activit intrieure, on ne connat pas la vraie nature dos phnomnes extrieurs.

L'homme intrieur qui occupe une forme extrieure a des relations avec 1'activit intrieurs du cosmos qui ne sont pas moins prcises et dfinies que les relations existant entre l'homme extrieur et la nature. Tant que l'homme n'admettra pas les relation qui l'unissent cette puissance, en un mot DIEU, il ne se rendra jamais compte de sa vraie nature divine et n'atteindra jamais la vraie connaissance de lui-mme.

Enseigner la vraie relation qui existe entre l'homme et le Tout infini et s'lever ce plan d'une vie exalts qu'il devrait occuper sont et doivent tre les seuls vrais buts de bont vraie religion et de toute vraie science. Qu'un homme ait pu natre dans une certaine maison et dans telle ville n'indique pas qu'il doive rester l toute sa vie ; qu'un homme ait t longtemps dans une condition infrieure sur le plan physique, moral ou intellectuel ne lui impose pas de rester ncessairement pour toujours ce stade et ne le prive pas de s'lever vers les plus hauts sommets.

La connaissance la plus leve qui soit est celle qui vise le but le plus lev, il ne peut exister d'objet de considration plus lev et plus digne que la cause du bien universel. DIEU est donc l'objectif le plus lev de la connaissance humaine, et nous ne pouvons rien savoir en ce qui LE concerne qui ne soit la manifestation de Son activit dans nos esprits. Obtenir une connaissance de l'ego revient obtenir une connaissance du principe divin en nous, en d'autres mots, une connaissance de notre propre moi intrieur aprs s'tre tourn vers le divin et s'tre veill la conscience de sa divinit. Alors l'ego divin intrieur se rendra compte des relations qui existent entre lui et le principe divin de l'univers si nous pouvons parler de relations existant entre deux choses qui ne sont pas deux mais une seule et mme chose, Pour nous exprimer correctement, nous dirions que la connaissance spirituelle de Sa nature est atteinte quand DIEU reconnat Sa propre divinit dans l'homme.

Toute puissance, qu'elle appartienne au corps, l'me ou au principe de l'intelligence en l'homme, a son origine dans le centre, l'Esprit. L'homme doit son activit spirituelle de voir, sentir, entendre et ressentir avec ses sens extrieurs. Chez beaucoup d'hommes cette force spirituelle intrieure n'a veill que l'adresse intellectuelle et a mis en activit les sens extrieurs. Mais il y a des personnes exceptionnelles chez qui l'activit spirituelle a atteint un plan beaucoup plus-lev et chez qui les facults intrieures de perception les-plus hautes ont t dveloppes. De telles personnes peuvent percevoir des choses qui sont invisibles aux autres et exercer des pouvoirs que le reste des mortels ne possde pas.

Si le soi-disant sage rencontrait un tel cas, il le considrerait occasionn par une condition maladive du corps et le dsignerait comme effet d'une "condition pathologique'', on constate chaque jour que la connaissance extrieure et superficielle ne contient absolument rien sur les lois fondamentales de la Nature et confond toujours, de .faon rpte ; cause sans effet - effet sans cause. Pour la mme raison, avec la mme logique un troupeau de moutons dirait l'un d'entre eux qui aurait la facult de parler avec l'homme, qu'il est malade et il s'intresserait sa"condition pathologique". C'est ainsi que cette sagesse apparat sottise pour les sots; aux aveugles la lumire n'est qu'obscurit ; la vertu est un vice pour les vicieux ; la vrit ressemble la tricherie au tricheurs. Partout nous voyons que l'homme peroit les choses non pas comme elles sont, mais comme il les imagine.

Nous voyons donc que tout ce que les hommes ont l'habitude d'appeler bien ou mal ou faux, utile ou inutile, n'est peru que de faon relative. Ce qui peut tre vrai pour l'un peut tre le contraire pour un autre dont. les objectifs, les opinions ou les aspirations sont diffrents.

Il y a une autre consquence cet tat des choses ; o commence le langage commence la confusion, car cause des diffrentiations qui s'effectuent dans les diverses constitutions de l'homme, la manire dont se forme un concept changera d'un homme l'autre. C'est vrai pour les affaires courantes et ce l'est encore plus dans les domaines de l'occulte dont la plupart des hommes n'ont que des ides fausses. Il n'est pas sr qu'une seule phrase puisse tre prononce sans soulever des disputes et de fausses interprtations. Les seules vrits que les disputes n'atteignent pas, sont les vrits absolues, elles n'ont pas besoin d'tre dmontres car elles sont videntes. Les exprimer au moyen du langage revient dire ce que tout le monde sait et ce que personne ne contredit ; par exemple dire que Dieu est la cause de tout le bien, signifie simplement que nous nous reprsentons, par symbole, l'origine inconnue de tout le bien avec le mot Dieu .

Toute vrit relative n'a ses rfrences que dans les individualits instables des hommes et personne ne peut connatre la vrit dans l'absolu, sauf celui qui, s'levant au-dessus de la sphre du moi et des phnomnes, atteint la religion du rel, temel et immuable. Pour en arriver l, il faut nous fermer mort ce monde l, ou, ce qui est pareil, nous dbarrasser compltement de cette ide du moi qui est une illusion et ne faire qu'un avec l'Universel, unit sans fissure.

Si tu es dispos agir ainsi, tu peux franchir la porte du sanctuaire de la connaissance cache, mais si les illusions du monde extrieur et surtout les illusions de ta propre personne te leurrent, tu chercheras en vain la connaissance de ce qui existe en toi, tout fait indpendamment de tout, ce qui est le centre temel, la flamme centrale d'o vient et o tout retourne : le Pre, de Qui, personne d'autre que le Fils ne peut s'approcher, Qui est la Lumire, la Vie et la Vrit Suprme.

La doctrine secrète





 

LA DOCTRINE SECRTE

Le principe de la doctrine secrte entire, le principe d'o rsulte une connaissance des plus profonds mystres de l'univers, est si simple qu'il peut tre compris par un enfant, mais cause de sa simplicit il est partout sous-estime et n'est pas compris de ceux qui cherchant fbrilement la complexit et les illusions. "Aime DIEU par dessus tout et ton voisin comme toi-mme". Il ne faut que la mise en pratique de cette vrit pour pntrer dans le temple o l'on trouve la sagesse divine.

Nous ne pouvons pas connatre ce qui est la cause du bien si nous ne nous en approchons pas ?nous ne pouvons pas nous en approcher sans l'aimer et sans y tre amens par notre amour. Nous ne pouvons l'aimer sans le ressentir, et nous ne pouvons le ressentir s'il n'existe pas en nous. Pour aimer le bien, nous devons tre bons, pour aimer 'le bien par-dessus tout, les sentiments de vrit, justice et harmonie devraient prdominer et absorber tous les autres sentiments ; nous devrions cesser de vivre dans la sphre du moi qui est celle du mal, et commencer vivre dans le coeur de l'lment divin de l'humanit, tous d'un bloc, nous devrions aimer tout ce qui est divin dans l'humanit autant que le divin qui est en nous. Si nous atteignons cette condition suprme, si nous avons compltement oubli notre ego intellectuel et notre ego animal, et si, grce notre amour pour DIEU, nous ne faisons qu'un avec LUI, il n'y aura pas de secrets dans le ciel, sur la terre, qui ne nous soient accessibles.

Qu'est la connaissance de DIEU autrement que la connaissance du bien et du mal ? DIEU est la cause de tout le bien, et le bien est la cause du mal. Le mal est une raction du bien comme l'obscurit est une raction de la lumire. Le feu divin d'o provient la lumire n'est cause de la moindre obscurit. Mais la lumire qui rayonne de la flamme centrale ne pourrait commencer se manifester sans l'obscurit comme sans lumire serait ignore l'obscurit.

