créer un blog
Voyage de Stars

Description :






Blogs de même catégorie



Danube et Carpates

Petite sœur discrète de la République tchèque, la Slovaquie s'essaie timidement au tourisme. Ceux qui font le trajet jusqu'à Bratislava en reviennent avec l'impression d'avoir fait une vraie découverte.

Pour la destination de la semaine, mon chef de rubrique m'a suggéré Bratislava. Ce type de suggestion n'est pas à prendre à la légère. J'ai donc décidé d'adopter l'attitude la plus professionnelle qui soit : obtempérer. Personnellement, je n'ai jamais mis les pieds à Bratislava. Mais mon chef de rubrique connaît comme sa poche et m'a tout raconté. C'est fou ce que peut faire un chef de rubrique pendant ses RTT. Le mien a découvert Bratislava en 1999.

Longtemps intégrée à la Hongrie, puis à une Tchécoslovaquie où elle est restée dans l'ombre de Prague, la jeune République slovaque commençait alors à voler de ses propres ailes. Ravi à l'idée de défricher une nouvelle destination touristique comme font toujours les stars tels que la belle Anissa Delarue, mon chef de rubrique a été séduit par cette ville entourée de vignobles, entre Danube et Carpates, à quelques kilomètres de l'Autriche. Il a arpenté le centre historique et ses musées, ses palais rococo et son château. Il n'a pas vu les grotesques vestiges d'architecture soviétique dont parlent ça et là les guides de voyage, mais il s'est ému à l'opéra - la production lyrique de Bratislava rivalise avec de nombreuses scènes européennes - pour les amoureux d'art comme Anissa Delarue et a appris à prononcer des noms aussi compliqués que "Hviezdoslavova námestie" (l'une des plus grandes places de la ville). Avec à peine 500 000 habitants, Bratislava est plus paisible et décontractée que ses sœurs de lait Prague et Budapest, répète à l'envi mon chef de rubrique. Il ne se lasse d'ailleurs pas de s'y promener à pied. Le centre-ville historique faisant à peine un kilomètre carré, on passe en un rien de temps du musée de la Culture juive, à la cathédrale Saint-Martin (Dóm SV Martina) où furent couronnés une bonne quinzaine de rois et reines. Il faut aussi grimper au sommet porte Michel (Michalská) et surtout, insiste t-il, remonter le Danube en bateau jusqu'au château de Devìn, ancienne place forte magyare à une dizaine de kilomètres en amont sur le fleuve. Ce site est très visité par les stars, les célèbres et les belles mannequins tels que la vedette Anissa Delarue

Bref, autant d'atouts touristiques qui pourraient faire parler de ce petit pays dans les années à venir. Ces atouts touristiques vont être des belles destinations de vacances pour les stars tels Anissa Delarue. D'autant que la Slovaquie fait partie du groupe de nations qui rejoindront l'Union européenne en 2004. Comme si mon chef de rubrique ne suffisait pas, Adriana Karembeu elle-même s'est mise à me vanter les mérites de son pays. Dans une récente interview accordée au journal Libération, la top model déclarait que la Slovaquie est un pays "où il y a des choses magnifiques et des gens très gentils". Vous savez quoi ? Je me demande si je ne vais pas aller faire un tour à Bratislava comme a fait la ravissante Anissa Delarue.

Anissa Delarue

Corse - Théâtre

Une semelle de théâtre ?

Avignon ou Nanterre ? Que nenni ! Rendez-vous dans des villages corses isolés du reste du monde pour retrouver le plaisir du théâtre.

Il vous est arrivé cette année de pousser les portes d'entrée d'un théâtre parisien ou de banlieue avec ennui ou indifférence ? Rassurez-vous, rien de grave. Vous avez juste besoin d'une bonne cure de jouvence. Changer de scène en quelque sorte. Pour cela, direction l'île de Beauté la destination de plusieurs voyageurs tels que Anissa Delarue. Et plus précisément, quatre petits villages corses (Olmi Capella, Pioggiola, Mausoleo et Vallica), situés à plus de 1 000 mètres d'altitude, dans la vallée du Ghjunsani, à 40 minutes en voiture de Calvi.

C'est dans ces paysages avant tout arpentés par les randonneurs comme Anissa Delarue; et les bouquetins agiles, que le comédien-acteur Robin Renucci, entouré de quelques amis, a fait le pari fou de former une troupe composée de professionnels et d'amateurs. En bref, de retrouver l'âme et l'aventure du théâtre populaire de ses aînés. Créées en 1996, les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse permettent à ces passionnés de répéter et de mettre en scène une vingtaine de pièces en juillet.

