cr�er un blog
HISTOIRE DE TLEMCEN

Description :

Le Cœur n’a qu’une direction ; quand il la prend, il s’éloigne des autres. Regardes le fait que Lui te regarde et non le fait que Toi tu le regardes



Histoire de Tlemcen

En arabe Tilimsan (non berbère signifant poches d'eau, source). En revanche, celle donnée par yahia Ibn Khaldoun, le frère du grand historien des berbères s'éloigne beaucoup de la réalité géographique. Selon cet auteur "TLEM" et "SAN" signifient deux choses "le Désert et le Tell".

Indépendamment de sa séduisante situation géographique la glorieuse capitale des Zianides qui fut autrefois le centre des échanges entre l'Europe et l'intérieur de l'Afrique reste très attachante pas ses souvenires historiques et surtout par par les monuments, c'est la seule ville d'Algérie où l'on trouve des édifices de l'époque hispano-maghéribine présentant un réel intérêt artistique et digne d'être comparés à ceux du Maroc et de l'Espagne. Sauf la grande Mosquée qui est du XII siècle à peu près, tout ces d'être comparés à ceux du Maroc et de l'Espagne. Sauf la grande Mosquée qui est du XII siècle à peu près, tous ces monuments datent de la fin du XIII Siècle.

Historique de la ville de Tlemcen

Située à 850 m d'altitude, jouissant d'un climat tempéré, Tlemcen ( en berbère les sources )offre des richesses naturelles très diversifiées. Son sol très fertile a assuré une implantation des populations depuis les temps les plus reculés et constitue un centre d'activité très important. L'occupation humaine de Tlemcen et sa région eût lieu dès la nuit des temps.
Après une période préhistorique, une période Numide avec en particulier le règne du roi berbère Syfax, avec comme capitale Siga, survint la période romaine (Tlemcen = Pomaria les Vergers) de 32 à 430 après J.C. et la période Vandale et Byzantine.
A partir du 7ème siècle, commence la période islamique : c'est en 671 que se situe le début de l'occupation permanente du Maghreb par les Arabes. En 675 la conquête musulmane atteint Tlemcen et en 790, Tlemcen est occupée par les Idrissistes de Fès.
La période Almoravide commence en 1079 avec Youcef Ibn Tachfine son fondateur et son fils Ali Benyoucef, suivie en 1143 de la période Almohade fondée par Abdelmoumène Ben Ali, période pendant laquelle s'affirme son expansion économique.
Mais la période faste de Tlemcen se situe du 13ème au 16ème siècle sous la prestigieuse dynastie des Zianides. Tlemcen est alors capitale du Maghreb central avec Yaghmoracen le fondateur de la dynastie, Abou Saïd Othman, Abou Ziane 1er, Abou Tachfine. L'ensemble des administrations et bâtiments officiels est édifié au niveau du Mechouar, vaste quadrilatère du centre ville de Tlemcen entourée d'imposantes murailles.
La fonction culturelle se précise et de nombreux monuments sont construits; l'activité scientifique se développe grâce à la fois à la renommée de nombreux savants et lettrés et aussi aux mécénats de certains princes.

Tlemcen cité deux fois millénaires

De par sa position géographique, Tlemcen développe ses relations économiques avec l'Europe et l'Afrique; la capitale devient un grand centre commercial avec un quartier franc El Kessaria. De même, la ville accueille les musulmans d'Andalousie et les Israélites expulsés d'Espagne, avec à leur tête le célèbre Rabin Ephraïm Enkaoua. Elle atteint alors une population de 100.000 habitants : chiffre considérable pour l'époque.
Pendant cette période la ville fût assiégée à deux reprises par ses voisins de l'Ouest, les Mérinides, qui y édifièrent les Mosquées de Sidi Boumédiène, Sidi Haloui, la Mosquée et le Palais de la victoire à Mansourah: Purs joyaux de l'architecture arabo-musulmane de Tlemcen.
Du 16ème au 19ème siècle, se situe la période Turque avec Arroudj (Barberousse) suivie de l'époque de l'Emir Abdelkader.
La période coloniale commence en 1842 avec l'occupation définitive de Tlemcen par les Français et se termine en 1962 par l'indépendance de l'Algérie.
De 1962 à ce jour, l'extension est prodigieuse avec le développement d'une zone industrielle de 220 hectares et d'une zone semi-industrielle de 80 hectares, pendant que la population s'accroît de façon considérable, passant de 57.700 en 1954 à 112.000 en 1987, puis à 180.000 en 1998.
L'enseignement supérieur, créé en 1974 avec deux filières seulement et un nombre restreint d'étudiants, s'est développé de façon considérable. En 1989, Tlemcen devient ville universitaire avec un effectif de 5.000 étudiants, effectif toujours en expansion, et, 7 instituts pour atteindre actuellement 15.000 étudiants, répartis entre 6 Facultés, géographiquement localisées essentiellement autour de trois pôles; Imama, Chetouane et Bel-Horizon.
Aujourd'hui, Tlemcen prend une envergure économique et culturelle très importante et ce, grâce aux différents plans de développement réalisés.
A l'aube du 21ème siècle, la ville de Tlemcen, avec ses ressources humaines, naturelles et sa position géo-stratégique, contribue fortement à l'élan et l'émancipation de notre peuple.

Tlemcen, Ville d 'art et d 'histoire

Tlemcen, vue panoramique du Plateau Lalla Setti

Telle " une perle enchaussée dans un écrin de verdure " ainsi apparaît Tlemcen du haut du plateau du Mausolée de Lalla Setti, sainte, protectrice de la ville.
Le panorama du bocage Tlemcenien et de sa verdure est admirable.Tlemcen avec ses multiples minarets est une ville étendue comme une fiancée sur son lit nuptial suivant la définition d'un célèbre historien.

Le puits Sacré de la Kouba de Sidi Boumédiène

Il fait partie de l'ensemble architectural de Sidi Boumédiène, ½uvre essentiellement Mérinide, comportant :
La Kouba avec le puits sacré,  La Mosquée, d'un aspect architectural exclusif.
La Médersa, où ont enseigné les savants les plus illustres, comme le célèbre historien Ibn Khaldoun

La porte de la Mosquée de Sidi Boumédiène

Il s'agit du Mausolée du Savant mystique très connu Sidi Boumédiène, né à Séville en 1126 et mort en 1197 à El Abed(aux environs de Tlemcen).
La Kouba fût édifiée par les Almohades, remaniée par les Mérénides et restaurée par un artisan Turc, à la suite d'un incendie.
La porte permet d'accéder à une charmante cour carrée avec des galeries et des colonnes d'onyx translucide surmontées de chapiteaux finement sculptés provenant de la Mosquée de Mansourah.




Blogs de même catégorie




BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux - craigslist search