Il existe donc deux principes  le principe du bien et le principe du mal, les deux provenant de la mme racine et dans lesquels il  n'existe pas de mal, comme tel, que du bien absolu et inimaginable. L'homme est le produit de la manifestation du bien, et ce n'est pas que dans le bien qu'il peut trouver le bonheur car la condition ncessaire au bonheur pour tout tre, est qu'il vive dans l'lment auquel sa nature appartient. Ceux qui sont ns dans la lumire rechercheront la lumire, ceux qui appartiennent l'obscurit ne rechercheront que l'obscurit. L'homme dont le principe fondamental est le bien ne trouvera paix tant que subsistera une trace de mal dans son esprit.

L'me de l'homme est comme un jardin o sont sems un nombre presque infini de graines. Ces graines deviendront plantes, les unes belles et saines, les autres difformes et nocives. La force d'o ces plantes reoivent la chaleur ncessaire pour leur dveloppement est la volont. Si la volont est bonne, de belles plantes pousseront. Si elle est mauvaise, elle donnera naissance des plantes difformes.

Le but principal de l'homme sur cette terre est de purifier et de cultiver la volont jusqu' ce qu'elle devienne une grande puissance spirituelle. La seule faon de purifier la volont, c'est l'action, et de faire en sorte que toutes nos actions soient bonnes jusqu' ce que, faire le bien devienne une question d'habitude et que cesse d'exister dans la volont tout dsir de faire le mal.

Quel profit tirerais-tu de connatre par l'intellect les mystres de la Trinit et de parler avec sagesse des attributs du Logos si sur l'autel de ton coeur ne brle pas la flamme de l'amour divin et si la Lumire du CHRIST ne brille pas dans ton sanctuaire ? Ton intelligence, abandonne de l'esprit qui donne la vie, dcrotra et prira ? sans elle tu priras moins que la flamme de l'amour spirituel ne brle dans ton coeur avec la lumire de la conscience ternelle.

Si tu ne possdes pas l'amour du bien, il vaut mieux pour toi rester dans l'ignorance, car ainsi tu pcheras par ignorance et tu ne seras pas responsable de tes actes, mais ceux qui savent la vrit et la rejettent cause de leurs mauvais cts sont ceux qui souffriront car ils commettront le "pch impardonnable", en conscience et en connaissance, le pch contre la vrit, sainte et spirituelle,, Le vrai Rosicrucien dont le coeur brle du feu d'amour divin pour le bien, sera clair de lumire dans son esprit, il sera inspir de bons sentiments qui donneront de bons rsultats leurs actions. Il n'aura pas besoin d'un professeur mortel pour lui enseigner la vrit car il la trouvera seul avec l'assentiment de l'esprit de la sagesse qui sera son vrai professeur.

Toutes les sciences et tous les arts terrestres sont sans valeur et purils devant l'excellence de la sagesse divine. La possession du savoir du monde n'a pas de valeur durable, mais la possession du savoir divin est imprissable, ternelle. La sagesse divine ne peut exister sans amour divin car la sagesse est l'union de la connaissance spirituelle avec l'amour spirituel, union d'o rsulte la puissance spirituelle. Celui qui ignore l'amour divin ignore DIEU, car DIEU est la source d'amour et il est la flamme centrale, pour cette raison, on a dit que mme si nous pouvons pntrer dans tous les mystres, si nous pouvons possder la connaissance et faire de bonnes actions, si nous n'avons pas l'amour divin cela ne nous sert rien, ce n'est qu'au moyen de l'amour que nous pourrons obtenir l'immortalit.

Qu'est l'amour ? Une puissance universelle qui provient du contre d'o l'univers s'est dvelopp. Dans les quatre lments et le rgne minral cela fonctionne la manire de la force aveugle d'attraction? dans le rgne vgtal on parvient des rudiments d'instincts compltement dvelopps dans le rgne animal, dans le rgne animal 1'amour est chang en passion, qui, si elle se dirige vers la source ternelle lvera l'homme l'tat mme du divin ? mais si elle est pervertie elle le conduira la destruction. Dans le royaume spirituel, c'est dire dans le royaume de l'homme rgnr, l'amour est transform en force spirituelle consciente et vivante. Pour la majorit des hommes de notre civilisation actuelle, l'amour n'est qu'un sentiment, et l'amour vraiment divin et fort est presque inconnu de l'humanit.

Ce sentiment superficiel que les hommes appellent amour est un lment demi-animai, faible et impotent mais suffisamment fort pour conduire ou dvoyer l'humanit. Nous pouvons choisir entre aimer une chose ou ne pas l'aimer ; mais un amour aussi superficiel ne peut gure aller plus loin que les couches superficielles de l'me de cette chose bien-aime. possder l'amour divin ne dpend pas d'un choix; c'est un don de l'esprit qui est en nous, c'est un produit de notre propre volution spirituelle et seuls ceux qui ont atteint ce niveau peuvent possder l'amour divin.

 

 

  Il est impossible quiconque de savoir ce qu'est un amour spirituel et divin sauf pour celui qui a atteint ce niveau, celui qui l'a atteint sait que c'est une force pntrante qui nat du fond du coeur, qui pntre dans le coeur de la personne aime, appelant la vie les germes d'amour qui y sont contenus. L'AMOUR spirituel peut s'appeler, si vous prfrez, VOLONT SPIRITUELLE, VIE SPIRITUELLE, LUMIRE, car c'est tout cela et plus encore, car toutes les forces spirituelles ont leurs racines et un seul centre ternel pour enfin culminer en force au sommet d'une pyramide nombreux cts.

 

Comment obtenir cette force d'amour spirituel, de bonne volont, de lumire et de vie ternelle ? Nous ne pouvons aimer une chose si nous ignorons qu'elle est bonne ; nous ignorons si une chose est bonne ou mauvaise tant que nous ne nous en sommes pas rendu compte; nous ne pouvons ne nous en rendre compte si nous nous approchons de cette chose  nous ne pouvons nous en approcher que si nous l'aimons, et nous voici dans un cercle vicieux, jamais prs de la vrit s'il n'y avait l'influence continue du Soleil spirituel de la vrit qui ne dirigeait ses rayons dans le coeur humain et ne l'attirait, instinctivement et inconsciemment transformait le cercle en spirale, amenant l'homme prs de la Lumire de la grce vers ce centre, malgr les inclinations de l'homme et contrairement elles.

On dit que l'inclination de l'homme pour le mal est plus forte que pour le bien, et c'est certainement vrai car au stade actuel de l'volution de l'homme, ses activits et tendances animales sont encore trs fortes alors que ses principes plus spirituels et plus levs ne sont pas suffisamment dvelopps pour qu'ils aient conscience d'eux-mmes et de leur force qui en dcoule. Alors que les inclinations animales de l'homme sont plus fortes que ses forces spirituelles, la lumire divine et ternelle qui l'attire vers son centre est beaucoup plus puissante, et moins que l'homme ne rsiste la force de l'amour divin en prfrant tre attir par le mal, il sera continuellement et inconsciemment attir vers le centre d'amour.

Par consquent l'homme, mme s'il est un certain point la victime sans dfense de forces invisibles est nanmoins parvenu un point o il peut se servir de la raison et devient libre de ses actes en un certain sens ; mais si sa raison n'est pas parfaite, il ne peut tre totalement libre, sa raison ne peut devenir parfaite que si elle vibre l'unisson de la DIVINE RAISON et en harmonie avec Elle. Donc, l'homme n'est totalement libre que quand il obit la Loi.