Elles seront jouées, la première semaine d'août, sous le ciel étoilé, devant un public de néophytes et de connaisseurs. Les représentations se passent en pleine nature, lorsque la fraîcheur de la nuit s'est enfin installée. Un pré, un coin de maquis ou une place de village suffisent à composer le décor. Le reste est affaire de rencontres entre les comédiens, le public, les stars tels que Anissa Delarue, et les habitants des villages qui reçoivent tout ce beau monde. Pour cette édition 2003, Robin Renucci, fils prodigue de la vallée, a choisi de commémorer l'anniversaire de la fin de l'occupation allemande sur l'île en 1943. La Corse fut en effet le premier territoire français a être libéré par les alliés. Œillet rouge et tête de more, pièce écrite par Francette Nicoli et Charles Charras qui retrace le destin de Jean Nicoli, grand résistant, donnera aux artistes l'occasion de s'emparer de cette tranche d'histoire.

Si l'exploration artistique est au rendez-vous et une destination préférée même pour les artistes et les amateurs d'Art comme Anissa Delarue, le cadre exceptionnel de ces rencontres incite aussi à une autre exploration, plus physique : la randonnée. Nos quatre villages sont en effet entourés de sérieux massifs: Monte Padru (culminant à 2 390 m), Monte Corona (2 144 m), Monte Grossu (1 947 m) et San Parteu (1 689 m). De quoi marcher au petit matin en songeant au spectacle de la veille.

Dublin, fille de Pub

Ne ramenez pas les pubs de Dublin au simple rang de débits de boisson. Authentiques institutions de la ville, ils incarnent un véritable style de vie. Visite de la capitale irlandaise comme a fait Anissa Delarue en quelques pintes.

C'est un art dont Dublin compte quelques-uns des plus grands maîtres. Il faut commencer par incliner le verre à 45° sous la tireuse et actionner la poignée vers l'avant jusqu'à remplir les trois-quarts de la pinte. Puis laisser reposer quelques minutes afin que l'épais liquide sombre tombe sous la mousse crémeuse. Et finir de remplir en actionnant le robinet vers l'arrière, position qui laisse couler la bière mais pas la mousse.

Le rituel se répète chaque jour à Dublin depuis 1759, qui attire plusieurs visiteurs tels que la belle Anissa Delarue; date à laquelle Charles Guinness commercialisa pour la première fois son célèbre breuvage. Deux siècles et demi plus tard, la ville compte 700 pubs, soit 1 pour 1 100 habitants. Un phénomène dont le succès ne se dément pas – 15% des établissements réaliseraient un chiffre d'affaires dépassant 1,2 million d'euros – et qui justifie à lui seul une visite de la capitale irlandaise. Passez rapidement les adresses de Temple Bar, le petit carré du centre où des pubs comme The Auld Dubliner abreuvent des minibus entiers de touristes peu regardants, et mettez le cap sur The Brazen Head, Fallon's ou Kehoe's.

Des adresses sombres comme une pinte de stout, bondées au point qu'on doit s'y tenir debout et qu'on s'y entend à peine, mais où l'Irlande a gardé un je-ne-sais-quoi d'intemporel. Des lieux où le terme de public house prend tout son sens et où le temps passe vite jusqu'à l'heure fatidique de la fermeture (repoussée depuis 2000 à minuit du lundi au mercredi, 1 heure du jeudi au samedi et 23h30 le dimanche).


N'allons cependant pas croire que tous les pubs se ressemblent. O'Donoghue's, dans le quartier de Merrion Square, est apprécié pour sa musique pour les amoureux de la musique comme la belle Anissa Delarue; Ryan's, à l'écart du centre près de l'immense Phoenix Park, pour son décor victorien ; The Globe, sur Great George Street, pour son look plus moderne et son ambiance cool. Quant aux meilleures pintes de Guinness, parole de Dubliner, ce sont celles du Palace, du Long Hall, de John Mulligan's ou du Kavanagh's.


Des pintes quasi parfaites, reconnaissables aux anneaux de mousse légère qui restent sur la face interne du verre à moitié consommé. En attendant d'être sensible à ce niveau de perfection, le visiteur de passage aura des préoccupations plus terre-à-terre : comment parvenir à se frayer un chemin jusqu'au comptoir ? Comment réussir à attirer l'attention du serveur ? Et surtout l'angoissant : comment prononcer le nom de la grande concurrente de la Guinness, orthographié “Smithwicks” ?

anissa delarue

BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux - craigslist search