créer un blog
WING CHUN KUNG FU TAI CHI ET QI GONG

Description :

Ce site propose de découvrir à proximité de Nancy le wing chun kung fu ou wing tsun ainsi que le tai chi ou taiji hun yuan et le qi gong hun yuan du grand maitre Feng Zhiqiang.



LES PRINCIPES DE FORCE

Ces principes ont une importance moindre sur la stratégie de combat. Ils décrivent plutôt l'état interne du combattant.
Se libérer de sa propre force
Cela veut dire être relaxé et non pas crispé. Les coups de poings les plus fort sont ceux délivrés en totale relaxation. Tout ce que vous sentez dans votre bras (en tant qu'effort musculaire) c'est ce qui est en moins dans le ventre de l'adversaire (en tant que douleur). De plus la crispation réduit la sensation tactile. C'est sur ce point que les femmes ont généralement un avantage sur les hommes.
Se libérer de la force de l'adversaire.
Ne pas opposer la force à la force. On rejoint le troisième principe de combat.
Utiliser la force de l'adversaire
Avec de l'entraînement, une attaque peut être absorbée et « stockée » contre le sol, puis renvoyée à l'adversaire lorsque sa ligne centrale est brisée. Plus connues, toutes les utilisations de force du type Aïkido sont également possibles, avec peut-être une amplitude plus courte et une manière de conclure différente. Une autre image est celle d'une branche d'arbre : lorsque l'on pousse la branche elle se courbe et revient instantanément dans sa position initiale lorsqu'on la relâche, restituant ainsi l'énergie qui l'a courbée. Les bras du WT-ka se comportent de la même façon.
Utiliser sa propre force
Il faut bien à un moment utiliser sa force pour porter un coup ! Mais cela vient seulement en 4ème position lorsque tous les autres principes sont bien utilisés.

LES COUPS DE POING A LA CHAINE

A picture

Cette technique célèbre permet de donner une série de coups de poings tout en restant protégé. Elle s'effectue naturellement dans la continuité de la solution universelle. Là encore les principes du triangle et de la ligne centrale sont capitaux pour un bon fonctionnement. Le mouvement des bras est très court, le manque de puissance est compensé par le nombre des coups. Les bras doivent se croiser et les coudes rester bas pour fermer la garde. Un poing doit chasser l'autre au dernier moment de manière à maintenir une pression sur l'adversaire : si l'on mettait une feuille de papier entre le poing et l'adversaire, la feuille ne devrait pas tomber lorsque l'on enchaîne avec l'autre poing, même si l'on exécute la série lentement. La respiration ne doit pas être synchrone avec les coups car elle est trop lente pour suivre le rythme. Un expert enchaîne ainsi une dizaine de coups par seconde (indicatif, le nombre n'est pas une fin en soit). Bien faits les coups de poings enchaînés sont redoutables, on les retrouve aussi dans d'autres styles.

LES REACTIONS REFLEXES DANS LE WING TSUN

Lors d'une agression, le WT-ka répond par la solution universelle et les coups de poing à la chaîne. Mais si ses bras rencontrent les bras adverses qui attaquent simultanément, il est obligé de réagir pour se défendre. Cette réaction est déclenchée par le contact qu'il reçoit sur ses bras. Chaque réaction répond à un type de contact différent, de manière à contrôler l'attaque sans effort et permettre d'acquérir l'avantage sur la ligne centrale.
Les réactions réflexes ne sont pas des techniques, dans le sens où l'on déciderait activement de faire tel ou tel mouvement. Elles ne sont pas des réflexes naturels non plus. Le pratiquant doit donc s'exercer assidûment jusqu'à ce que ses réactions deviennent instinctives.

LA SOLUTION UNIVERSELLE

Un autre problème dans le cadre d'un combat est celui de la restitution des techniques que l'on a apprises, dans l'urgence et le stress d'une situation de défense. Si l'on peut mémoriser des centaines de techniques, choisir la bonne en une fraction de seconde est plus difficile. Plus on connaît de techniques, plus le choix est vaste, donc difficile. L'idéal serait d'avoir une seule technique qui marche dans toutes les situations ! Plus besoin alors de réfléchir ! Et bien c'est plus ou moins ce que propose le WT...
Quelle que soit l'agression, le WT-ka réagit avec la solution universelle. Il s'élance vers l'agresseur en utilisant toutes ses armes (deux bras et 1une jambe), tout en respectant bien les principes du triangle et de la ligne centrale. La solution universelle est une attaque (défense agressive), mais où les armes sont également des « antennes » qui, une fois en contact avec l'adversaire, préviennent le WT-ka des mouvements de l'agresseur. S'il veut porter un coup, l'agresseur est obligé de passer d'abord par ces « antennes », ou alors de les contourner (swing...) mais à ce moment-là il ne prend pas le chemin le plus court, et sera frappé avant.

LES QUATRE GRANDS PRINCIPES DU WING TSUN

Quatre Principes de combat :
Si la voie est libre, avance !
Le combattant doit exercer un flux constant vers la ligne médiane de l'adversaire. Ce flux ou pression se traduit en attaque si aucun obstacle ne vient l'arrêter.
Si la voie n'est pas libre, reste collé !
Lorsque notre attaque rencontre un obstacle (ex: bras de l'adversaire), on maintient la pression vers la ligne médiane en restant collé à l'obstacle, tant qu'il barre le chemin. Cela veut dire qu'on ne ramène pas le bras le long de son corps après une attaque.
Si l'adversaire est plus fort, cède !
Lorsque l'obstacle rencontré est trop solide ou vient à notre rencontre, il ne faut pas tenter de le bloquer par la force. Au contraire, il ne faut donner aucun appui à l'adversaire, et sortir de sa ligne d'attaque. Sa force est alors inutile, ou pire, peut être réutilisée contre lui.
Si l'adversaire se retire, suis-le !
Lorsque l'obstacle se retire (pour porter une nouvelle attaque par exemple), la pression que l'on exerce selon le premier principe nous propulse en avant pour porter une attaque sans qu'aucune décision ne soit nécessaire

LA SELF DEFENSE ET LE WING TSUN

Défense agressive
Une des premières idées du WingTsun est que la meilleure défense c'est l'attaque. On dit aussi que le WT est une « self-défense agressive ». Cette définition peut choquer les gens qui recherchent dans l'art martial une voie de développement personnel. Pourtant c'est une idée réaliste. Bloquer, dévier ou éviter les attaques d'un agresseur ne suffit pas : rien ne l'empêche d'enchaîner à chaque fois une nouvelle attaque. Plus cela dure, plus on a de risque de se faire blesser... Il faut stopper l'agression le plus vite possible, en attaquant dès que l'adversaire commence son attaque.
En WingTsun « attaquer » ne veut pas dire se jeter n'importe comment sur son agresseur. On agit de manière à rester continuellement protégé de toutes sortes d'attaques, et aussi en respect de la loi (une attaque préventive n'est pas recevable en tant que légitime défense)
« Défense agressive » n'implique pas qu'il faille se charger de haine. Cela demande simplement une détermination, celle de défendre sa vie.
Le succès d'application de cette idée tient en parti à l'effet de surprise : l'agresseur ne s'attend pas à être attaqué et est vite découragé. Mais il faut respecter les principes du WT pour ne pas s'exposer aux coups.


 




Blogs de même catégorie






BLOGGEZ ©2013 - Chenil des lavandes carnoux