Il ne peut y avoir qu'une seule raison suprme, une seule loi suprme, une seule sagesse suprme, en d'autres mots, qu'UN SEUL DIEU, car le mot DIEU signifie point culminant de toutes les forces spirituelles ou physiques qui existent dans l'univers ; il veut dire SEUL CENTRE duquel toutes les choses, activits, facults, fonctions, tous •les attributs et principes proviennent et o, la fin tout culminera. L'Homme ne peut esprer arriver son but qu'en travaillant en harmonie avec la loi universellement reconnue de la survivance des espces par leur adaptation . leur environnement et de l'absolu vrit qui dit que les forts sont plus puissants que les faibles, aussi bien dans le royaume de l'esprit que dans le royaume des sciences mcaniques. Une seule goutte d'eau ne peut pas, avec sa propre force, se mouvoir contre-courant, et qu'est l'homme avec toute sa vanit et sa prsomption connatre la vrit si ce n'est une goutte d'eau dans l'ocan de la vie de l'univers ?

Pour pouvoir obir la loi, nous devons apprendre la connatre. Mais o peut-on esprer apprendre la diffrence entre la loi pure et la loi corrompue si ce n'est dans l'tude de la nature matrielle et spirituelle, de ses aspects intrieurs ou extrieurs. Il n'y a qu'un seul livre dont l'tudiant en occultisme a besoin et o il trouvera la Doctrine Secrte dans son intgralit avec tous les mystres connus des seuls initis. C'est un livre qui n'a jamais souffert de falsification ni de traductions errones, c'est un livre qui n'a jamais t l'objet de fraudes, mme pieuses ni d'interprtations absurdes, c'est un livre que sans la moindre peine on peut obtenir n'importe o et pas n'importe qui. Il est crit dans une langue comprhensible par tous sans considration de nationalit. Le titre de ce livre est "M" qui veut dire, le Macrocosme et le microcosme de la Nature rassembls en un volume.

Pour pouvoir lire ce livre correctement il ne faut pas seulement l'oeil de l'intellect, mais en plus l'oeil de l'esprit. Si ses pages ne sont claires que par la lumire froide de la lune, que par la lumire froide du cerveau, elles sembleront mortes et ne montreront que la surface. Mais si la lumire divine de l'amour claire ces pages envoyant des rayons de force dans le coeur, elles commenceront vivre et les sept sceaux qui scellent ses chapitres se briseront et les voiles derrire elles se lveront l'un aprs l'autre ; alors nous connatrons les mystres divins que le sanctuaire de la Nature contient.

Sans cette lumire divine de l'amour, il est inutile d'essayer de pntrer l'obscurit des mystres les plus profonds. Ceux qui n' tudient la nature qu'avec la seule lumire extrieure aux sens n'iront pas plus loin que la cosse. Ils demanderont en vain qu'on leur enseigne les mystres qu'on ne peut contempler qu'avec la lumire de l'esprit, car la lumire de l'esprit a ternellement brill dans l'obscurit et l'obscurit ne le savait pas.

O pouvons - nous esprer rencontrer la lumire de l'esprit si ce n'est dans nos propres mes ? L'homme ne peut rien connatre qui n'existe dj en lui. II ne peut non plus ni entendre ni voir les choses du dehors, il ne peut que contempler des images et prouver les sensations que causent les objets du dehors sur sa conscience.

Tout ce qui se rapporte l'homme, sauf sa force extrieure est un abrg, une image, un double de l'univers. L'homme est le microcosme de la nature et en lui est contenu en germination ou en voie de dveloppement plus ou moins avanc, tout ce que contient la nature En lui rsident DIEU, LE CHRIST et LE SAINT ESPRIT. La TRINIT est en lui de mme que le rgne minral, le vgtal, l'animal et le spirituel ; il contient le paradis l'enfer et le purgatoire ? tout est en lui car il est l'image de DIEU et DIEU est l'origine de tout ce qui existe. Rien en lui n'est pas manifestation de DIEU et en un sens rien n'est, soit DIEU, soit la substance de DIEU.

L'univers entier et tout ce qu'il contient est la manifestation extrieure de cette source de force intrieure que les hommes appellent DIEU.

Pour tudier les manifestations extrieures de cette force, nous devons tudier les impressions reues dans nos propres mes.

Nous ne pouvons rien connatre en dehors de ce qui existe en nous ; pour cette raison mme l'tude de la nature extrieure n'est et ne peut tre que l'tude du moi, ou en d'autres mots, l'tude des sensations intrieures suscites en nous par des causes extrieures.

De faon positive, l'homme en aucune manire ne peut rien apprendre que ce soit par la vue, le toucher ou la perception, rien au-del de ce qui est en lui, et sa soi-disant sagesse au sujet des choses du dehors n'est qu'une spculation, qu'une supposition, que vrit relative.

Si l'homme ne peut rien apprendre sur les choses du dehors si ce n'est ce qu'il voit, sent et peroit avec ses sens, comment peut-il en apprendre sur les choses de l'intrieur si ce n'est des manifestations en lui ? Ceux qui sont en qute d'un DIEU intrieur tout en reniant DIEU dans leurs coeurs, Le chercheront en vain. Tous ceux qui professent une adoration un dieu inconnu de la cration tout en touffant le roi nouveau-n dans le berceau de leur coeur, adorent une illusion. Si nous dsirons connatre DIEU et la sagesse divine, nous devons tudier l'activit du principe divin au fond de nos coeurs. Nous devons couter Sa Voix avec l'oreille de l'Intelligence et lire Ses mots avec la lumire de l'amour divin, car le seul DIEU dont l'homme peut connatre quelque chose est son propre Dieu personnel, inique et identique au Dieu de l'univers qui entre en relation avec l'homme, en l'homme et qui atteint la personnalit au moyen de l'organisme humain. Et c'est ainsi que Dieu devient homme et que l'homme devient Dieu. L'homme se transforme de cette faon en DIEU quant il a acquis la connaissance parfaite de son propre ego divin, ou en d'autres mots, quand DIEU lui a apport la connaissance de sa vraie personnalit.

Donc, il ne peut y avoir de sagesse divine sans la connaissance de son propre soi divin, et celui qui a trouv son propre ego divin est devenu un sage.

Aucune de nos spculations, scientifique ou thologique n'est suffisante pour nous autoriser prendre la libert de dire qu'un homme a trouv son propre ego divin ; s'il l'avait trouv il serait en possession de pouvoirs divins que les hommes appelaient "surnaturels" mais de tels pouvoirs sont devenus presque inconnus de l'humanit. Quand les hommes trouveront leurs gos divins, ils n'auront plus besoins de prdicateurs, de docteurs, plus besoin de livres ni d'instructions si. ce. n'est celles de-leur DIEU intrieur. Mais si la sagesse de nos sages ne vient pas de DIEU, elle vient des livres et de sources extrieures faillibles.

Cette conscience de l'ego que les hommes sentent en eux et qu'ils nomment "Je" ou "Moi" n'est pas de l'ego divin, c'est l'ego animal ou intellectuel dans lequel leur conscience est concentre.

En chaque homme il y a un grand nombre de varit de tels gos; ceux-ci priront tous et devront disparatre avant que le moi divin qui est universel et omniprsent, ne commence vivre en l'homme, Les hommes ne connaissent pas leurs propres gos et seront remplis d'horreur quand ils leur apparatront.

Les motions principales de beaucoup d'hommes viennent de l'envie et de la convoitise et leurs principales ambitions, celles de luxure, d'argent et tout ce qui est de mme. Ce sont les puissances, les dieux qui gouvernent hommes et femmes, devant qui on s'incline, qu'on embrasse et qu'on considre comme son propre soi.

Ces "moi" ou gos donnent chaque me humaine une forme qui correspond leurs personnalits car chaque personnalit correspond une forme et chacune produit une forme. Mais ces gos sont illusoires. Ils manquent de vie propre et se nourrissent du principe de la vie de l'homme. Ils vivent de sa volont et prissent avec la vie du corps ou peu aprs. Ce qui est immortel en l'homme, ce qui a toujours exist et existera toujours, c'est l'esprit divin et seuls les lments de l'homme qui sont parfaits, purs, et qui ont t unis l'esprit, continueront vivre en lui et par lui.

L'ego divin n'prouve aucune notion de cloisonnement qui rgle notre moi infrieur, il est aussi universel que l'espace, il n'a t tabli aucune distinction entre son moi et le moi des autres humains ; il se reconnat dans tous les autres tres, il vit en eux, ressent par eux mais ne meurt pas avec eux, car tant parfait, il n'a plus besoin de transformations.

C'est le DIEU ou BRAHM compris seulement de celui qui s'est tourn vers le divin. C'est le CHRIST qui ne pourra jamais tre compris de l'Antchrist lequel porte sur son front le signe de la Bte, symbole des facults intellectuelles sans spiritualit ou de la connaissance- sans amour divin. Ce DIEU ne peut tre-connu que par la puissance del vraie foi, qui signifie sagesse spirituelle, qui pntre au coeur mme du brlant centre d'amour qui existe en notre coeur. C'est le centre d'amour, de vie et de lumire, la source de tous les pouvoirs. Dans ce centre sont contenus tous les germes et tous les mystres, c'est la fontaine de la rvlation divine. Si tu trouves la lumire qui rayonne de ce centre, tu n'auras plus besoin d'enseignements car tu auras trouv la vie ternelle et la vrit absolue.

La grande erreur de notre poque intellectuelle est que les hommes croient pouvoir atteindre la connaissance de la vrit simplement avec des spculations intellectuelles, scientifiques, philosophiques ou thologiques et avec la raison seule. C'est tout fait faux, car si la connaissance de la thorie occulte doit prcder sa pratique, mais que nanmoins la vrit d'une chose n'est pas confirme, prouve et ralise par une pratique suivie, la moindre connaissance de la thorie ne vaut rien.

Quel profit tirerait un homme de parler beaucoup sur 1'amour et de rpter comme un perroquet ce qu'il entend, s'il ne sent pas dans son coeur le pouvoir divin de 1'amour ? Personne ne peut devenir bon artiste, musicien, soldat ou politicien en lisant simplement des livres; la puissance ne s'obtient pas par la spculation mais ncessite de la pratique.

Pour percevoir le bien nous devons penser et agir bien ? pour prouver de la sagesse, nous devons tre sages. Un amour qui manque d'expression n'a pas de force ? une bienveillance qui n'existe que dans notre imagination restera imaginaire jusqu' ce que nous l'exprimions en agissant.

Chaque fois qu'une action prend place, survient une raction en consquence , la pratique habituelle fortifiera donc notre amour du bien et l o un tel amour existe il se manifestera srement sous forme de bonnes actions.

Celui qui fait le mal parce qu'il ne sait pas comment faire le bien est digne de compassion ; mais celui qui sait comment faire le bien et qui est convaincu qu'il doit le faire mais qui nanmoins fait le mal mrite d'tre condamn.

Il est donc dangereux pour les hommes de recevoir des enseignements au sujet de la vie suprieure tant que leur volont est mauvaise, car aprs qu'ils ont appris distinguer le bien du mal, leur responsabilit est encore beaucoup plus grande malgr tout ils continuent sur le chemin du mal.

Ces lettres n'auraient jamais t crites si on n'avait espr que quelques uns de leurs lecteurs ne se limitent la comprhension intellectuelle de leur contenu, la connaissance du soi; auquel cas, la route mne au bout l'union avec DIEU, la premire chose importante du fait d'y pntrer est la reconnaissance du principe de fraternit universelle de l'humanit.

Les Adeptes

 

 

Dans ta rponse ma dernire lettre tu as exprim l'opinion que, d'tre celui qui explique la spiritualit (facults intellectuelles et morales confondues) ncessaire dans notre systme de philosophie est un tat hors de porte pour un homme, et tu doutes que quiconque, un quelconque moment, ne l'ait fait. Permets-moi de te dire que nombre de ceux que l'glise chrtienne appelle saints et nombre d'autres qui ne sont jamais alls dans cette glise et que la coutume nomme "paens", ont atteint cet tat et donc ont acquis les forces spirituelles qui leur permettent de faire des choses extraordinaires appeles miracles. Si tu examines l'histoire de la vie des saints, tu y trouveras beaucoup de cas bizarres, 

fabuleux et faux car ceux qui crivirent les lgendes connaissaient peu ou rien des lois mystrieuses de la nature ; ils ont enregistr des phnomnes qui eurent lieu, ou du moins le croyaient-ils, mais incapables d'expliquer les causes qui provoquaient ces phnomnes, ils ont invent des explications qui leur semblaient tre les plus probables ou les plus crdibles, selon leur faon de penser. Mais parmi tous ces dbris, tu trouveras beaucoup de vrit, ce qui montre que mme les intellects ignorants peuvent tre illumins de la sagesse divine si la personne vit une vie pure et simple.

Tu verras comment, en de nombreuses occasions, des frres et des moines, pauvres et ignorants, et selon les gens sans aucune connaissance, ont atteint une telle sagesse qu'ils furent consults par des papes et des rois dans des affaires importantes et beaucoup d'entre eux ont acquis le pouvoir de quitter leur corps physique pour visiter des lieux loigns dans leur corps spirituel, form de la substance de la pense, et sont apparus sous une forme matrielle en des endroits lointains. Des vnements de cette sorte ont t si nombreux que si nous lisions leur histoire ils cesseraient de nous paratre extraordinaire, et il ne serait pas ncessaire d'aller dans le dtail puisque ces cas sont dj trs connus. Dans la vie de "Sainte Catherine" de Sienne et dans celle de "Saint Franois Xavier" et dans beaucoup d'autres livres/ tu trouveras la description de faits semblables. L'histoire profane abonde aussi en faits qui ont trait des hommes et des femmes extraordinaires, mais je me limite noter l'histoire de Jeanne d'Arc qui possdait des dons spirituels et celle de Jacob Bohme, le cordonnier ignorant, que la sagesse divine illumina.

Nous doutons qu'il y ait plus absurde qu'essayer d'argumenter ou de se disputer au sujet de ces choses avec les sceptiques ou les matrialistes qui nient leur possibilit. La tentative serait quivalente se disputer au sujet de. la lumire avec un aveugle-n ; un tribunal d'aveugles ne pourrait, non plus, rendre un jugement sur l'existence ou la non-existence de la lumire. Nanmoins la lumire a exist et existe encore, nous pouvons en donner une ide aux aveugles, mais nous ne pouvons la leur prouver scientifiquement tant qu'ils resteront aveugles la raison et la logique.

Dans de nombreux endroits dans le monde il y a des gens dgrads un tel degr par la "civilisation moderne" qu'ils sont totalement incapables de comprendre qu'une personne agisse pour un, motif autre que le gain d'argent ou l'obtention du confort et du luxe. Le seul motif de leur vie tant d'acqurir des richesses, de manger, boire, dormir et profiter de tous les conforts de cette vie. Cependant de telles personnes ne sont pas heureuses ? elles vivent dans un tat de fivre et d'excitation continuelles, toujours courir aprs des ombres qui disparaissent quand on les approche, et si on les atteint et les absorbe, alors on court vers la cration de dsirs plus violents pour d'autres ombres.

Mais heureusement il existe encore d'autres personnes en qui l'tincelle divine de la spiritualit n'a pas t voile par la fume paisse du matrialisme, chez certains cette tincelle est devenue une flamme qui, grce l'influence du SAINT-ESPRIT, met une lumire qui illumine leur intellect et qui pntre mme leur corps physique de telle manire qu'un observateur sans exprience peut voir que ce sont des personnes d'un caractre inhabituel.

De telles personnes existent dans diffrentes parties du monde et constituent une fraternit dont l'existence est connue de trs peu ? elles ne dsirent pas non plus que des dtails concernant leur Fraternit soient rendus publics, car cette nouvelle ne ferait qu'exciter l'envie et la colre des ignorants et des malveillants et mettrait en activit une force qui, bien que ne faisant aucun mal aux adeptes, ragirait contre ceux qui l'ont dclenche.

Nanmoins si tu dsires connatre la vrit, non pas par curiosit frivole mais par le dsir d'en connatre le sentier, il m'est permis de te donner la nouvelle suivante.

(la lettre d'origine dont fut extrait le passage suivant, fut crite par Karl von ECKERTSHAUSEN Munich, en l'an 1792)

Les Frres dont nous parlons, sont inconnus du monde, l'histoire ne sait rien d'eux, et pourtant ils sont les plus grands de l'humanit. Les monuments qui ont t levs en l'honneur des conqurants du monde seront rduits en poussires, les royaumes et les frnes cesseront d'exister, mais ces lus vivront encore. Le temps viendra o le monde sera convaincu du peu de valeur des illusions extrieures et commencera n'estimer que ce qui en est vraiment digne. Alors l'existence des Frres sera connue et leur sagesse apprcie. Le nom des grands de la terre est crit sur le sable, le nom de ces Fils de la Lumire est crit dans le temple de l'ternit. Je te ferai connatre ces Frres et tu pourras devenir l'un d'eux.

Ces Frres sont des initis dans les mystres de la religion, mais ne te mprends pas en supposant qu'ils appartiennent des socits secrtes qui ont l'habitude de proclamer telle chose sainte et lui donner des crmonies; socits dont les membres s'appellent Initis. NON... Seul l'esprit de DIEU peut initier l'homme la sagesse divine et illuminer son intelligence. Un homme ne peut que diriger un autre homme vers l'autel o brle la flamme divine ; le second doit y parvenir par lui-mme. S'il dsire tre initi, il doit par ce gage, se rendre digne d'obtenir des dons spirituels ? il doit boire la fontaine qui coule pour tous et de laquelle personne n'est exclu, sauf ceux qui s'excluent eux-mmes.

Tandis que les athes, les matrialistes et les sceptiques de notre civilisation moderne dnaturent le mot "philosophie"'avec le pourquoi des loges qu'ils adressent aux lucubrations de leurs cerveaux, ces Frres vivent tranquillement sous l'influence de la plus leve des lumires et construisent un temple pour l'esprit ternel, un temple qui continuera d'exister aprs que plus d'un monde aura pri.

Leur travail consiste cultiver les pouvoirs de l'me; ni la turbulence du monde extrieur, ni les illusions ne les affecte, ils lisent les lettres vivantes de DIEU dans le livre mystrieux de la nature ; ils reconnaissent et apprcient les divines harmonies de l'univers. Pendant que les sages du monde essayent de rduire leur niveau intellectuel et moral, ce qui est sacr et exalt ces Frres s'lvent au plan de la lumire divine et y rencontrent tout ce qui bon beau et vrai dans la Nature. Ils ne sont pas limits une simple croyance mais ils savent la vrit travers la contemplation spirituelle de la Foi; leur travail est toujours en harmonie avec leur foi car ils font le bien pour l'amour du bien et qu'ils savent ce qui est bien.

Ne pensez pas qu'un homme puisse devenir un vrai chrtien simplement en professant un certain credo ou en s'unissant l'glise chrtienne dans le sens littral du mot. Devenir un vrai chrtien signifie devenir un CHRIST s'lever au-dessus de la sphre de la personnalit, contenir dans le coeur de son ego divin, et y possder tout ce qui existe dans le ciel et sur terre. Cette condition, pour celui qui ne l'a pas remplie, se situe au-del de ce qu'il conoit, c'est une condition o, ds lors, l'on est consciemment le temple o rside la Divine TRINIT avec toute sa puissance. Ce n'est que dans cette lumire, ou principe, que nous appelons CHRIST et que d'autres peuples connaissent sous des noms diffrents que nous pouvons trouver la vrit.

Entre dans la lumire et tu apprendras connatre les Frres qui y vivent. Dans ce sanctuaire se trouvent toutes les puissances, celles qui sont appeles surnaturelles incluses, au moyen desquelles l'humanit peut recevoir la force ncessaire pour rtablir le lien, prsent bris, qui dans les poques prcdentes unissait l'homme la source divine d'o il provient. Si les hommes pouvaient connatre la grande valeur de leurs mes et les pouvoirs possibles qui y sont latents, le dsir de trouver leurs vrais gos propres les remplirait de crainte et de respect.

Il n'y a qu'un DIEU, qu'une vrit, qu'une connaissance et pour cela, qu'un sentier. A ce sentier on a donn le nom de religion, et par consquent il n'existe qu'une religion pratiquement, bien qu'il y ait mille thories diffrentes. Tout ce qui est ncessaire pour avoir une connaissance de DIEU est contenu dans la nature. Quelles que soient les vrits que la vraie religion enseigne, elles ont exist depuis le dbut du monde et existeront aprs sa fin. Dans toutes les nations de cette plante la lumire a toujours brill dans l'obscurit malgr l'obscurit. En certains endroits, cette lumire a t trs brillante, moins d'autres, selon la facult rceptive des gens et la puret de leur volont. Chaque fois qu'elle a trouv une grande rceptivit, elle est apparue avec splendeur et a t perue avec un sens lev de la concentration selon l'aptitude des personnes qui la percevaient.

La vrit est universelle et ne peut tre monopolise par un homme ou par un certain nombre d'hommes. Les mystres les plus augustes comme la Trinit, la Chute, la diffrenciation dans la monade humaine, sa rdemption par l'amour etc... se trouvent autant dans les religions anciennes que dans les modernes. Leur connaissance est la connaissance de l'univers ? en d'autres mots, c'est la Science Universelle, science infiniment suprieure toutes les sciences matrialistes de la Terre ; chacune de celles-ci entre avec des dtails douloureux dans toutes les profondeurs de l'existence sans toucher aux grandes vrits universelle o se base toute existence et mme en traitant avec ddain une telle connaissance car ses yeux se sont ferms la lumire de l'esprit.

Les choses du dehors peuvent tre examines avec la lumire du dehors ? les spculations intellectuelles demandent la lumire de l'intelligence, mais la lumire de l'esprit est indispensable pour percevoir les vrits spirituelles ? la lumire intellectuelle sans illumination spirituelle conduira l'homme l'erreur. Ceux qui dsirent connatre les vrits spirituelles devront chercher la lumire avec leur intelligence et ne devront pas esprer l'obtenir par n'importe quelle forme ou par des crmonies. Ce n'est que quand ils auront trouv le CHRIST en eux-mme qu'ils mriteront le nom de chrtiens.

C'tait la religion pratique longtemps avant que le mot Chrtien ne ft connu et que les anciens connaissaient et dont ils connaissaient la science. C'tait aussi la religion pratique par les premiers chrtiens qui taient spirituellement illumins et vrais adeptes du CHRIST. L'histoire montre, qu'au fur et mesure que l'glise croissait en puissance extrieure, sa puissance intrieure diminuait. L'glise ne peut plus longtemps dire, comme dans le pass : "Je ne possde ni or ni argent" comme elle ne peut plus dire aux malades "Lve-toi et marche".

A moins qu'une nouvelle vie ne soit insuffle dans les anciens systmes, leur dcadence est sre. Leur dissolution est particulirement indique dans la prdominance du matrialisme, du scepticisme et de la licence. Une vie nouvelle ne peut tre inculque dans la religion si on donne force au pouvoir extrieur et 1'autorit matrielle du clerg, elle doit tre instille dans la religion partir de son centre. La force centrale qui donne vie tout et qui met tout en mouvement, c'est l'Amour ; qu'une religion ne soit pntre que d'amour et elle pourra tre forte et endurante, une religion base sur l'universel amour de l'humanit contient les lments de la religion universelle.

La vraie religion consiste en la connaissance de DIEU, mais DIEU ne peut tre connu que par ses manifestations. Toute la nature est une manifestation de DIEU ; sans doute le degr le plus lev de cette manifestation est la divinit de l'homme. Rendre tous les hommes divins est le but final de la religion, reconnatre la Dignit Universelle dans tous les tres est un moyen pour atteindre ce but.

Reconnatre DIEU signifie reconnatre le principe universel d'amour divin. En celui qui reconnat pleinement ce principe, pas seulement en thorie, mais en pratique, les sens intrieurs s'ouvriront et son esprit sera illumin d'une sagesse spirituelle et divine.

Quand tous les hommes auront atteint ce stade, alors la lumire divine de l'Esprit illuminera le monde et sera reconnu de la mme manire que l'on voit universellement le Soleil. La connaissance prendra alors la place de l'opinion, la foi celle de la thorie et l'amour universel rgnera la place de l'amour personnel. Alors sera reconnue dans la Nature et dans l'homme la majest du Dieu Universel et l'harmonie de Ses lois.

Et dans les joyaux qui ornent le trne de l'TERNEL, joyaux bien connus des Adeptes, on verra la splendeur de la Lumire de l'Esprit.

Les Frères de la croix et de la rosée d'or





 

LES FRRES

Pour satisfaire ton dsir de connaissance sur le Cercle Intrieur des Frres, je vais te communiquer ce qui suit. Ne demande pas qui sont les personnes qui ont crit ces lettres, juge la valeur de ces crits sur leurs propres mrites. Considre l'esprit avec lequel elles ont t crites et pas seulement les mots. Nous n'agissons pas par motifs gostes, c'est la lumire qui nous pousse t'crire et nos lettres de crances sont les vrits que nous possdons qui seront facilement reconnues pour tous ceux pour qui la vrit est primordiale,

Nous communiquerons avec toi selon ta capacit de recevoir, et tu as la libert d'accepter ou non ce que nous te disons, car la sagesse divine ne pousse pas de clameurs pour tre admise, c'est une lumire qui brille d'une ternelle tranquillit et qui attend patiemment le jour o elle sera reconnue et admise.

Notre fraternit existe depuis le premier jour de la cration et continuera d'exister jusqu' la fin . C'est la Socit des Fils de la Lumire, et ses membres sont ceux qui connaissent la lumire qui brille au-dedans et sans obscurit.

Nous connaissons la nature de la destine de l'homme ; nous avons une cole o la sagesse divine est le Professeur et il instruit tous ceux qui dsirent la vrit en soi et pas simplement cause des bnfices qui peuvent en rsulter de sa possession en ce monde. Les mystres expliqus dans cette cole se rapportent chaque chose qu'il est possible de connatre dans le respect de DIEU, de la Nature et de l'Homme.

Tous les anciens sages ont tudi dans notre cole et aucun n'a jamais appris la sagesse dans aucun autre endroit. Parmi ses membres sont ceux, aussi, qui habitent d'autres mondes distincts du notre. Ils rpandent la vrit dans l'univers entier, mais un seul esprit les unit, et parmi eux les diffrences d'opinion n'existent pas. Ils tudient tous le livre unique, et la mthode d'tude est la mme pour tous.

Notre Socit est compose des lus ou de ceux qui cherchent la Lumire et peuvent la recevoir, et celui qui possde la plus grande rceptivit cette Lumire est notre Chef. L'endroit de notre runion est connu de faon intuitive pour chaque membre et facilement rejoint de tous, sans considration de leurs lieux de rsidence. C'est trs prs , mais nanmoins cach des yeux du monde, et qui n'est pas un initi ne peut le trouver. Ceux qui peuvent entrer sont ceux qui sont mrs. Ceux qui ne le sont pas doivent attendre.

Notre ordre a trois degrs. Le premier est atteint par la puissance de l'inspiration divine, le second par l'illumination interne, et le troisime, le plus lev, par la contemplation et l'adoration. Dans notre socit il n'y a ni dispute, ni controverse, ni spculation, ni sophisme, ni doute, ni scepticisme, et celui qui est offerte la plus grande opportunit de faire le bien est le plus heureux d'entre nous. Nous sommes en possession des plus grands mystres, cependant nous ne sommes pas une socit secrte car nos secrets sont un livre ouvert quiconque, afin de dcouvrir celui qui a la disposition d'y lire. Le secret n'est pas d au fait que nous n'ayons qu'un mince dsir d'enseigner, il est d au manque de volont de ceux qui nous demandent de les enseigner.

Nos secrets ne peuvent tre achets pour de l'argent, ni tre dmontrs publiquement. Ils ne sont compris que de ceux dont les curs sont capables de recevoir la sagesse et l'amour fraternel et chez qui ces puissances ont commenc s'veiller. Celui chez qui le feu sacr s'est manifest est heureux et satisfait. Il peroit la cause de la misre humaine et l'invitable ncessit du mal et de la souffrance. Sa claire vision lui permet de voir les fondations de tous les systmes religieux et de les reconnatre comme des modifications des vrits relatives qui n'ont pas encore trouv leurs quilibres cause des fervents des diffrents systmes qui n'ont pas acquis la connaissance ncessaire.

L'humanit vit dans un monde de symboles dont le sens n'est pas encore compris de l'homme, mais le jour approche o l'esprit vivant dans ces symboles sera connu de l'ensemble et les mystres sacrs rvls. La connaissance parfaite de DIEU, la connaissance parfaite de la nature et la parfaite connaissance de l'homme sont les trois lumires de l'autel de la vrit qui clairent le sanctuaire du Temple de la Sagesse.

Il n'y a qu'une religion fondamentale et qu'une seule fraternit universelle. Les aspects extrieurs, les systmes et les associations religieuses ne sont que le fourreau sous lequel une portion de la vrit reste cache, et ces choses de l'extrieur ne sont des vrits que dans la mesure o elles reprsentent les vrits qu'elles contiennent. Elles sont ncessaires pour ceux qui n'ont pas encore acquis le pouvoir de reconnatre la vrit invisible et sans forme, moins qu'elle ne soit reprsente par un symbole, pour leur faire comprendre peu peu, que la vrit existe, mme si elle leur est invisible.

De cette faon, une place est faite pour la naissance de la croyance qui servira en une sorte de base d'o commenceront se dvelopper leur foi ou leur connaissance spirituelle ; mais si les aspects extrieurs d'un sentiment religieux reprsentent des vrits intrieures qu'on ne trouve pas dans ces mystres, alors ces aspects ne reprsentent qu'une moquerie impudente.

De telles erreurs sont nombreuses dans les formes et les thories qui existent, car les thories ne sont vraies que de faon relative et la vrit absolue, infinie, ne peut tre circonscrite dans une forme limite. Les hommes ont confondu la forme et l'esprit, le symbole et la vrit et de cette confusion un nombre infini d'erreurs a jailli. Ces erreurs ne peuvent pas tre corriges par la dnonciation, par des controverses chauffes ou en adoptant une attitude hostile envers ceux qui vivent dans l'erreur ; l'obscurit ne disparatra pas si on la combat par des armes ; c'est la lumire qui vaincra les tnbres et o pntre la connaissance, cesses l'ignorance.

 

Dans ce sicle qui commence, la lumire apparatra. Les choses caches pendant des sicles seront connues, de nombreux voiles seront levs et la vrit qui existe au-del des formes sera rvle, L'humanit en un tout se rapprochera de DIEU.

Nous ne pouvons pas de dire maintenant pourquoi cela se produira dans ce sicle ; nous nous limiterons dire que pour chaque chose, il y a un temps et un lieu et que tout dans l'univers est rgl par la loi divine d'ordre et d'harmonie, vient en premier le symbole, puis l'explication du symbole, et aprs ceci, la vrit elle-mme nous parviendra et sera connue de nous de la mme manire que nous percevons l'arbre aprs que sa graine ait germ, la graine, symbole qui contient toutes les caractristiques de l'arbre.

Notre devoir est de porter notre aide lors de la naissance de la vrit pour ouvrir les coquilles qui contiennent la vrit, faisant renatre partout les hiroglyphes morts. Nous agissons ainsi non pas pour notre propre puissance, mais pour la puissance de la Lumire qui agit en nous comme dans un instrument,

Nous n'appartenons aucune secte ? nous n'avons pas d'ambition satisfaire, nous ne voulons pas tre connus, nous ne sommes pas non plus de ceux qui, curs de l'tat actuel des choses dsirent gouverner en imposant leurs opinions l'humanit. Nous ne sommes influencs par personne, par aucun parti, nous n'esprons pas non plus, avoir des gains par nos besognes. Nous possdons la Lumire qui nous permet de connatre les mystres de la nature les plus profonds, et une Force, un Feu qui nous nourrit et par lesquels nous pouvons travailler sur toutes les choses qui existent dans la nature. Nous possdons la cl de tous les secrets et la connaissance qui relie notre plante aux autres mondes,

Notre connaissance est une connaissance universelle, car elle embrasse l'univers entier et sa mmoire remonte au premier jour de la cration. Nous sommes en possession de tous les livres de la sagesse anciens. Tout dans la nature est subordonn notre volont car notre volont n'est qu'une avec l'Esprit universel qui est la force motrice de tout l'univers et l'ternelle source de toute la lumire. Nous n'avons pas besoin de renseignements venus des hommes ou des livres car nous avons le pouvoir de percevoir tout ce qui existe et de lire dans le livre de la nature o il n'y a pas d'erreur. Dans notre cole tout est enseign car la Lumire qui a tout engendr est notre Professeur.

Nous pourrions te parler des grandes merveilles que nous connaissons qui sont compltement hors de porte de la plus rudite de nos philosophies actuelles comme le soleil est au-del de la terre, mais qui sont aussi prs de nous que la lumire de l'Esprit est prs de l'Esprit d'o elle mane ; mais il n'est pas de notre intention d'exciter ta curiosit. Nous dsirons faire natre en toi une soif de sagesse et une faim d'amour fraternel afin que tu puisses ouvrir tes yeux la lumire et contempler, par toi-mme, la vrit divine. Ce n'est pas en correspondant avec nous ou en te tenant prs de nous que ta comprhension s'ouvrira, c'est par la puissance de la vrit qui pntre dans le cur, c'est l'poux divin de l'me qui frappe la porte et nombreux sont ceux qui n'ont garde de lui ouvrir car ils sont plongs dans les illusions de la vie extrieure.

Dsires-tu devenir membre de notre Socit ? si oui, pntre dans ton propre cur. Veux-tu connatre les Frres ? Si oui, apprends connatre la divinit qui se manifeste , travers toi, dans ta propre me. Cherche en toi ce qui est parfait, immortel, immuable et quand tu l'auras trouv, tu seras entr dans notre Socit et tu nous connatras.

Dans notre cercle on n'admet les imperfections d'aucune sorte, et avant que tu puisses y pntrer, tu dois te dbarrasser des imperfections de ta propre nature. Les lments corruptibles en toi doivent tre consums au feu de l'amour divin. Tu dois tre baptis avec l'eau de la vrit et revtu d'une substance incorruptible produite par des penses pures. Le "sensorium" intrieur doit s'ouvrir la perception des vrits, et l'esprit s'illuminer de sagesse divine. Alors se dvelopperont en ton me de grands pouvoirs inconnus de toi, alors tu feras la conqute du mal. Ton tre entier sera rgnr et transform en un tre de lumire et ton corps sera la rsidence de l'esprit divin.

Demandes-tu ce que sont nos doctrines ? Nous n'en avons aucune proclamer, car quoi que nous puissions offrir ne serait pour toi qu'une opinion incertaine tant que tu n'es pas en possession de ta propre connaissance. Cette connaissance prcise doit s'obtenir par un enseignement intrieur et il te faudrait continuer te dvelopper de l'intrieur. Comme l'esprit divin est en toi, ouvre tes facults intrieures pour comprendre ce qu'il dit et il rpondra tes questions. Tout ce que nous pouvons faire, c'est te donner quelques thories que tu pourras examiner. N'y crois pas simplement parce que nous t'en avons parl, mais d'abord examine-les et vois si elles te satisfont ? nous pouvons te rendre service, comme niveler ton chemin et y poser des panneaux indicateurs pendant les excursions dans le labyrinthe de ta nature intrieure.

Une des propositions que nous dsirons soumettre ta considration est que l'humanit, en tant que tout, ne sera pas heureuse de faon permanente si elle n'a pas assimil l'esprit de la sagesse divine et d'amour fraternel. Quand ceci adviendra, de cur de ceux qui, maintenant, rglent le monde avec svrit, atteindra le pouvoir de la raison pure et inaltre et leur sceptre sera l'amour ; ils seront oints avec le pouvoir de librer les gens de la superstition et de l'obscurit, et les conditions externes de l'humanit, seront amlior; aprs que la perfection intrieure sera atteinte. La pauvret, le crime et la maladie alors disparatront.

Une autre proposition est celle des causes qui empchent l'homme de devenir plus spirituel et plus intelligent, la grossiret et la densit des particules matrielles qui composent son corps empche la libre action de la partie spirituelle contenue en lui et plus il vit grossirement et plus il permet d'tre domin par des plaisirs sensuels, animaux ou demi-animaux et moins il pourra recevoir les penses projetes vers lui qui viennent de la plus haute rgion du monde des ides et recevoir la ralit ternelle de l'esprit. Regarde ces formes humaines que tu rencontres dans la rue, repues de viande pleine d'impurets animales, marques par l'intemprance et la sensualit graves sur leur visage et demande-toi si elles conviennent la manifestation intrieure de la Sagesse Divine.

Nous disons aussi que l'esprit est substance, ralit, ses attributs sont 1'indestructibilit, l'impntrabilit et la dure. La matire est un agrgat qui produit l'illusion de la forme, elle est divisible, pntrable, corruptible et sujette des changements continuels. Le royaume spirituel est un monde indestructible qui vit, dont le centre est le CHRIST (le logos) et dont les habitants sont conscients et sont des forces intelligentes; le monde physique est un monde d'illusions qui ne contient rien d'absolument vrai. Chaque chose qui vit dans le monde extrieur n'est que relative et relve du phnomne; ce monde est, pour ainsi dire, l'image en ngatif du monde intrieur qui provient de la Lumire de l'esprit vivant qui agit la fois l'intrieur et l'extrieur de la matire anime.

L'intelligence la plus basse de l'homme prend ses ides dans le royaume de l'instable et du sensuel et l'homme se trouve donc sujet un changement continuel, l'intelligence spirituelle de l'homme, ou son intuition, est un attribut de l'esprit et par consquent immuable et divine. Plus les particules qui constituent l'organisme physique de l'homme sont entriques, pures, mobiles et plus grande sera la facilit avec laquelle la lumire divine de l'intelligence et de la sagesse spirituelle les pntreront,

Un systme rationnel d'ducation doit tre bas sur la connaissance de la constitution physique, psychique et spirituelle de l'homme; ce ne sera possible que lorsque viendra le jour o toute la constitution de l'homme sera connue en dtail, et pas seulement dans son aspect matriel mais, en plus, dans son aspect spirituel. L'aspect extrieur de la constitution humaine peut tre tudi de faon profitable avec des mthodes extrieures, mais la connaissance de l'organisme invisible ne peut tre obtenue que par l'introspection et l'tude du soi. Le conseil le plus important que nous puissions te donner est donc :

APPRENDS A TE CONNATRE

Les propositions prcdentes te sont suffisantes mditer et examiner dans la lumire de l'esprit jusqu' ce que tu reoives des enseignements ultrieurs,

 

La sagesse divine est inconnue des soi-disant sages du monde , mais il y a des personnes qui la connaissent. Il y a de vastes tendues de terre o vivent les sages et qui sont la rsidence des fils de l'erreur, mais tant que les hommes n'auront pas accoutum leurs yeux aux rayons de la lumire divine, ils ne dcouvriront pas la rgion o vivent les sages. C'est dans le pays des sages que se trouve le temple de la sagesse. Il porte cette inscription "Ce temple est consacr la contemplation des manifestations divines de DIEU dans la Nature". Sans vrit il n'y a pas de sagesse, comme il n'y a pas de vrit sans bont, On rencontre rarement la bont dans le monde et c'est pour cela que les vrits appeles les sagesses du monde ne sont frquemment que des absurdits.

" Nous sommes libres de tout prjug et nous recevons bras ouverts tous ceux qui portent en eux le sceau de la divinit. Nous ne demandons aucun s'il est chrtien, paen ou juif, tout ce que nous demandons un homme est de rester fidle l'humanit. L'amour est le trait d'union entre nous, et nous travaillons pour le bien de l'humanit. Par nos travaux, nous nous connaissons et celui qui jouit de la plus grande sagesse est celui qui atteint le degr le plus haut. Aucun homme ne peut recevoir plus qu'il ne mrite. La connaissance et l'amour divin donnent chacun en proportion de ce qu'il est capable d'aimer ou de connatre. La fraternit des sages est une union de toute ternit et la lumire du Fils de l'ternelle Vrit illumine leur temple. Les rayons du soleil rchauffent le cristal qu'ils pntrent ? si le cristal est coup de la chaleur du soleil, il devient froid. De la mme faon l'esprit de l'homme pntr de l'amour divin acquiert la sagesse ; mais en dehors de la vrit, la sagesse disparat."

" Des millions d'tres humains vivent dans l'obscurit, et le nombre des sages est peu lev. Ces derniers vivent dans diffrentes parties du monde, de grandes distances les uns des autres, cependant ils sont, en esprit, insparablement unis. Ils parlent des langues diffrentes mais ils se comprennent car le langage des sages est spirituel. Ce sont eux qui font front l'obscurit.  Ne cherche pas la Lumire dans l'obscurit, la sagesse dans le coeur des mauvais ; si tu t'approches de la vraie lumire, tu la connatras car elle va illuminer ton me. Ces notes sont extraites du manuscrit qui contenait de nombreuses informations sur les Frres de la Croix et de la Ros d'Or. Je n'ai pas la permission de dire ce que j'appris de ce manuscrit ; mais en un mot, j'ai recueilli que les vrais rosicruciens sont une socit tout fait spirituelle et qu'ils n'ont absolument rien faire avec n'importe quelle socit secrte exotrique connue dans le monde. En vrit on peut peine considrer qu'ils font une socit dans le sens accept du mot, car ils ne constituent pas une corporation organise, ils n'ont ni lois, ni rgles, ni crmonies, ni offices, ni runions, rien de ce qui fait la vie des socits secrtes. Ce qui fait d'un homme un Rosicrucien c'est d'acqurir un certain degr de sagesse et celui qui atteint cette sagesse est dj initi. Il est alors Rosicrucien car il comprend de faon pratique le mystre de la Ros et de la Croix. Ce mystre se rapporte la loi de l'volution de la vie dont la connaissance pratique ne peut pas s'accomplir avec des thories spculatives ou intellectuelles.

Il est inutile de mditer sur des questions mystiques qui vont au-del de notre horizon mental, il est inutile d'essayer de pntrer dans les mystres spirituels avant que nous ne soyons spiritualiss.

La connaissance pratique prsuppose la pratique et ne peut s'obtenir que par la pratique. Pour acqurir le pouvoir spirituel il faut pratiquer les vertus spirituelles de foi, d'espoir et de charit ; la seule faon de devenir un sage est de se plier la vie durant aux devoirs d'un sage. Aimer DIEU dans toute l'humanit, remplir tous ses devoirs, constitue la suprme sagesse humaine et ne peut jaillir que de la sagesse divine. Au fur et mesure que l'amour et l'intelligence s'accroissent chez, 1'homme, la force du pouvoir spirituel lve son coeur, ses forces augmentent et son horizon mental s'largit. Lentement et presque imperceptiblement, ses sens intrieurs s'ouvrent et vont acqurir une plus grande, capacit de rceptivit. Chaque pas vers le sommet donne la vision d'un immense pays.

Ces sectes et ces socits qui essaient d'obtenir la connaissance des vrits spirituelles au moyen de spculations philosophiques sans pratique de la vrit, mritent notre piti. Les crmonies clbres extrieurement, sans comprhension de leur sens cach ne sont que futilits. Une crmonie aux seuls fastes extrieurs n'a pas de sens tant que l'expression d'un processus intrieur ne s'installe pas dans l'me. Sinon, la crmonie n'est qu'illusion et imitation. S'il y a dveloppement intrieur, le sens du symbole extrieur sera facilement compris. Ne pas avoir compris le sens des symboles et les avoir pris pour sujets de disputes ou de diffrences d'opinion entre les diffrentes sectes, montre combien manque la force intrieure et montre que ces sectes ne possdent que des apparences extrieures et sans vie.

Le CHRIST, Universelle Lumire du Logos manifest. Lumire et Vrit est partout dans le monde et ne peut tre enferm ni dans une glise, ni dans une socit secrte, Son glise est l'univers et son autel est le coeur de chaque humain o Sa Lumire est admise.

Le vrai disciple du CHRIST ne connat ni soi, ni aucun dsir goste. II ne se proccupe pas des autres glises et de leur bien~tre, mais de celle qui est suffisamment large pour contenir toute l'humanit, sans tenir compte ni des diffrences ni des opinions. Il se soucie peu de son salut personnel et encore moins s'il le doit au prix d'une autre personne. Se fondant dans l'amour immortel, il sait qu'il est dj immortel par ce principe. Sachant que son ego a ses racines dans l'ternelle conscience de DIEU, il pense peu ce moi lui qui n'est qu'une illusion rsultant du contact de l'esprit ternel avec la matire.

Le vrai disciple de la Lumire ne possde ni volont, ni pense, ni dsir si ce n'est de savoir ce que l'Esprit Universel souhaite, pense ou veut travers lui. Se mettre dans une attitude rceptive la Lumire Divine, excuter ce que sa volont indique et se changer en instrument par lequel DIEU puisse manifester sa puissance divine sur terre, est L'unique mthode pour acqurir la connaissance spirituelle et devenir un Frre de la Croix et de la Ros d'Or.

 




Blogs de même catégorie






BLOGGEZ ©2018 - Chenil des lavandes carnoux - Search All of Craigslist - Craigslist cars - Jobs near me